Navigation – Plan du site
2009

Tours – 33 à 39 rue Courteline et 1 à 15 rue de la Madeleine

Responsable(s) des opérations : Anne-Marie Jouquand
Notice rédigée par : Anne-Marie Jouquand

Entrées d’index

Géographique :

Centre, Indre-et-Loire (37), Tours

Sujets :

habitat

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 068090

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Cette opération de diagnostic archéologique a été motivée par un projet de construction de nouveaux immeubles dans un îlot de près de 4 000 m² anciennement occupé par la clinique des Dames-Blanches, établie à proximité immédiate du prieuré Saint-Médard, de la nécropole Saint-Lidoire et de l’église Notre-Dame-la-Riche, en limite ouest de la ville de Tours. L’unique tranchée mécanique réalisée perpendiculairement à la rue Georges-Courteline, dans la cour, a permis d’observer 3% seulement du terrain sur une profondeur de 4 m. Les observations montrent à la base de la stratigraphie, à une profondeur de 4 m (à partir de 45,75 m NGF au nord et 46,90 m NGF au sud), une succession de couches de sables grossiers stériles et de couches d’occupation qui ont livré du mobilier exclusivement antique dans une fourchette resserrée  :seconde moitie du Ier  s.-début du IIe  s. Ces observations indiqueraient que le secteur serait, à cette époque, localisé dans le lit mineur de la Loire, ce que conforte le fort pendage des couches vers le nord de 12 %. Cette hypothèse, si elle est validée par les spécialistes, indiquerait un important retrait du trait de rive du fleuve vers le sud dans la frange ouest de la ville. Si aucun vestige bâti n’a été observé, en revanche la présence d’un abondant mobilier céramique peu usé indique un habitat à proximité immédiate, en bordure de fleuve. On note ensuite un changement radical du mode de sédimentation avec la présence de terres noires sur une épaisseur comprise entre 1 m et 1,30 m, dont l’analyse minutieuse indique une mise en place progressive, associée à des vestiges qui traduisent des occupations structurées probablement en lien avec une activité agricole ( ?) (fosses, mur, sol rubéfié). Le mobilier indique une fourchette VIII s. -XIe  s. Le trait de rive semble alors fixé plus au nord et une pente de 4 % est toujours perceptible. L’analyse minutieuse du mobilier indique un hiatus entre le IIIe s. et le VIIe s. qui montrerait un secteur abandonné ou faiblement fréquenté durant ce laps de temps. Aucune sépulture n’a été observée. La nécropole du Bas-Empire qui s’organise autour de la sépulture de Lidoire ne semble pas s’étendre jusque là. Sur 2 m de hauteur, jusqu’au sol actuel, plusieurs états de bâti médiévaux et modernes se succèdent à des rythmes qui nous échappent. On retrouve les équipements habituels : caves, cellier ( ?) et les latrines… Ils témoignent du fort dynamisme que connaît ce faubourg à partir du XVe s., mais on notera là encore un hiatus entre le XIIe  s.et le XIVe s., qui doit toutefois être modulé par le mode opératoire et l’absence de fouille en plan.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anne-Marie Jouquand, « Tours – 33 à 39 rue Courteline et 1 à 15 rue de la Madeleine », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2941

Haut de page

Responsable d'opération

Anne-Marie Jouquand

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org