Navigation – Plan du site
2014

Monticello – E Stabielle

2014 – Opération préventive de diagnostic n° 1324
Responsable(s) des opérations : Pascal Tramoni
Notice rédigée par : Pascal Tramoni

Texte intégral

1Un diagnostic a été réalisé au lieu-dit E Stabielle en préalable aux travaux d’édification d’un lotissement. L’emprise concerne près d’un hectare mais un tiers de la surface se trouve inaccessible, le terrain étant occupé par des essences remarquables à conserver ainsi que par une maison d’habitation et ses abords. Le diagnostic a donné lieu à la réalisation de 17 sondages en tranchée de 2 m de largeur.

2Ils ont permis l’identification des vestiges en relation avec l’occupation Néolithique final du site de Listrella. Ces vestiges sont essentiellement concentrés dans deux secteurs spatialement distincts et physiquement déconnectés, tributaires de la topographie dans l’emprise des parcelles prescrites. Le premier secteur occupe le replat méridional au sud de l’emprise et le second secteur, de moindre importance, se trouve au nord-est (fig. 1).

Fig. 1 – Plan d’ensemble du diagnostic et localisation des vestiges (contours pointillés)

Fig. 1 – Plan d’ensemble du diagnostic et localisation des vestiges (contours pointillés)

P. Tramoni (Inrap), M. Seguin (Inrap), 2014

3Le replat méridional se présente comme un espace non compartimenté avec un pendage faible mais régulier vers le sud-est, utilisé jusqu’il y a peu en jardin et en verger d’agrumes et de fruitiers. Il est naturellement limité au nord par un versant rocheux et au sud par un ensemble a priori discontinu de blocs granitiques parfois relayé par un champ filonien aplitique orienté est-nord-est/ouest-sud-ouest, aujourd’hui masqué par les colluvions récentes. Ces éléments jouent probablement un rôle prépondérant dans la structuration des occupations néolithiques. Ils apparaissent, en l’état des travaux, comme une limite dans l’établissement de plein air.

4Plusieurs types de structures en creux et en élévation ainsi que des sols ont été mis en évidence. Ces niveaux archéologiques relèvent au sens large d’une même chronologie, comprise entre le début et la fin du iiie millénaire av. J.-C. Les structures archéologiques s’insèrent dans une séquence sédimentaire faiblement exprimée à matrice sableuse (arène remaniée, pauvre en argile et en limons). Fait notable, elles apparaissent immédiatement sous une couche de colluvions sableuses brun clair très peu épaisses, entre 0,15 et 0,25 m sous la surface actuelle. Les horizons sédimentaires hérités des occupations néolithiques sont contenus dans des sédiments sableux fins, compacts, brun gris à gris foncé, plus ou moins riches en mobilier (par ordre d’importance, céramique, outillage pondéreux, lithique taillé et poli). Ils signent donc à la fois les niveaux de fonctionnement, d’abandon et parfois de destruction des structures.

5Douze structures en creux de petites dimensions ont été identifiées parmi lesquelles quatre trous de poteau avec calage (fig. 2) et une fosse contenant des amas de tessons et signalant un probable dépotoir. En outre, une, voire deux structures d’une dizaine de mètres de longueur, faiblement excavées et délimitées par des alignements de blocs pluridécimétriques, ont été observées. La morphologie et l’extension des structures restent à caractériser précisément. Les élévations, bien que très arasées, sont en effet masquées par des niveaux d’effondrement qui nécessitent une fouille fine et raisonnée incompatible avec les objectifs du diagnostic. Deux, voire trois empierrements de grandes dimensions ont également été repérés. Ils ne paraissent pas correspondre au même type de construction et il pourrait s’agir de surfaces de circulation associées aux structures bâties (sur poteau de bois ou sur solins de pierre). Plusieurs niveaux de sols dépendants de l’occupation principale ont été identifiés. Ils sont localement conservés et présentent de fortes densités de rejets domestiques (céramique, lithique, faune). Des vestiges reliés à la métallurgie ont également été identifiés dans ces rejets (outillage pondéreux, scories).

Fig. 2 – PO 16003 (TR16), vue oblique rapprochée depuis l’est

Fig. 2 – PO 16003 (TR16), vue oblique rapprochée depuis l’est

Le calage est encore en place et le négatif du poteau est bien lisible.

P. Tramoni (Inrap), 2014

6La topographie du replat situé au nord-est de l’emprise a été considérablement modifiée par l’implantation de la maison. Le décaissement a fait disparaître la totalité des colluvions de pied de versant et les niveaux archéologiques potentiellement conservés. À l’ouest, entre la maison et la limite de parcelle, le raclage mécanique des terres a également amputé la séquence sédimentaire. Cependant, plusieurs structures en creux sont conservées, notamment quatre trous de poteau disposés sur un axe nord-est/sud-est. Des horizons livrant des vestiges ont été identifiés en limite d’emprise et des sols sont possiblement conservés dans un espace délimité par des blocs granitiques erratiques. La limite parcellaire est d’ailleurs constituée par un mur de soutènement au-delà duquel le versant s’accélère brutalement. L’examen du parement visible montre qu’il est constitué de trois appareils différents superposés. À la partie inférieure, il s’agit d’une à deux assises constituées de blocs métriques irréguliers. La base du mur pourrait témoigner d’une limite construite, aujourd’hui démantelée et opportunément agencée à partir des blocs granitiques in situ. Cette limite se trouve dans la continuité topographique de la rupture de pente identifiée dans le secteur 1. Cette structure pourrait être rapportée à l’occupation du Néolithique final. Elle matérialiserait une limite de l’espace dévolu à l’établissement de plein air, comme cela a été mis en évidence sur d’autres sites, en particulier à I Calanchi (Sollacaro) et Serravalle (Calacuccia).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble du diagnostic et localisation des vestiges (contours pointillés)
Crédits P. Tramoni (Inrap), M. Seguin (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 2 – PO 16003 (TR16), vue oblique rapprochée depuis l’est
Légende Le calage est encore en place et le négatif du poteau est bien lisible.
Crédits P. Tramoni (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19122/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascal Tramoni, « Monticello – E Stabielle », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19122

Haut de page

Responsable d'opération

Pascal Tramoni

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org