Navigation – Plan du site
2008

Seiches-sur-Loir – Route de Rohan

n°493330003
Responsable(s) des opérations : Bertrand Poissonnier
Notice rédigée par : Bertrand Poissonnier

Texte intégral

1Le diagnostic opéré sur une petite surface (1 049 m²) a confirmé l’existence d’une enceinte du Néolithique déjà signalée un peu plus loin par M. Gruet, il y a plus d’une trentaine d’années. Le diagnostic a mis au jour un fossé faisant très certainement partie de cette enceinte, dont l’occupation a pu être rattachée au Néolithique récent. En effet, outre la datation 14C sur os humain réalisée par C. Burnez, les éléments céramiques et lithiques, bien que limités en quantité, sont très homogènes, et tant l’une que l’autre catégorie excluent les éléments caractéristiques du Néolithique final (armatures perçantes, silex pressignien, céramique fine, etc.). Au contraire de la plupart des établissements de cette époque, il semble bien que la période d’occupation de cette enceinte ait été relativement courte, ce qui pour les archéologues constitue une véritable aubaine, dans la mesure où il est d’ordinaire si difficile de séparer le mobilier du Néolithique récent et final.

2Un très important lot de faune remarquablement conservé a été mis au jour, et pourrait apporter un ensemble exceptionnel de données homogènes pour cette époque.

3L’enceinte de Matheflon, creusée dans le tuffeau, est la seule à être signalée dans le Maine-et-Loire, et l’une des seules à avoir été repérée au nord de la Loire dans les Pays de la Loire. Des rapprochements peuvent être effectués avec l’enceinte des Prises, à Machecoul (Loire-Atlantique), qui possède aussi des fossés multiples à interruption, et qui a, du reste, fourni de parfaits parallèles aux deux métapodes plus ou moins perforés de Matheflon. Les deux éclats de silex saintongeais, probablement issus de haches polies importées, illustrent les liens avec le Centre-Ouest si riche en enceintes fossoyées du Néolithique récent ou final. La situation géographique, au sud du Bassin parisien, de l’enceinte de Matheflon, en fait un excellent sujet d’étude à la confluence des influences de la SOM au nord-est, du Vienne-Charente au sud, d’une possible phase ancienne du groupe de Taizé au sud-ouest, voire du Kérugou littoral.

4Car si la situation chronologique de l’enceinte de Matheflon, dans la seconde moitié du quatrième millénaire, paraît assurée, en revanche son attribution culturelle est incertaine. On songe bien évidemment au Vienne-Charente, culture contemporaine du Centre-Ouest, mais dont la définition, voire l’identité, fait débat entre les auteurs. En outre, son étendue géographique, en dehors de la zone supposée nucléaire qui lui a donné son nom, demeure largement dans l’ombre.

5À l’est du fossé néolithique, dans le sens de la pente, un niveau profond de colluvions s’est révélé riche en vestiges, culturellement homogènes, et doit provenir de la dislocation ancienne de niveaux néolithiques.

6Deux fosses ont été repérées, non datées, l’une d’elles pouvant être néolithique.

7Un fossé médiéval datable des XIIe s. et XIIIe s. a été mis au jour, ainsi qu’une cavité souterraine creusée dans le tuffeau.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bertrand Poissonnier, « Seiches-sur-Loir – Route de Rohan », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2145

Haut de page

Responsable d'opération

Bertrand Poissonnier

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org