Navigation – Plan du site
2014

Luri

2014 – Prospection diachronique n° 1345
Responsable(s) des opérations : Isabelle Marcangeli
Notice rédigée par : Isabelle Marcangeli

Texte intégral

1La campagne de prospection diachronique avait pour objectif la vérification des données de la carte archéologique et la recherche de sites potentiels sur un espace dont la fréquentation remonte au Mésolithique. Sur les 27,5 km2 de superficie de la commune, la prospection s’est étendue sur 17 km2, permettant de géoréférencer les indices de site découverts (abris, zones d’habitat et de pratiques agropastorales), ainsi que les sites déjà connus de longue date parmi lesquels le site mégalithique du Pinzu a Vergine, l’habitat de l’âge du Fer d’Aghiale Supranu le castrum dei Moti avec la tour de Sénèque ou encore la chapelle Saint-Michel, datés du Moyen Âge et des Temps Modernes.

2L’occupation préhistorique de la partie est de la vallée a été confirmée par la présence d’obsidienne sur les versants. Parmi les abris-sous-roches aménagés, certains ont pu être utilisés comme sépultures. Ils sont situés tant sur les hauteurs fermant la vallée à l’ouest que sur les versants dans la partie est de la plaine. Deux d’entre eux pourraient avoir été utilisés à l’âge du Fer, d’après les rares fragments de céramique observés. L’intérieur d’une cavité d’une hauteur réduite, aménagé avec des dalles, fait supposer la présence d’une sépulture, mais l’ensemble a été dégradé comme en témoigne l’agencement des pierres qui devaient en fermer les entrées, aucun vestige matériel anthropique n’a été identifié.

3C. Piccioni, au début du xxe s., situait Lourinon, une des cités de Ptolémée, à Luri. Plusieurs sites sur la commune ont déjà livré du matériel témoignant d’une occupation antique, dont un bas-relief daté du iie s. à Piazza et des fragments de céramique sigillée à Aghiale. La prospection a recensé deux sites datables de l’Antiquité. Le site de Lamone, utilisé comme carrière de fabrication de meule jusqu’à l’époque contemporaine, a en effet été occupé dès l’Antiquité, voire dès la Préhistoire.

4L’occupation médiévale de la vallée est attestée dès le xiie s. par les textes (charte de 1176), avec la mention d’un piévan à Luri et des habitants de Li Moti. Un siècle plus tard, l’inventaire de 1286 de la seigneurie Da Mare indique la présence de 81 feux à Luri. Mais la prospection n’a pas permis d’identifier de nouveaux sites pour cette période. La chapelle Saint-Michel, qui pourrait d’après les travaux de Mme Moracchini-Mazel être préromane, est attestée par les textes au xiiie s. et les traces de multiples réfections jusqu’à son abandon définitif en 1933 sont encore visibles sur les murs. À l’intérieur, une inscription du xixe s. est encore visible sur la maçonnerie de l’autel, mais la terrasse sur laquelle est située la chapelle s’effondre, et la végétation commence à recouvrir l’édifice.

5Les inscriptions insérées dans les maisons du hameau de Poggio témoignent de l’histoire de l’extension du bâti de ce hameau, siège d’un château des seigneurs Da Mare. Ces quatre inscriptions datent du début des Temps Modernes (xvie s. et début xviie s.) ; deux inscriptions datées de 1575 sont hors contexte, mais l’emplacement originel de l’une d’elles est connu.

6La prospection pédestre a permis de constater la densité de l’occupation et des installations agropastorales modernes et contemporaines (bassins d’irrigation, pressoirs, moulins) et de vérifier et compléter les indications du plan Terrier daté de la fin du xviiie s. et du cadastre napoléonien. Les bâtiments du patrimoine industriel lié à l’exploitation de l’antimoine à Castellu ont été détruits en grande partie, mais quelques murs de la mine subsistent et les entrées de galeries sont encore visibles. Les prospections réalisées pour l’exploitation de la mine ont laissé des puits béants, masqués aujourd’hui par un maquis très dense limitant l’exploration de ces zones.

7La pérennité des zones d’habitat et l’importance des activités agricoles ont contribué à perturber les implantations préhistoriques, rendant souvent ces installations difficilement identifiables par une simple prospection.

8Des dégradations volontaires ont été relevées sur divers sites référencés, ainsi le rocher comportant des croix gravées (Aghiale Supranu) a-t-il été découpé : il ne reste qu’un fragment d’une des croix. Ces dégradations soulignent l’importance de la carte archéologique, avec la constitution d’une base de données fiable, et de la numérisation des sites remarquables pour en assurer la transmission.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Isabelle Marcangeli, « Luri », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19118

Haut de page

Responsable d'opération

Isabelle Marcangeli

Bénévole

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org