Navigation – Plan du site
2009

La Gripperie-Saint-Symphorien – Cimetière communal

Responsable(s) des opérations : Bastien Gissinger
Notice rédigée par : Bastien Gissinger

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204953

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Le diagnostic faisant l’objet du présent rapport a été initié par un projet d’extension du cimetière communal par la commune de La Gripperie-Saint-Symphorien (surface concernée : 1 984 m²). La zone choisie bordait l’église médiévale au sud et à l’est. La présomption de découverte de vestiges était forte, notamment celle de structures en rapport avec l’édifice.

2Sept tranchées et sondages ont été réalisés sur l’ensemble de l’emprise afin de cerner l’extension des vestiges et leur nature. Plusieurs d’entre eux ont livré des vestiges en grande densité. Pour la plupart il s’agissait de sépultures à inhumation en coffre et couverture de pierres scellées à l’argile. Quelques plus rares sépultures étaient en pleine terre et une seule en cercueil. Un couvercle de sarcophage a également été découvert. L’orientation des tombes était est-ouest dans l’immense majorité. Une cinquantaine de tombes a été partiellement mise au jour lors du diagnostic ce qui témoigne d’une forte densité et d’une répartition uniforme.

3Une structure maçonnée (mur de clôture ?) fut coupée par des tombes, et leur était donc antérieure. Le reste des murs observés sur l’emprise était postérieur aux sépultures. Il s’agissait de structures médiévales ou modernes. Certains murs sont identifiables à des structures apparaissant sur le cadastre napoléonien du premier tiers du XIXe s.

4Des niveaux d’épandage contenant des poches de matériel plus ou moins dense, ont livré du mobilier céramique attribuable aux XIe s. et XIIe s. Aucun mobilier postérieur n’y a été découvert, indiquant que les sépultures, antérieures à ce remblai, sont attribuables à cette période au plus tard. La découverte d’un cimetière médiéval ne surprend guère en ces lieux, toutefois la datation semble poser quelques questions, et incite notamment à supposer que les tombes ici découvertes pourraient éventuellement correspondre à un édifice antérieur, ou que le mobilier détritique scellant ces sépultures ait été déposé plus tard, mais provenait d’un secteur daté du XIIe s. La dernière solution consiste à avancer que l’édifice actuel est plus ancien que la date qui lui est couramment attribuée sans réels indices (XIIe s.).

5Des restes d’occupation moderne furent installés sur ces niveaux de remblai, en témoigne la découverte de la sole d’un four et d’un niveau de travail associé (XVIIIe s.).

6 (Fig. n°1 : Cimetière communal : sépulture 22)

7GISSINGER Bastien

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Cimetière communal : sépulture 22

Fig. n°1 : Cimetière communal : sépulture 22

Auteur(s) : Bougeant, P. Crédits : Bougeant P (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Cimetière communal : sépulture 22
Crédits Auteur(s) : Bougeant, P. Crédits : Bougeant P (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bastien Gissinger, « La Gripperie-Saint-Symphorien – Cimetière communal », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 01 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3069

Haut de page

Responsable d'opération

Bastien Gissinger

CG de l’Aisne

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org