Navigation – Plan du site
1991

Saint-Pierre

1991 – Prospections géophysiques nos 97-250-057-AH, 97-250-058-AH, 97-225-070-AH, 97-250-093-AH, 97-250-066-AH
Responsable(s) des opérations : Albert Hesse
Notice rédigée par : Albert Hesse

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S. Veuve, Prospection géophysique et archéologique à Saint-Pierre de la Martinique : proposition de (...)

1La mission effectuée du 2 au13 octobre 1991 avait pour but d’évaluer la possibilité de conduire une importante campagne de prospection géophysique sur le site de la ville de Saint-Pierre détruite les 8 et 20 mai 1902 par l’éruption de la Montagne Pelée. Pour la présentation du site et des premiers emplacements susceptibles d’être explorés, on se référera au rapport1 complet et très détaillé établi par Serge Veuve.

2On retiendra particulièrement les différents aspects que peut revêtir la finalité de la prospection géophysique :

  • 1. Orienter une politique archéologique, en permettant de déceler la présence de vestiges architecturaux aux emplacements attendus, alors que rien n’est visible au sol et que les probabilités de destructions sont importantes. Ce type de prospection permettra d’écarter ou d’intégrer divers sites à une politique archéologique à plus long terme (Château Perrinelle, Fort Saint-Pierre, Quartier d’artillerie des Ursulines) ;

  • 2. Rechercher l’emplacement et assurer l’existence de bâtiments anciens importants démolis au cours de l’histoire de Saint-Pierre (ancienne église du Fort, Fort Saint-Pierre) ;

  • 3. La maîtrise d’une telle technique peut se révéler être un outil appréciable dans la conduite d’une fouille classique, notamment à Saint-Pierre. La détection de bâtiments principaux par cette méthode devrait permettre de conduire la fouille avec le maximum d’efficacité.

  • 4. Elle se justifie enfin dans le cadre d’interventions d’urgence liées aux travaux que ne manquera pas d’engendrer le plan d’urbanisme devant remodeler le paysage urbain.

3Plutôt que d’effectuer une simple visite et de formuler des propositions de programme sur des hypothèses de comportement du sol et de réponse des structures recherchées, il a paru préférable de conduire quelques essais systématiques en différents points de la ville. Comme nous le verrons, aucun des essais présentés n’est complet (étude de portions des surfaces disponibles) et ne saurait entraîner des conclusions locales définitives. Nous avons seulement cherché à montrer d’une manière réaliste, c’est à dire avec ses avantages mais aussi ses incertitudes inhérentes, la nature des informations qui peut être attendue d’une prospection géophysique. Dans un premier temps, nous avons opté pour une méthode légère et d’interprétation relativement claire et aisée : la prospection électrique. Des mesures préalables sur des échantillons de cendre volcanique (entre 3140 et 3600 x 10 USI) nous avaient fait rejeter, comme on pouvait d’ailleurs s’y attendre, la méthode magnétique et les variantes équivalentes des méthodes électromagnétiques. À l’exception du radar-sol, dont on examinera in fine les possibilités d’emploi, les conditions de terrain – milieu urbain et semi-urbain – autant que la problématique de l’exploration, restreignent sensiblement l’éventail des méthodes envisageables. En dehors des conditions très particulières d’enfouissement de la ville et des remaniements ultérieurs (fouille des ruines et réaménagements de la topographie), la prospection et le traitement de ces données ne se différencient pas fondamentalement, sur le plan technique, de ce qui se passe pour toute autre exploration de vestiges archéologiques enfouis.

