Navigation – Plan du site
1991

Remire – Moulin à vent

Fouille programmée n° 97-300-001-AH
Responsable(s) des opérations : Jean-Baptiste Barret
Notice rédigée par : Jean-Baptiste Barret

Entrées d’index

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

1L'étude archéologique de la parcelle constructible de Moulin à Vent, à Remire, montre à l'évidence l'intérêt que représente ce site pour la connaissance des techniques sucrières guyanaises (fig. 1). Il est regrettable qu'une bonne partie de celui-ci soit désormais perdue pour les études futures, d'autant qu'il s'agit du seul exemple connu, en Guyane, d'installation sucrière ayant eu recours à l'énergie éolienne. La nécessité d'y mener un sauvetage urgent ne fait pas de doute, quelles qu'aient été les difficultés et les obstacles humains à surmonter. Quoi qu'il en soit, les données recueillies, malgré leur caractère sommaire dû au délai extrêmement court qui nous était imparti, sont à notre avis un complément utile aux travaux qui devront être faits dans le futur, étant donnée l'importance de ce site.

Fig. 1 – Site du Moulin à vent (Remire)

Fig. 1 – Site du Moulin à vent (Remire)

J.-B. Barret, 1991

2De manière très schématique, on peut retenir qu'il présente deux installations industrielles distinctes qui ne paraissent pas avoir utilisé d'infrastructure commune. En dehors des vestiges architecturaux qui subsistent à proximité de la tour, des aménagements domestiques ont bien existé. Le sauvetage urgent a permis d'en établir nettement la présence, bien qu'ils aient été détruits par les travaux agricoles anciens puis par les terrassements modernes. Leurs traces encore visibles indiquent qu'ils constituaient le seul point fixe de l'occupation du site. Leurs caractéristiques spatiales sont typiquement antillaises : en haut d'une colline dominant la partie industrielle (sauf la tour, si tant est qu’elle n’ait jamais servi), « au vent ». D'après les vestiges, il s'agissait de constructions modestes dont on ne retrouve que quelques éléments : briques, dalles de terre cuite, fragments de ferrures, etc. La vaisselle utilisée présente à la fois des aspects rustiques (marmites et pots en terre cuite, avec ou sans glaçurage) et des aspects raffinés (faïence légère décorée de filets bleus ou de motifs floraux, paysages d'inspiration post-révolutionnaire, etc.). Elle évoque une petite unité familiale, dont le mode de vie paraît manifester une certaine sobriété, sans écarter pour autant les aspects « citadins ». La cohérence de ces vestiges est assez étonnante ; notre échantillonnage est en effet comparable à celui fourni par l'étude de surface de Wack et Cornette en 1985, ce qui semble conférer une certaine pertinence à l'ensemble. Rappelons à ce sujet que le site a été largement perturbé entre leur passage et le notre, puisque nous n'avons plus retrouvé les points de repère qu'ils situent dans leur relevé.

3La variété du matériel écarte toute possibilité de présence exceptionnelle et passagère de pièces de vaisselle apparaissant accidentellement dans un contexte purement industriel. En cela, l'hypothèse de M. Le Roux, rapportée par Wack (1985), faisant de ce site un élément du consortium foncier de Beauregard ne correspond à aucune de nos observations sur le terrain. Les vestiges indiquent clairement, et c'est probablement le principal apport du sauvetage que nous avons mené sur ce site considérablement endommagé, qu'il s'agissait d'un petite exploitation familiale, comme le proposait très justement Wack.

4Les parallèles entre les vestiges architecturaux du Moulin à Vent et ceux des îles sont très nets et mériteront d'être approfondis par les études futures. Certains matériaux de construction, en particulier la chaux de corail madrépore, renforcent cette relation. Néanmoins, contrairement à une pratique courante aux Antilles, ce générateur éolien n'est pas le complément d'une autre machinerie (moulin à eau, à bêtes ou à vapeur), ce qui lui donne une certaine originalité, tout en rendant encore plus complexe son éventuel fonctionnement. Enfin, dans la partie étudiée, l'ensemble des vestiges (céramique, verre, métal) plaide en faveur d'une occupation qui commencerait autour de 1830 pour se terminer environ un siècle après.

5D'un point de vue archéologique, le site du Moulin à Vent justifie une intervention organisée, d'une durée suffisante pour que son exploitation puisse se faire dans de bonnes conditions. Une étude approfondie des documents d'archives par des spécialistes est indispensable, nous semble-t-il, avant de procéder au décapage minutieux des sols en place dont les vestiges risquent d'être particulièrement ténus, avec un recours important aux constructions en bois. L'absence de tessons de formes à sucre en surface est totalement inhabituelle (peut-être significative à certains égards) et nécessite d'être abordée avec une prudence particulière. Enfin, la complexité même de l'histoire du site ajoute à son intérêt et appelle une étude interdisciplinaire, laissant à chaque spécialité la place qui lui revient pour une connaissance optimale de la situation représentée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Site du Moulin à vent (Remire)
Crédits J.-B. Barret, 1991
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Baptiste Barret, « Remire – Moulin à vent », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Guyane, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19216

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Baptiste Barret

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org