Navigation – Plan du site
2008

Tuffé – Prieuré Notre-Dame

n°723630005
Responsable(s) des opérations : Alain Barbier et Jean-David Desforges
Notice rédigée par : Jean-David Desforges

Texte intégral

1Le prieuré Notre-Dame de Tuffé est depuis quelques années l’objet d’un programme de valorisation et de réflexion qui, en 2007 et 2008, s’est focalisé sur le pavillon du XVIIe s. Menée sous la maîtrise d’œuvre d’Alain Barbier, architecte du patrimoine, la restauration a été accompagnée d’une opération d’archéologie du bâti portant sur les parties affectées par les interventions les plus lourdes.

2Les premières observations sur la façade ouest, complétées par celles effectuées sur le mur nord, ont confirmé qu’il s’agit du mur pignon d’un édifice plus ancien contre lequel le pavillon est venu s’appuyer. Les apports de l’archéologie sur la chronologie de cet édifice prioral disparu, que les sources modernes déterminent en tant que réfectoire-cuisines et dortoirs, sont notables et illustrent finement son évolution.

3Construit au XIIIe s. sur les arasements d’un premier bâtiment, ce grand édifice prioral, orienté est-ouest, s’articulait avec le collatéral est de l’église Notre-Dame. Son pignon occidental était renforcé par des contreforts. Celui de l’angle nord-est est incorporé au XIVe s. dans le mur nord d’un petit bâtiment dont la salle de l’étage est une annexe du dortoir, comme semblent l’indiquer les placards muraux découverts dans l’épaisseur de ses maçonneries résiduelles. À la même période, les deux bâtiments sont mis en relation par une baie permettant l’accès à une tribune.

4Plus tardivement, à la charnière des XVe s. et XVIe s., l’édifice prioral connaît d’importantes transformations avec l’insertion d’un voûtement. Les arcs formerets et les tas de charges sont insérés dans des saignées pratiquées dans les parements internes des murs bien qu’ils ne soient pas prévus à l’origine pour supporter les poussées d’un couvrement. Les aménagements temporaires liés à ce chantier ont laissé des traces telles que des ancrages de platelage ou d’un engin de levage. À la suite de ces travaux, les murs sont rebadigeonnés en blanc.

5Entre 1685 et 1690, un logis capitulaire flanqué par deux pavillons est édifié dans l’enceinte. Le pavillon sud est construit sur l’emplacement du petit bâtiment du XIVe s. Des portes sommées de frontons segmentaires remplacent les accès anciens. La tribune est pour sa part condamnée. Ce nouvel ensemble forme un angle avec les bâtiments médiévaux qui, au début du XVIIIe s est mis à profit pour l’aménagement du cloître.

6Le bâtiment prioral est détruit à la suite de l’église Notre-Dame dans les années 1770, laissant le parement interne de son mur pignon à l’état de façade. Le mur nord présente pour sa part les arrachements du logis capitulaire détruit au XIXe s. et ceux de la galerie du cloître.

7Les données archéologiques croisées avec les sources écrites disponibles ont permis d’obtenir une connaissance quasi exhaustive de l’évolution des deux pans de maçonneries étudiés. Bien que le pavillon de l’ancien prieuré de Tuffé ne bénéficie d’aucune protection particulière, les investigations scientifiques ont été poussées bien au-delà de ce qui avait été envisagé, témoignant de l’intérêt et du bénéfice qu’une restauration peut tirer de l’archéologie du bâti.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-David Desforges, « Tuffé – Prieuré Notre-Dame », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/2072

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-David Desforges

Indépendant

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org