Navigation – Plan du site
2014

Meria – San Paolo

2014 – Sondage n° 1341
Responsable(s) des opérations : Marine Lechenault
Notice rédigée par : Marine Lechenault

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer, Antiquité

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

1Le site de San Paolo est implanté sur une butte de faible hauteur (60 m d’altitude en moyenne). La colline se dresse à mi-chemin entre la mine d’antimoine de Meria et la marine, située à 1,2 km. Le ruisseau de Meria s’écoule en contrebas jusqu’à la mer. Le site de San Paolo bénéficie d’une vue imprenable sur l’archipel toscan et en particulier sur les îles de Capraia et d’Elbe.

2En 2013, une prospection a mis en évidence l’intérêt du site dans le cadre d’une problématique centrée sur la définition économique et culturelle des populations capcorsines protohistoriques (les Vanacini), sur les parentés existant entre les Vanacini et les populations italiques, ainsi que sur les modalités de la transition de l’âge du Fer à l’époque romaine (Lechenault, Michel 2011). À ce titre, la commune de Meria se distingue en abritant une inscription, une dédicace à l’empereur Claude réalisée sur marbre (fig. 1), initiative d’un prêtre du culte impérial nommé Eunus, fils de Tatus (Michel 2011). Les indices matériels incitent à proposer la butte de San Paolo comme l’une des localisations potentielles du lieu de culte concerné par l’inscription. La présence d’une chapelle romane sur le site conforterait cette hypothèse.

Fig. 1 – La dédicace à l’empereur Claude, découverte à Meria

Fig. 1 – La dédicace à l’empereur Claude, découverte à Meria

F. Michel, 2011

3En 2014, trois approches ont été mises en œuvre à Meria : une approche archéologique (évaluation sur la butte de San Paolo), une approche topographique (représentation spatiale générale et particulière) et une approche géologique (reconstitution paléo-environnementale et recherche de pollutions liées à l’activité métallurgique) dans le cadre du projet collectif de recherches consacré à la géoarchéologie des basses vallées fluviales de la Corse.

4La méthodologie archéologique choisie vise à obtenir une première image fidèle du sous-sol, des secteurs occupés et des structures conservées, en tenant compte des remaniements effectifs sur la butte et notamment sur le versant oriental (présence de vignes au xxe s.).

5Sur les six sondages entrepris, trois se sont révélés négatifs, et trois autres positifs. Les résultats obtenus permettent de valider deux secteurs comme pouvant accueillir des travaux archéologiques ultérieurs :

  • la terrasse de la parcelle C290, où sont implantés les sondages 1 et 6 ;

  • le « cirque » de la parcelle C302, où est implanté le sondage 3.

6Le sondage 1 recouvre une surface de 7 m2. Une portion de bâtiment a été mise au jour : il s’agit d’un espace aménagé, comprenant un mur, un orifice creusé dans le substrat, deux espaces plans et une faille s’écoulant en direction du rebord oriental de la terrasse. Ces aménagements ont été découverts après la fouille d’un niveau illustrant un épisode de destruction. La majeure partie des témoignages matériels se rapporte au ier s. av. J.-C., mais l’ensemble du mobilier esquisse une fréquentation sur un intervalle allant du début du iie s. av. J.-C. au iiie s. apr. J.-C. La coexistence des productions romaines (terre cuite architecturale d’origine italique, céramique commune) et indigènes (récipient de stockage modelé, peigné et amianté) est un fait marquant pour ce secteur. Une autre donnée d’importance est la conservation exceptionnelle des vestiges fauniques. Ce sont principalement de petits herbivores, de jeunes individus, portant des traces de boucherie.

7Au nord du sondage 1 et dans le prolongement de celui-ci, le sondage 6 (1 m2) a révélé un aménagement du substrat (creusement) comparable à celui du sondage 1.

8Le secteur du sondage 3 a révélé un remplissage sédimentaire très supérieur à celui du sondage 1, mais des remaniements sont effectifs. Le mobilier découvert permet de proposer les deux secteurs comme synchrones. La modestie de la surface fouillée et le manque de lisibilité limitent les observations. Un nettoyage intensif a été entrepris.

9En 2014, quatre secteurs capcorsins ont accueilli les travaux géologiques : Cala Francese, Macinaggio, Porticciolo et Meria. À Meria, les carottages ont concerné sept zones, localisées entre l’ancienne mine d’antimoine et la mer, selon un transect est-ouest. Ils ont été réalisés à l’aide d’une tarière, d’un carottier russe et d’un carottier cobra. Des échantillons de stibine ont été prélevés dans les remblais de la mine afin de mesurer la signature isotopique de cette pollution. Des échantillons des roches encaissantes ont également été collectés afin d’avoir la signature naturelle et le bruit de fond régional. L’étude du matériel est désormais en cours.

Haut de page

Bibliographie

Lechenault M., Michel F. 2011 : Histoire et archéologie du Cap Corse. Une prospection inventaire sur la commune de Meria, Actes du colloque « Six millénaires en centre-ouest corse », Patrimoine d’une île-Patrimonio isulanu, éd. Alain Piazzola.

Michel F. 2011 : Inscriptions latines et grecques de la Corse, thèse de doctorat, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 391 p.

Michel F., Pasqualaggi D. 2014 : Carte archéologique de la Gaule 2A-2B – La Corse, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 316 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La dédicace à l’empereur Claude, découverte à Meria
Crédits F. Michel, 2011
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marine Lechenault, « Meria – San Paolo », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19121

Haut de page

Responsable d'opération

Marine Lechenault

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

  • Meria [Texte intégral]
    2013 – Prospection diachronique n° 1279
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Meria – San Paolo [Texte intégral]
    2015 – Fouille programmée n° 1423
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org