Navigation – Plan du site
2009

Champdeniers-Saint-Denis – Les Tanneries

Responsable(s) des opérations : Laurent Prysmicki
Notice rédigée par : Laurent Prysmicki

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204801

Date de l'opération : 2009 (SD)

1De 2001 à 2009, un chantier d'initiation à l'archéologie et au patrimoine a été organisé sur le site des tanneries de Champdeniers. Il s'agissait d'une fouille archéologique programmée menée dans le cadre du projet d'aménagement du site des tanneries par la commune. Le chantier, ouvert à une dizaine de jeunes bénévoles âgés de 11 ans à 18 ans, était proposé dans le cadre d'une activité du centre socioculturel du Val d'Egray et de l'Orée de Gâtine. L'opération était conduite sous la responsabilité d'un archéologue chargé d'études et l'encadrement assuré par un animateur du centre socio-culturel.

2L’étude archéologique s'est attachée à étudier le site dans son ensemble qui regroupa jusqu'à huit tanneries familiales (source : cadastre de 1835). Attestées dès le XVIIe s., mais dont l'origine remonte certainement à la période médiévale, ces tanneries ont fonctionné jusqu' à la fin du XIXe s., voire le tout début du XXe s. pour certaines d’entre elles. Installées au pied de l’agglomération, ces tanneries sont implantées de part et d’autre d’un petit cours d’eau qui sillonne le site.

3Durant ces neuf années, deux anciennes tanneries ont été fouillées en totalité (parcelles 468 et 462) et une troisième partiellement (parcelle 461). Mené en parallèle, un suivi archéologique des travaux d’aménagement du site a permis de découvrir quatre autres tanneries dont deux ne figuraient pas sur le cadastre napoléonien. Enfin le dégagement du cours d’eau a été l’occasion de relever une partie des aménagements hydrauliques (empellement, canaux d’adduction et d’évacuation). Les deux tanneries fouillées en totalité possédaient encore toutes les structures liées à l'obtention du cuir : bassin alimenté en eau courante pour le lavage des peaux ; fosses circulaires destinées au trempage des peaux dans des bains de chaux ; cuves circulaires et rectangulaires, tout d’abord en pierre, puis en maçonnerie de brique à l’occasion de réaménagements, qui servaient au tannage au moyen d’écorce d’arbre broyée (le tan) ; foyer pour faire fondre la graisse utilisée lors du corroyage des cuirs ; et même un pressoir à peau à vis dans la plus grande tannerie qui comporte deux pièces (parcelle 468).

4La restauration en cours du site des tanneries devrait permettre son ouverture prochaine au public.

5PRYSMICKI Laurent

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Prysmicki, « Champdeniers-Saint-Denis – Les Tanneries », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 01 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3054

Haut de page

Responsable d'opération

Laurent Prysmicki

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org