Navigation – Plan du site
2014

Olmeta-di-Capocorso – Grotta Scritta : Canaghiolo, E Fontanelle

2014 – Relevé d’art rupestre n° 1350
Responsable(s) des opérations : Pierre Grussenmeyer
Notice rédigée par : Albane Burens

Texte intégral

1Le site de la Grotta Scritta I se trouve sur le versant ouest du Cap Corse, sur la commune d’Olmeta-di-Capocorso, au secteur dit de E. Funtanelle (Canaghiolo). Il s’agit d’un surplomb rocheux naturel situé sur un massif schisteux, à environ 412 m d’altitude. L’auvent surplombe la plage de Nonza et fait face au golfe de Saint-Florent. Un second abri, la Grotta Scritta II, est localisé à quelques mètres en contrebas du premier site.

2L’opération conduite en mars 2014 correspond au relevé lasergrammétrique 3D du site archéologique de la Grotta Scritta I, et plus spécifiquement de ses peintures pariétales. Ce travail répond à une commande de la commune d’Olmeta-di-Capocorso, propriétaire du site.

3Le site de la Grotta Scritta I, dont l’existence a été révélée par Roger Grosjean dès 1959 (Grosjean 1959), est inscrit sur la liste complémentaire des monuments historiques. Il a fait l’objet de différentes études et relevés. En 1997, un programme de recherche collectif dédié à l’art rupestre de Corse, réalisé sous la responsabilité de M.-C. Weiss, a notamment permis le recensement exhaustif, l’étude et le relevé des représentations pariétales de la Grotta Scritta I, ainsi que la définition de leurs différentes phases de réalisation (Weiss 2007). L’auteur propose notamment une interprétation des différents motifs recensés : anthropomorphes et dérivés d’anthropomorphes, anthropozoomorphes, cavaliers et signes abstraits (points, traits, triangles, lignes brisées, etc.).

4Un nombre important de parallèles ont été établis entre les représentations peintes de la Grotta Scritta I et des motifs rupestres et pariétaux bien connus dans la péninsule Ibérique, dans le Piémont italien, mais aussi en Provence et en Sardaigne (Grosjean 1959).

5Les peintures rupestres de la Grotta Scritta I, tracées au pigment rouge sur les parois de la niche de l’abri, relèvent d’un vaste courant méditerranéen caractérisé par un art schématique dont l’Espagne est considérée comme le centre. Cet art est communément daté de la fin du Néolithique-Chalcolithique/âge du Bronze ancien. En l’absence de tout contexte archéologique, les peintures de la Grotta Scritta I ne peuvent être datées avec plus de précisions. On rappellera que quelques graffitis récents ont également été recensés par M.-C. Weiss à proximité directe des peintures préhistoriques (Weiss 2007).

6Le travail de numérisation 3D des peintures de la Grotta Scritta I, réalisé par des topographes et archéologues des UMR 7357 ICube (équipe TRIO) à l’INSA de Strasbourg et 5602 GEODE de Toulouse, a consisté en l’acquisition d’un modèle 3D par lasergrammétrie terrestre et un relevé photogrammétrique (fig. 1). Ces techniques permettent d’acquérir une documentation 3D complète, sans contact avec les parois rocheuses. Elles présentent l’avantage de garantir une parfaite préservation du site. Elles ont nécessité l’utilisation du scanner à balayage Faro Focus 3D X330 avec caméra intégrée. La miniaturisation (5 kg) et la souplesse d’utilisation de ce scanner laser ont permis sa mise en œuvre dans un contexte particulièrement contraignant (stations de numérisation dans une coupole étroite et à la topographie accidentée, à environ 2,50 m de hauteur ; présence d’une végétation particulièrement dense à proximité directe du site).

Fig. 1 – Vue du dispositif de numérisation 3D par lasergrammétrie

Fig. 1 – Vue du dispositif de numérisation 3D par lasergrammétrie

A. Burens (CNRS), 2014

7Parallèlement, un relevé photogrammétrique a été réalisé à partir de plusieurs stations à l’aide d’un boîtier Canon EOS 5D et de plusieurs objectifs calibrés de 20, 24 et 105 mm. Ce travail a permis de texturer le modèle numérique 3D produit par lasergrammétrie.

8Les modèles 3D générés dans le cadre de cette opération (fig. 2), au-delà de leur utilité en termes de valorisation, de communication et de restitution virtuelle, constituent un réel outil d’aide à l’analyse et à la perception de la complexité des volumes de l’abri (notamment les formes repliées sur elles-mêmes de la coupole abritant les peintures). En ce sens, la 3D apporte une véritable valeur ajoutée par rapport aux représentations cartographiques traditionnelles. Les possibilités de manipulation interactive du modèle texturé, de modification des conditions d’éclairage mais surtout d’affichage de tout ou partie des tracés sont essentielles. À titre d’exemple, l’extraction d’une orthophotographie depuis le modèle 3D de la Grotta Scritta nous a servi de support au relevé vectorisé et géoréférencé des peintures, qu’il conviendra rapidement de confronter pour contrôle avec les peintures in situ.

Fig. 2 – Vue d’ensemble des motifs peints dans la coupole de la Grotta Scritta, dans le modèle 3D texturé

Fig. 2 – Vue d’ensemble des motifs peints dans la coupole de la Grotta Scritta, dans le modèle 3D texturé

P. Grussenmeyer (Insa), S. Guillemin (Insa), A. Burens (CNRS), E. Alby (Insa), 2014

9Précisons que les modèles numériques 3D de la Grotta Scritta, s’ils ne constituent ni une alternative à la réalité archéologique, ni un substitut aux méthodes traditionnelles de documentation, peuvent être appréhendés comme une documentation relativement objective dans le sens où les différents travaux conduits par le passé sur le site n’ont pas impacté ce dernier.

10Le modèle 3D constitue une interprétation de la réalité archéologique et forme un nouveau type de documentation, complémentaire des photographies, permettant de nouveaux modes de représentation graphique, de nouvelles façons de prendre des mesures, etc. En ce sens, il est partie intégrante des processus de description, de compréhension et d’interprétation de la complexité des sites archéologiques (Burens et al. soumis ; Campana 2014).

Haut de page

Bibliographie

Grosjean R. 1959 : Les premières peintures rupestres de Corse. Chronique d’Archéologie Préhistorique, Études Corses, 1959, 22, p. 77-78.

Weiss M.-C. 2007 : L’art rupestre de la Corse, in D’Anna A. (dir.), Cesari J., Ogel L., Vaquer J. : Corse et Sardaigne préhistoriques – relations et échanges dans le contexte méditerranéen, CTHS, p. 185-195.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue du dispositif de numérisation 3D par lasergrammétrie
Crédits A. Burens (CNRS), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Fig. 2 – Vue d’ensemble des motifs peints dans la coupole de la Grotta Scritta, dans le modèle 3D texturé
Crédits P. Grussenmeyer (Insa), S. Guillemin (Insa), A. Burens (CNRS), E. Alby (Insa), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Albane Burens, « Olmeta-di-Capocorso – Grotta Scritta : Canaghiolo, E Fontanelle », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19125

Haut de page

Responsable d'opération

Albane Burens

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org