Navigation – Plan du site
1991

Sainte-Anne – Crève-Cœur

1991 – Fouille programmée n° 97-227-060-AH
Responsable(s) des opérations : Jean-Baptiste Barret
Notice rédigée par : Jean-Baptiste Barret

Entrées d’index

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quelques traces de chaux ou de matériaux céramique.

1La fouille de quatre grandes structures a permis de mettre en évidence la fonction des principaux bâtiments de l’ancienne sucrerie, pour lesquels on ne disposait jusqu’alors d’aucune information, malgré nos recherches en archives. Sous une fine couche de terre noire et de résidus végétaux, le premier niveau archéologique est entièrement constitué, sur une épaisseur de 10 à 15 cm, de tuiles brisées provenant de l’effondrement des anciennes toitures. Au-dessous, se trouve un niveau de terre battue contenant peu de vestiges1. Des vestiges de charpente sont apparus au fond de la structure 4. Dans la première structure, au sud d’un amas de pierres éboulées, la fouille a révélé des murets hauts de 100 cm. Leur soubassement repose directement sur le tuf de la roche mère. La stratigraphie de la coupe nord du sondage montre cinq couches différentes :

  • la première est constituée de gravats et de terre mêlés contenant des fragments de tuiles de la toiture. Elle est épaisse de 40 cm au maximum ;

    • 2 Fragments de matériaux céramiques ou d’enduit de chaux.

    la seconde, épaisse de 30 cm, est une couche d’argile avec des restes de maçonnerie2 ;

  • la troisième couche est plutôt une lentille de gravats, épaisse de quelques centimètres seulement ;

  • la quatrième est un autre niveau d’argile semblable à celui de ta deuxième ;

  • la dernière est constituée d’argile rouge qui est un horizon d’altération du substrat rocheux.

2En étendant la fouille vers l’ouest, nous avons mis au jour les restes d’un caniveau (structure 2) qui suit toute la longueur du mur sud du bâtiment. Dans la partie fouillée, la longueur actuellement visible est de 14 m, pour une largeur moyenne de 1,40 m. La rigole est profonde de 15 cm et n’est séparée de la base du mur sud du bâtiment que de quelques centimètres. La partie qui recevait le liquide était recouverte d’un enduit lissé fait à partir d’un mélange de chaux et de brique pilée, sans doute pour obtenir une meilleure résistance à l’humidité.

3La structure 3 est une grande plate-forme rectangulaire, plus haute que le niveau du sol d’une vingtaine de centimètres. Elle est organisée de façon symétrique. Il s’agit encore d’un ensemble de caniveaux ou, plutôt, de petites rigoles. Ses dimensions sont de 2,80 m de largeur (dans l’axe nord-sud) pour une longueur de 7 m. La surface de la structure étant plate, on distingue parfaitement les rigoles s’inclinant vers la rigole centrale. Chacune mesure de 30 à 40 cm, pour une longueur de 250 cm. La structure 3 est entièrement en maçonnerie de moellons liés avec un mortier de chaux, l’ensemble étant recouvert d’un enduit de chaux lissé assez épais (2 ou 3 cm) renforcé par des fragments de tuile ou de céramique. La partie visible de la structure repose sur un soubassement de maçonnerie d’une épaisseur de 40 à 50 cm.

4La structure 4 est un caniveau orienté ouest-est avec son système d’écoulement. La partie visible est collée au mur nord du bâtiment. Sa largeur totale est de 340 cm pour une longueur mise au jour de 220 cm environ (orientation est-ouest). Nous avons dégagé une surface recouverte d’un enduit lisse, large de 120 à 360 cm. Cette partie enduite est donc la fin d’un caniveau qui a une profondeur de 20 cm. Le bout est du caniveau est caractérisé par un alignement de grosses pierres, au centre duquel se trouve un fragment de tuile-canal par lequel devait transiter le liquide circulant dans le caniveau. Devant cette tuile d’écoulement se trouvait une dépression profonde de 1 m par rapport au niveau de la tuile-canal. Elle traverse donc le substrat argileux sur lequel repose le niveau du sol archéologique ; le socle de roche basaltique a été, quant à lui, creusé de 30 cm environ pour que la dépression ait la profondeur voulue. Nous avons pu observer que le mur nord du bâtiment reposait directement sur le socle rocheux et que celui-ci ne semblait pas avoir reçu d’aménagements particuliers.

5La fouille du bâtiment B a permis d’expliquer le fonctionnement de l’équipage de Crève-Cœur et de la sucrerie. Dans le bâtiment D, elle a révélé l’existence de structures qui restent encore à identifier avec précision. C’est surtout dans le bâtiment B qu’a été mis en évidence le caractère « artisanal », de la construction. Il paraît clair, aujourd’hui, que l’état financier de l’habitation, les usages des différentes époques et le savoir-faire des chefs de chantier successifs, sont intervenus dans la conception des bâtiments. Les matériaux réutilisés ou introduits lors des entretiens et améliorations dans les structures sont la preuve que ces conceptions ont évolué au fil des ans et des réparations. Le dernier gros investissement dans le bâtiment B semble être l’aménagement de l’équipage tel qu’il est aujourd’hui. Tout ce qui a été ajouté par la suite n’a plus l’envergure de cet aménagement initial, mais semble plutôt constituer de petites réparations ayant pour but de palier l’érosion tout en demeurant le plus économique possible. Par ailleurs, nous avons pu remarquer que le site n’avait pas été abandonné tel quel mais après récupération complète de tout ce qui pouvait encore servir.

Fig. 1 – L’ouvrage no 4

Fig. 1 – L’ouvrage no 4

Ouvrage où se trouvait le foyer.

J.-B. Barret, 1991

Fig. 2 – La grille de l’ouvrage no 4

Fig. 2 – La grille de l’ouvrage no 4

Grille sur laquelle se trouvait le feu.

J.-B. Barret, 1991

Haut de page

Notes

1 Quelques traces de chaux ou de matériaux céramique.

2 Fragments de matériaux céramiques ou d’enduit de chaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’ouvrage no 4
Légende Ouvrage où se trouvait le foyer.
Crédits J.-B. Barret, 1991
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 2 – La grille de l’ouvrage no 4
Légende Grille sur laquelle se trouvait le feu.
Crédits J.-B. Barret, 1991
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Baptiste Barret, « Sainte-Anne – Crève-Cœur », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Martinique, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19230

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Baptiste Barret

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org