Navigation – Plan du site
2008

Chéméré – Rue du Brigandin

n°440400008
Responsable(s) des opérations : Véronique Gallien
Notice rédigée par : Véronique Gallien

Texte intégral

1La fouille de la parcelle située à l’angle de la rue du Brigandin et de la rue de Pornic, effectuée de février à mars 2008 avant l’installation d’un pavillon, est sans doute la dernière – ou l’une des dernières – opération archéologique permettant l’étude de la nécropole mérovingienne de Chéméré. Reconnue depuis de nombreuses années comme en témoigne l’appellation de « Carrière des Mérovingiens » désignant une parcelle attenante, le site est fouillé depuis 1967 par les services de l’État. Il a fait l’objet d’une importante campagne archéologique en 1988 et 1989 (sous la direction de C. Dubreuil). La superficie totale de la nécropole est estimée à près d’1 ha.

2Près de 650 m2 ont été ouverts et ont permis de dégager plus de 170 tombes attribuées au début du Moyen Âge (VIe s.-VIIe s.). Les sépultures ont été soigneusement installées en rangées régulières. Le plan du cimetière montre une organisation de la nécropole réfléchie avec des rangées desservies par des allées. Les tombes sont majoritairement installées selon une orientation nord-ouest – sud-est, la tête des défunts étant toujours placée du côté nord-ouest. Quelques tombes creusées dans un sens nord-sud (tête des défunts du côté nord) troublent l’organisation à la fin de l’utilisation du cimetière. Dans l’état actuel de l’exploitation des données, nous ne pouvons dire si ce changement d’orientation est dû à une saturation du cimetière et à une nécessité de creuser des fosses entre les rangées existantes ou si l’installation des fosses nord-sud a lieu après une période d’abandon de cette partie de la nécropole.

3Les sépultures apparaissent sous la forme de grandes fosses creusées dans le sable jusqu’au rocher. Des coffres de bois sont restitués dans les tombes. Plus rarement, des sarcophages de pierre sont déposés dans les fosses. En dehors d’une arme déposée dans la tombe d’un enfant, aucun dépôt funéraire n’a été recueilli auprès des corps. En revanche, quelques parures (bagues, boucles d’oreille) et des pièces métalliques de vêtement (épingles, boucles de ceinture) ont été retrouvées dans des sépultures. Le bouleversement ou la disparition totale d’un certain nombre de squelettes laissent supposer que les tombes ont été anciennement pillées.

4La population inhumée dans cette zone est composée d’hommes, de femmes et de quelques enfants. Il est très vraisemblable que ce cimetière soit celui du village médiéval de Chéméré. Actuellement aucune information ne permet d’identifier précisément l’emplacement du bourg qui aurait pu se trouver sous le centre du village actuel, situé à 500 m du site funéraire.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Inhumation d’un adulte et de deux enfants. Un dépôt funéraire (arme et éléments de ceinture) accompagne l’un des enfants.

Fig. n°1 : Inhumation d’un adulte et de deux enfants. Un dépôt funéraire (arme et éléments de ceinture) accompagne l’un des enfants.

Auteur(s) : (INRAP). Crédits : INRAP (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Inhumation d’un adulte et de deux enfants. Un dépôt funéraire (arme et éléments de ceinture) accompagne l’un des enfants.
Crédits Auteur(s) : (INRAP). Crédits : INRAP (2008)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/2136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Véronique Gallien, « Chéméré – Rue du Brigandin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2136

Haut de page

Responsable d'opération

Véronique Gallien

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org