Navigation – Plan du site
2008

Le Marillais – Notre-Dame-du-Marillais, Le Vieux Bourg

n°491900009
Responsable(s) des opérations : Yann Viau
Notice rédigée par : Yann Viau

Texte intégral

1Durant l’été 2006, une première campagne de sondages a été réalisée par deux agents de l’Inrap en collaboration avec l’association RABLE sur le site de Notre-Dame-du-Marillais au Marillais. Cette opération s’inscrit dans le cadre des recherches pluridisciplinaires du Projet collectif de recherches sur la Loire et ses affluents intitulé « Des Ponts-de-Cé à l’Estuaire : interactions homme-milieu ». Elle avait pour but initial de vérifier la présence d’éventuels vestiges antiques, cette hypothèse étant justifiée par la collecte depuis de nombreuses années d’une très grande quantité de mobilier céramique. Ce mobilier présente un état de conservation remarquable traduisant une occupation à proximité s’échelonnant sur toute la période antique ainsi que sur le haut Moyen Âge.

2Le contexte géographique (confluence entre l’Èvre et la Loire sous la forme d’un delta) n’autorisait qu’une intervention manuelle. Sept coupes ont été réalisées s’appuyant sur les berges et rives des îles. Ces interventions ont permis ainsi de mettre en évidence la stratigraphie complexe du secteur (apports alluvionnaires du fleuve/apports alluvionnaires de la rivière). Les premiers résultats permettaient ainsi de noter la présence d’une couche de vase organique dans trois coupes. Elle a livré de nombreuses pièces de bois travaillées qui se rattacheraient à une activité hydraulique (roue de moulin, fragment de pale, pieu, support d’axe de roue). Deux individus ont fait l’objet de datations 14C nous proposant une fourchette chronologique oscillant entre la fin du IXe s. et la première moitié du Xe s. Ce niveau de vase organique est riche en débris végétaux (branches, feuilles, graines). Plusieurs prélèvements ont été réalisés par L. Visset et A.-L. Cyprien afin d’établir une première esquisse paléoenvironnementale. Cette couche, repérée au sein de trois coupes, semble correspondre à une zone d’eau calme qui a occasionné un dépôt organique important (0,50 m à 0,70 m d’épaisseur minimum). Ce niveau est scellé par une épaisse couche de remblai composé de blocs de schiste mêlé de graviers, contenant de nombreux fragments de terre cuite architecturale et de céramiques antiques.

3La campagne 2008 s’est concentrée à la hauteur des sondages ayant livré le mobilier en bois. Deux ouvertures ont été ainsi réalisées d’une superficie globale d’un peu moins de 50 m². Ainsi, après avoir enlevé 2 m à 3 m de sable (apports ligériens) composant les versants des îles, nous avons retrouvé le niveau de remblai dans lequel un mobilier antique abondant a été récolté. Suite à la fouille rapide de cette couche d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur, la partie sommitale de la vase organique est apparue livrant un certain nombre de petites pièces de bois travaillées. Une vannerie réalisée en osier a été découverte, écrasée sur place. Enfin, une suite de cinq piquets de section rectangulaire a été dégagée sur une longueur de 1,50 m. Dessinant un axe orienté est-ouest, ces individus sont reliés entre eux par un entrelacs de branches souples. Cet ensemble pourrait correspondre à un aménagement de bord de rive lié à l’activité hydraulique du secteur. La poursuite de la fouille des niveaux argileux a permis de mettre au jour de nombreuses pièces de bois dont certaines naturelles (troncs, branches). Cependant, la majorité des individus recueillis a un aspect travaillé. Parmi eux, un fragment de rouet, pièce essentielle servant de lien entre la roue à aubes et la meule. Elle se compose d’une pièce de bois dans laquelle sont insérés des alluchons à intervalles réguliers. Une demi-roue complète (jante, rayons, moyeu) se caractérise par une élaboration complexe, traduisant une maîtrise technique dans le travail du bois. De nombreux éléments de dimensions variées correspondent à différents types d’aubes ou pales. Enfin, une pièce de 4 m de long, épointée à l’une de ses extrémités, accueille dans le dernier quart de sa longueur un évidement quadrangulaire s’apparentant à une mortaise. Les caractéristiques de ce pieu indiquent une fonction de support, pour installer par exemple la plateforme du moulin. Cependant, il pourrait également faire partie d’une architecture liée à un pont. En tout, plus de deux cents pièces ont été ainsi prélevées et bon nombre d’entre elles semblent être complètes.

4Cette zone, située à la confluence entre la Loire et l’Èvre au pied de l’abbaye de Saint-Florent-le-Vieil, a connu une activité de meunerie hydraulique qui reste à définir (moulin à grains, à foulon, à tan, etc.). Ce ou ces aménagements auraient fonctionné jusqu’au milieu du Xe s. Un canal d’amenée a dû être réalisé afin de réguler le flux de l’eau, puis abandonné, il s’est comblé naturellement tout en gardant un taux d’humidité constant favorisant la conservation des éléments organiques. Les aménagements hydrauliques abandonnés ont ainsi progressivement participé au comblement du bief probable. La partie sommitale de cette vase organique situe la fin de cet épisode au début du XIe s. Ensuite, il semble qu’il y ait eu une volonté d’assainir le secteur en le remblayant, sans que l’on puisse dater précisément ce phénomène. La provenance de ce remblai est à prendre en considération du fait de la présence importante et homogène du mobilier antique parmi les blocs de pierre. L’ensemble est, par la suite, recouvert d’une épaisse couche de sable apporté par la Loire.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan des sondages 1 et 2

Fig. n°1 : Plan des sondages 1 et 2

Auteur(s) : Fillon, Denis (INRAP). Crédits : Viau Yann Inrap (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan des sondages 1 et 2
Crédits Auteur(s) : Fillon, Denis (INRAP). Crédits : Viau Yann Inrap (2008)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/2115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yann Viau, « Le Marillais – Notre-Dame-du-Marillais, Le Vieux Bourg », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2115

Haut de page

Responsable d'opération

Yann Viau

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org