4Sur le plan méthodologique cependant, le problème posé à Saint-Pierre présente deux particularités qui le rendent attractif du point de vue de la recherche :

  • la première, que l’on retrouve d’ailleurs dans la fouille, tient au fait que l’on étudie des vestiges dont on connaît à peu près l’état antérieur et les conditions de destruction : ils constituent autant de modèles expérimentaux intéressants pour valider les méthodes employées ;

  • la seconde tient aux mêmes faits mais, au stade de l’interprétation, correspond à une exigence de reconnaissance de vestiges connus ou supposés tels. Le cas se présente quelques fois en prospection archéologique pour des portions de bâtiments médiévaux, ou dans telle ou telle étude de secteur urbain. Ici, c’est à grande échelle que le problème se pose, pour toute la ville de Saint-Pierre. Corrélativement, la question de l’état de conservation des vestiges suit, mais interpénètre même, celle de leur identification puisque l’une ne peut aller sans l’autre et réciproquement : il s’agit là d’une formulation très originale de la problématique de prospection dans laquelle le géophysicien s’engage rarement, tant sont nombreuses les autres incertitudes de l’interprétation dans les cas classiques de prospection.

5Les exemples qui suivent devraient donner une image réaliste de la situation et des possibilités qui se présentent.

Ancienne église des Ursulines

6Il s’agissait de tester, sur le stade aménagé sur les restes de l’ancien couvent et du quartier de l’Infanterie, la possibilité de localiser des bâtiments dont plusieurs plans anciens existent.

7La prospection s’est limitée à l’angle ouest du terrain où devait se trouver l’église du Couvent successivement affectée à l’aumônerie militaire, puis à la paroisse du Centre sous le vocable de Saint-Étienne.

  • 2 Entre 23 et 29 points de mesure tant sur la plage blanche que sur la plage noire pour les deux cart (...)

8Pour couvrir rapidement une surface appréciable, compatible avec la dimension de l’église, et s’affranchir un peu des remblais inévitables, sans perdre pour autant une définition satisfaisante, nous avons opté pour un wenner de a = 2 m dans les deux versions normal et dipôle-dipôle. Les deux cartes présentent peu de différences. À cette observation inhabituelle s’ajoute le fait rare que le wenner normal est plus contrasté et lisible que le dipôle-dipôle, alors même qu’une grande attention a été portée à l’équilibre de la répartition des noirs et des grisés sur la dynamique des lectures2 : ceci signifie probablement que nous avons bien affaire à des réponses plutôt profondes, de l’ordre de 1 à 2 m sous la surface du sol étudié.

  • 3 Voir la même observation pour l’hôpital militaire au passage d’une zone résistante à une zone condu (...)

9Les deux cartes présentent donc les mêmes anomalies majeures. Parmi celles-ci, nous pouvons être frappé par la netteté de l’abaissement de la résistivité à l’extrémité sud avec un léger décalage (1,5 à 2 m) entre normal et DD3. La rectitude de cette anomalie est embarrassante dans une zone où l’on attend normalement l’abside circulaire de l’église. La relation avec les aménagements modernes tout proches ne semble pas en cause ; on imaginerait plutôt que l’église ait pu être en surplomb le long de cette ligne sur l’espace au sud-ouest de la carte. La superposition de deux des plans disponibles (fig. 1) contredit cette hypothèse car ce surplomb éventuel avec le bâtiment noté 12 n’a lieu qu’une dizaine de mètres plus au sud, à la limite du préau moderne. L’anomalie semble être dans le transept : si l’on tient compte des incertitudes pourtant mineures que font apparaître les opérations de réduction et superposition des plans, l’anomalie pourrait peut-être même en marquer le mur distal, en supposant qu’il y a eu disparition, sous une forme ou une autre, de l’abside.

Fig. 1 – Sondage géophysique à l’ancienne église des Ursulines

Fig. 1 – Sondage géophysique à l’ancienne église des Ursulines

A. Hesse, 1991

10Sur la base de cette superposition, on est en mesure de proposer une interprétation pour les trois anomalies qui, dans la moitié nord de la carte, s’alignent dans la direction de son plus grand allongement (wenner normal) :

  • la plus à l’ouest marque une chute brusque des résistivités à quelques mètres de la bordure du terrain de sport : il s’agit peut-être du mur ouest de la nef avec un retour d’angle possible vers l’ouest à l’attache proximale du transept ;

  • dans ces conditions, la largeur de l’église suggère de voir le mur est dans le chapelet de pointements qui apparaît entre cette anomalie et la bordure est de la carte ;

    • 4 Si nous nous sommes trompés sur l’exacte position du mur ouest et sur la largeur de la nef.

    la troisième anomalie, en bordure est de la carte est forte (plage noire, supérieure à 4 000 m). Elle pourrait correspondre soit au mur est de la4 nef, soit à l’effet, tout le long de cette bordure de la carte, du léger talus de remblai nivelant le terrain de sport, soit encore aux restes du bâtiment qui jouxte l’église sur le plus complet (le plus récent ?) des deux plans utilisés.

