Navigation – Plan du site
2008

Cossé-le-Vivien – Guignefolle

n°530770083
Responsable(s) des opérations : Anne Bocquet
Notice rédigée par : Anne Bocquet

Texte intégral

1L’opération fait suite à une demande de diagnostic anticipé de la commune de Cossé-le-Vivien en vue de l’implantation future d’un lotissement pavillonnaire et d’infrastructures sportives au lieu-dit Guignefolle. La zone sondée fait partie d’un site repéré en photographie aérienne par Gilles Leroux en 2001. Une partie de ce site, localisé au sud du projet, a été fouillée en 2004 et a livré un ensemble fossoyé d’enclos daté des Ier s. et IIe s. apr. J.-C. (Christophe Devals 2004). Sans surprise, le diagnostic a permis de révéler les structures repérées en photographie aérienne par Gilles Leroux en 2001, de mettre en évidence la suite de l’ensemble fossoyé caractérisé par les fouilles de Christophe Devals en 2004, et enfin de montrer que l’ensemble de la surface était occupé par des vestiges.

2En revanche, alors que la photographie aérienne laissait supposer une faible occupation à l’ouest (visibilité différente due au mode de culture ?), le diagnostic a montré que cette zone était également bien pourvue en vestiges. Il semblerait d’ailleurs que les ensembles de fossés découverts dans cette parcelle, qui présentent une orientation légèrement différente se rattachent à une période plus ancienne. S’ajoutant aux fossés, de nombreuses structures ont été mises au jour et plusieurs d’entre elles attestent également une occupation protohistorique dans cette zone.

3La « fonction » du site reste cependant difficile à percevoir. L’absence a priori de bâtiment ne plaide pas en faveur d’une zone construite de type pars urbana d’une villa. En revanche, la présence de nombreux trous de poteau, dont certains alignés, montre que l’on se situe dans le même type de schéma que plus au sud, avec soit des constructions de type grenier, soit des ensembles de clôture ou de galerie.

4De plus, une écrasante majorité des structures est composée par des fossés, ce qui confirme la vocation d’ensemble fossoyé à caractère parcellaire vu en 2004.

5Quelques structures pourraient laisser supposer une occupation à caractère domestique, avec la présence de foyers (?) En revanche, aucune fosse dépotoir n’a été repérée.

6Pour résumer, le diagnostic confirme que les enclos gallo-romains se poursuivent au nord de la fouille de 2004, mais surtout qu’il existe une occupation antérieure (vraisemblablement à la fin de l’âge du Bronze ou au premier âge du Fer), toujours de type fossoyée, avec des traces domestiques. Cette première occupation pourrait être concentrée plus à l’ouest du site, puis pourrait s’être légèrement déplacée vers le sud-est à l’époque gallo-romaine pour engendrer le vaste ensemble fossoyé reconnu par Gilles Leroux et Christophe Devals.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anne Bocquet, « Cossé-le-Vivien – Guignefolle », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 20 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2373

Haut de page

Responsable d'opération

Anne Bocquet

Collectivité territoriale

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org