Navigation – Plan du site
2008

Saint-Michel-Chef-Chef – La Petite Pouplinière, rue de Tharon

n°44182
Responsable(s) des opérations : Dominique Doyen
Notice rédigée par : Dominique Doyen

Texte intégral

1Les parcelles traitées lors de ce diagnostic archéologique, réalisé en avril 2008, couvrent une surface de 5 903 m2. L’intervention a révélé de nombreux vestiges attribuables à deux occupations, l’une de la Tène finale et l’autre du Ier s. de notre ère. Ce diagnostic fait suite à un diagnostic, réalisé en août 2007, sur le projet de lotissement voisin de « la Pouplinière ».

2Les vestiges associés à la phase d’occupation de la Tène finale sont difficilement identifiables. Ils semblent relativement dispersés et sans organisation spatiale très apparente. Il est possible de retenir quelques tronçons de fossés et probablement certaines fosses et trous de poteau. Le mobilier attribué à cette période est peu abondant. très peu de formes sont identifiables, elles correspondent à une amphore Dr.1 italique, à une jatte à profil en S et éventuellement à une jatte à lèvre éversée. Ces céramiques permettent de dater l’occupation reconnue de la Tène finale, sans autre précision. À ces céramiques, il faut associer un fragment d’auget troncprismatique provenant d’un four à sel, de type four à grille. Ces différents artefacts sont de même type et de même datation que ceux mis au jour en 2007.

3L’occupation gallo-romaine se présente sous la forme d’un ensemble densément structuré, circonscrit par des petits fossés, peu profonds, implantés sur des axes orthogonaux. L’organisation spatiale montre que l’espace des différentes zones annexes du site identifié en 2007 est géré de façon raisonnée. Quelques trous de poteau sont présents dans certaines zones du site, toutefois, le diagnostic n’a pas permis de reconnaître d’organisation précise. Le mobilier recueilli prouve que le site a, entre autres, une fonction liée à une activité utilisant une ressource maritime. Les coquilles brisées de murex et de pourpres, mises au jour dans le comblement de deux fossés, indiquent la présence d’une activité d’extraction de la pourpre sur le site, déjà mise en évidence lors du diagnostic de 2007. Le secteur concerné par cette activité est plus étendu qu’initialement envisagé. Le mobilier céramique peu abondant est plutôt caractéristique d’un habitat, avec toutefois une forte représentation d’amphores de diverses provenances. La faible quantité de vaisselle de luxe, semble indiquer que le site correspond à une occupation plus probablement liée à la présence de l’artisanat identifié. Il pourrait donc s’agir d’un établissement rural côtier, produisant et exportant certainement une ressource provenant du milieu marin très proche (extraction de la pourpre). Le mobilier céramique gallo-romain le plus ancien, présent en faible quantité, donne un horizon augustéen, alors que la majorité des artefacts révèle une datation resserrée et circonscrite au Ier s. de notre ère.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Doyen, « Saint-Michel-Chef-Chef – La Petite Pouplinière, rue de Tharon », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2272

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Doyen

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org