11On remarque enfin une magnifique anomalie diagonale, complètement incongrue, dans la moitié sud de la carte. Il faut certainement l’attribuer, tout comme les difficultés rencontrées pour identifier les murs de l’église, aux perturbations sans doute très importantes des remblais accumulés pour élever le surplomb actuel sur la rue de l’Abbé-Grégoire : peut-être même n’a-t-on pas atteint le moindre vestige dans cette exploration qui ne détecte certainement rien au-delà de 2 m. Une autre cause d’incertitude sur la forme des structures et de leurs anomalies vient aussi des conditions de destruction et d’accumulation des ruines : les débris actuellement exposés de l’église du Fort donnent une bonne idée de la confusion qui peut régner dans le sol quant à la position des causes d’anomalies.

12L’interprétation du sondage électrique n’apporte pas beaucoup d’éclaircissements à la situation : si l’on fait abstraction des deux très minces niveaux ou accidents superficiels, il montre que le quadripôle utilisé reste dans un niveau épais (5 à 6 m) et homogène de résistivités moyennes à fortes pour le site (385 Qm) ; la couche profonde (6 à 7,5 m) à 905 Qm suggérée par les trois avant derniers points du sondage est tout à fait hypothétique.

13Quoi qu’il en soit, il semble bien assuré qu’il existe, sur ce terrain techniquement très facile à prospecter, des anomalies bien organisées d’autant plus susceptibles d’une bonne interprétation que la surface couverte sera plus grande. On recommande, avant (ou pendant) la reprise de l’exploration, l’exécution d’au moins un sondage archéologique jusqu’à 2 m de profondeur. En fonction des résultats de ce sondage, il faudra éventuellement envisager une exploration plus profonde (a = 5 m) en plus ou en substitution à la prolongation de celle qui vient d’être réalisée. Cette carte, beaucoup plus rapide à réaliser que la précédente, s’imposerait sans doute si l’existence d’un système de drainage du terrain de sport, que semblent suggérer certaines traces de la photographie aérienne et des regards cimentés observables à la surface du sol, était confirmée.

Ancien hôpital militaire

14Il s’agit là de la plus grande des cartes réalisées (130 ares) sur une surface dégagée, mais aux contours complexes. Ceux-ci se prêtaient bien à une mise en place de profils en diagonale favorables à la perception des alignements. Ici encore, un écartement de deux mètres entre les électrodes a été adopté pour s’affranchir de l’effet des remblais superficiels. On peut cependant s’interroger a priori sur les chances de détection de vestiges profonds dans la mesure où les bâtiments subsistants en élévation sont fondés en très faible dénivellation avec la place d’armes actuelle du camp Billotte (1 m environ ?).

  • 5 Même remarque à propos de l’église des Ursulines.

15Quoiqu’il en soit, les deux cartes obtenues, en wenner normal et dipôle-dipôle, s’accordent pour présenter une série d’anomalies de forte résistivité organisées sur un plan orthogonal (fig. 2). Partant du corps de bâtiment sud (vestiges), on perçoit sur la carte en dipôle-dipôle (montée sur le plan de situation des mesures) l’amorce de deux murs très nets avec une fermeture au sud : la superposition du plan ancien nous apprend qu’il s’agit très probablement du départ de la grande galerie nord-sud ; la coïncidence est excellente sur la carte wenner normal alors que l’anomalie dipôle-dipôle est décalée5 vers l’ouest d’environ 2 m. La netteté et le contraste de l’anomalie vers l’ouest suggèrent la possibilité d’un surplomb important, actuellement remblayé, dans cette direction. Cette hypothèse peut être étayée par le fait qu’au-delà, vers le sud après le franchissement de l’actuelle voie d’accès (impropre aux mesures), on trouve, dans l’alignement, un amas de pierres en surface, puis une forte pente en direction de la porte du camp.

