Navigation – Plan du site
2009

Nouaillé-Maupertuis – Abbaye

Responsable(s) des opérations : Fabrice Mandon
Notice rédigée par : Fabrice Mandon

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204822

Date de l'opération : 2009 (SU)

1L’étude de l’ancien logis abbatial de l’abbaye de Nouaillé-Maupertuis, classé au titre des Monuments Historiques s’est poursuivie. Il fait l’objet depuis le début de l’année 2008 de travaux de restauration et d’aménagements en vue de l’agrandissement de la Mairie, accompagnés d’une étude de bâti et de sondages. La partie du logis abbatial concernée se situe dans l’aile occidentale, orientée nord-sud. L’étude du bâti a permis de repérer de multiples phases de constructions-aménagements, dont les premières sont antérieures à l’abbatiat de Raoul du Fou (1468-1511) à qui était attribué l’ensemble du logis.

2Les campagnes de fouilles de 2009 ont été menées à l’intérieur du bâtiment et au pied de son mur oriental (extérieur). Les datations 14C permettent de situer la construction de l’enceinte de l’abbaye dans les deux derniers tiers du XIe s.-1ère moitié du XIIe s. La datation du premier bâtiment installé dans l’angle nord-ouest de l’enceinte a été confirmée. Il s’insère dans un vaste programme de construction du dernier tiers du XIIe s.-début du XIIIe s., concernant l’ensemble de l’abbaye : servitudes à l’ouest (comprenant ce bâtiment d’au moins 20 m de long), cuisines du monastère, clocher-porche de l’église abbatiale, cloître (daté par le lapidaire), auxquels on peut vraisemblablement ajouter l’aile sud des bâtiments conventuels (réfectoire) et deux bâtiments encadrant le chevet de l’église (la présence de l’un d’entre eux a été confirmée par la prospection géophysique). Il semble, d’après des textes difficiles à dater précisément (règne de Philippe Auguste), qu’un important incendie soit à l’origine de cette campagne qui s’inscrit toutefois dans la continuité de travaux commencés dans la première moitié du XIIe s. En 2007, les traces de trois incendies successifs (XIe s.-XIIIe s.) avaient été repérées.

3La fonction de l’édifice étudié reste imprécise. Le niveau inférieur devait servir au stockage. Des puisards, ainsi qu’une cuvette drainant l’eau vers l’un d’entre eux, permettaient de limiter l’humidité de cet espace qui était situé en contrebas des niveaux de circulation extérieurs. Malgré le changement de fonction du bâtiment (devenu logis, peut-être dès le XIVe s.), le niveau inférieur subit peu de changements. À la fin du XVIe s., le bâtiment est partiellement incendié (1569, pillage par les troupes protestantes de Coligny). La fouille, plus étendue qu’en 2008, a permis de mieux comprendre le processus de cette ruine : incendie partiel du bâtiment, entraînant l’effondrement des planchers carrelés, de la charpente (couverture pentue à tuiles plates et ardoises), mais aussi de cloisons en torchis. Les déblais ont été partiellement remaniés pour permettre la restauration du bâtiment, puis nivelés.

4MANDON Fabrice 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Nouaillé-Maupertuis – Abbaye », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3020

Haut de page

Responsable d'opération

Fabrice Mandon

DOC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org