Navigation – Plan du site
2009

La Celle-Saint-Avant – Le Carroi Potet, Les Belounes

Notice rédigée par : Aurélien Sartou

Entrées d’index

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 068123

Date de l'opération : 2009 (EX)

1L'extension d'une carrière d'extraction de granulats par la société GSM secteur Centre a motivé une opération de fouille préventive au lieu-dit « Les Belounes » sur la commune de La Celle-Saint-Avant (37). La fouille a été effectuée sur une surface de 5000 m2 autour d'un enclos maçonné mis en évidence en avril 2008 lors de la réalisation d'un diagnostic par Céline Landreau (Inrap). L'opération exécutée en juillet 2009 a permis de préciser la fonction de cet enclos et d'en définir la chronologie (Fig. n°2).

2Le mauvais état de conservation des vestiges est essentiellement dû au fort taux d'arasement causé par les labours. Aucun vestige d'élévation n'a été mis en évidence sur le terrain. À l'exception de quelques traces de mobilier attribuable au Néolithique moyen, l'ensemble des vestiges mis au jour peut être daté de l'Antiquité. Le mobilier néolithique semble être contemporain des occupations mises en évidences lors de diagnostics précédents. L'occupation antique se caractérise tout d'abord par la mise en place d'un réseau parcellaire fossoyé dont le comblement n'a pu être daté faute de mobilier. De longs alignements de trous de poteaux peuvent également être interprétés comme des limites parcellaires. Après le comblement des fossés, un enclos quadrangulaire maçonné mesurant vingt-six mètres de côté est construit. Seules les fondations des murs subsistent et les restes d'un niveau de sol sont conservés en périphérie intérieure de l'enclos ainsi qu'à l'extérieur le long du mur sud-ouest. On restitue de simples murets sur trois des côtés, le mur nord-ouest pouvant correspondre à un mur de façade dont l'élévation est traitée différemment des autres, en opus vittatum,à assises réglées. Ce mur se distingue également par la présence à chaque extrémité de deux appendices qui n'ont a priori aucune fonction structurelle pour l'édifice. Aucune trace d'accès n'a pu être formellement mise en évidence. Deux hypothèses sont cependant envisagées, l'une sur le côté sud-est à proximité de l'angle est au niveau d'une variation de comblement de la tranchée de fondation, et l'autre au niveau du mur sud-ouest permettant de faire le lien entre les niveaux de sol intérieur et extérieur.

3La fonction funéraire de l'édifice est attestée par la découverte au centre de l'enclos d'une zone cendreuse pouvant correspondre à l'emplacement d'un bûcher. Cette structure est complétée par la présence, quelques mètres au nord-ouest, d'une sépulture à incinération fortement arasée qui a livré le fond d'une urne en céramique contenant des esquilles osseuses brûlées. Deux fragments de strigiles en fer ont également été retrouvés à proximité de l'urne. L'urne et le mobilier funéraire ont probablement été déposés dans un contenant périssable tel qu'une caisse en bois. Une grande fosse circulaire située le long du mur sud-ouest à l'intérieur de l'enclos a livré un abondant mobilier céramique brûlé constitué de vaisselle fine et des fragments de quinze amphores vinaires de type Pascual 1. Ce mobilier était accompagné d'esquilles osseuses brûlées et de cendre provenant du nettoyage du bûcher. Malgré l'état de conservation des vestiges, la quasi-totalité des rites funéraires a pu être mise en évidence : de la crémation aux rites d'accompagnement du défunt en passant par les différents dépôts funéraires. Des traces d'offrandes, après la sépulture, sont visibles à l'intérieur de l'enclos et à l'extérieur, le long du mur sud-ouest. L'ensemble du mobilier est daté du milieu du Ier  s. de notre ère. L'enclos semble n'avoir servi qu'à une seule sépulture. L'abondance de mobilier ainsi que les dimensions importantes de l'édifice pourraient indiquer le statut relativement élevé du défunt. Cet édifice pourrait être en lien avec une grosse propriété comme celle perçue en prospection aérienne à environ 800 m au nord du site. L'édifice semble abandonné assez rapidement ; les matériaux de construction sont récupérés et les lieux retrouvent leur fonction agraire jusqu'à nos jours. Le site des « Belounes » a permis d'apporter un exemple supplémentaire de sépulture privilégiée en milieu rural pour le Haut-Empire. Cependant, de par ses dimensions et son organisation, il ne trouve en l'état actuel des connaissances pas d'équivalent en Gaule.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général des structures mises au jour sur le site des « Belounes »

Fig. n°1 : Plan général des structures mises au jour sur le site des « Belounes »

Auteur(s) : Luzet, C. (PRIV) ; Sartou, Aurélien (PRIV). (2010)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général des structures mises au jour sur le site des « Belounes »
Crédits Auteur(s) : Luzet, C. (PRIV) ; Sartou, Aurélien (PRIV). (2010)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/2947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Aurélien Sartou, « La Celle-Saint-Avant – Le Carroi Potet, Les Belounes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2947

Haut de page

Responsable d'opération

Aurélien Sartou

PRIV

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org