Fig. 2 – Sondage géophysique à l’ancien hôpital militaire

Fig. 2 – Sondage géophysique à l’ancien hôpital militaire

A. Hesse, 1991

16Le haut de ce talus porte aussi de très fortes valeurs. Il correspond peut-être aux vestiges de la partie avant du corps central. Cette anomalie a une allure quadrangulaire sur la carte dipôle-dipôle ; cependant, on ne voit aucune trace du mur qui devrait le relier à l’amorce observée précédemment au départ du corps de bâtiment sud. La galerie est, longtemps en projet, n’apparaît aucunement et ne devait donc toujours pas être construite en 1902.

17En direction de la passerelle qui porte le pavillon, ne s’observe pas plus de trace de mur : seule une zone de résistivités moyennes s’allonge dans la direction est-ouest à l’emplacement de ce qui devait être le corps de bâtiment central.

18D’autres traces orthogonales sont perceptibles sur les cartes obtenues. Il est possible qu’elles soient liées à l’aménagement de jardins décrits sur un plan de 1968. Le deuxième transparent proposé permet d’évaluer les coïncidences : il s’agirait moins de la détection de structures limitantes que de la mise en évidence de compartiments de remplissage par des sédiments différents. Une grande anomalie linéaire nord-sud, à l’est de la carte, semble cependant bien correspondre à l’un des tracés du plan dont nous n’identifions pas la nature.

19La courbe du sondage électrique n’apporte aucune information essentielle sur des terrains dont la résistivité en profondeur semble très homogène entre 200 et 3 000 m, à l’exception d’une possible couche d’infiltrations d’eaux entre 3,7 et 5,2 m de profondeur. Il faut cependant reconnaître que, placé sur la position estimée du mur est de la grande galerie, ce sondage n’avait aucune chance de percevoir un éventuel sol bétonné à l’intérieur du bâtiment.

20Notons enfin que la coïncidence obtenue avec les plans anciens est ici d’autant meilleure qu’il subsiste des ruines visibles et identifiables : il apparaît ainsi que la dalle de béton qui affleure au nord de la carte est probablement ancienne et appartient à un aménagement que nous n’identifions pas à l’extrémité est du corps de bâtiment sud. Le cadastre lui-même, malgré sa petite échelle, permet un excellent recalage de la prospection. On remarque cependant qu’il porte la trace de deux petits bâtiments actuellement disparus, dont on ne sait s’ils étaient anciens – ils n’apparaissent sur aucun autre plan à notre disposition – ou (plutôt) modernes. On ne peut rien dire sur « b » qui est hors prospection ; « a », en revanche, semble dans le même axe que l’hôpital et peut être identifié, en bas du talus au fond de la place d’armes du camp, à une tache de fortes résistivités (carte DD).

21Le camp Billotte présente encore plusieurs espaces prospectables, plus ou moins remaniés par les aménagements récents, où pourraient certainement être retrouvés d’autres vestiges de l’hôpital militaire.

Domaine de la Rochetière

22L’encombrement des terrains du domaine par les cultures ne permettait pas les recherches suggérées au-delà de l’extrémité de l’impasse Levassor. Dans l’attente de l’accès aux autres terrains de Saint-Pierre, nous avons donc réalisé un simple essai au nord de la voie dans un espace triangulaire délimité sur les deux autres côtés par un chemin et un talus portant des cultures. Les deux versions de la carte (wenner normal et dipôle-dipôle) donnent à peu près les mêmes indications :

  • vers la voie, la résistivité s’abaisse : ceci traduit peut être la nature des terrains sous-jacents, mais la contribution de l’anomalie topographique du talus n’est sans doute pas à négliger ;

  • vers les cultures, au nord, on observe le même phénomène, mais l’effet du talus (moins marqué dans la topographie) ne semble pas en cause car l’anomalie très rectiligne le long des profils n’en suit pas la courbure. Ceci pourrait étayer l’hypothèse d’une rue Case-Nègres divergeant de la rue Levassor vers le nord-est.

23Quelques anomalies de forte résistivité, perpendiculaires à cet axe, dessinent deux pians à peu près carrés de 5 à 10 m de côté (surtout sur la carte DD) : il est difficile d’imaginer en l’occurrence un petit bâtiment, encombrant ainsi l’espace en avant de l’habitation de la Rochetière et dans un axe discordant avec celui de la voie. L’extrémité ouest de la carte redonne quelques alignements de même direction, mais le nombre de mesures est insuffisant pour proposer une interprétation valide.

24Les mesures pourraient être poursuivies sans aucune difficulté tant dans le petit espace qui s’étend au sud de la voie, que sur les grands terrains à l’est du bâtiment ruiné. Le seul obstacle à supprimer est celui des cultures et de la végétation naturelle broussailleuse, à l’exclusion des quelques arbres existants dont la gêne est très mineure.

Maison coloniale de santé

25La prospection s’est limitée au petit espace libre disponible au sud des thermes. Pour des raisons pratiques (gain de temps), nous nous sommes limités à l’exécution d’une carte en wenner normal (a = 1 m), mesures en quinconce (2 x 1 m). La faible profondeur d’investigation adoptée (env. 0,75 m) est justifiée par l’état remanié du terrain : couches supérieures déjà dégagées et murs affleurants.

26Malgré le manque de quelques mesures au centre, en raison d’un important amas de pierres, la carte est claire mais peu parlante en termes de constructions (fi. 3) : il y a essentiellement une grande anomalie de forte résistivité nord-sud ; elle semble assez bien contenue par le grand mur affleurant à l’ouest, puis par le petit tronçon qui prolonge l’un des murs visibles en fouille. Vers l’est, elle s’abaisse lentement jusqu’à 400 Qm le long du grand mur qui borde le terrain. Le sondage électrique effectué en son centre montre clairement qu’il s’agit de l’effet d’une couche peu épaisse (env. 50 cm), superficielle et très résistante (env. 4 000 Qm en résistivité vraie). Nous avons tenté d’attribuer cette anomalie à une hétérogénéité dans le dépôt de cendres plutôt qu’à une couche de démolition de bâtiment : cette hypothèse est confortée par le caractère très meuble du sol à l’est de l’amas de pierres. La forme de l’anomalie n’est pas non plus assez géométrique pour y reconnaître un béton de sol. Cette hypothèse pourrait être cependant envisagée pour la partie la plus au sud de l’anomalie qui s’élève au-dessus de 2000 Qm en résistivité apparente (tache noire).

Fig. 3 – Sondage géophysique à la maison coloniale de santé

Fig. 3 – Sondage géophysique à la maison coloniale de santé

A. Hesse, 1991

27Reste une petite anomalie de forte résistivité à l’extrémité ouest de la carte. Trop incomplète pour être validement interprétée en relation avec les bâtiments voisins, elle ne tire peut-être son intérêt que de l’espace de relativement faible résistivité orienté nord-sud qui apparaît entre elle et la grande anomalie précédemment décrite.

Haut de page

Notes

1 S. Veuve, Prospection géophysique et archéologique à Saint-Pierre de la Martinique : proposition de sites.

2 Entre 23 et 29 points de mesure tant sur la plage blanche que sur la plage noire pour les deux cartes.

3 Voir la même observation pour l’hôpital militaire au passage d’une zone résistante à une zone conductrice.

4 Si nous nous sommes trompés sur l’exacte position du mur ouest et sur la largeur de la nef.

5 Même remarque à propos de l’église des Ursulines.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sondage géophysique à l’ancienne église des Ursulines
Crédits A. Hesse, 1991
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 2 – Sondage géophysique à l’ancien hôpital militaire
Crédits A. Hesse, 1991
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 – Sondage géophysique à la maison coloniale de santé
Crédits A. Hesse, 1991
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Albert Hesse, « Saint-Pierre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Martinique, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19249

Haut de page

Responsable d'opération

Albert Hesse

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org