Navigation – Plan du site
2014

Mariana : paysage, architecture et urbanisme de l’Antiquité au Moyen Âge

2014 – Projet collectif de recherches n° 1149
Responsable(s) des opérations : Daniel Istria
Notice rédigée par : Daniel Istria

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité, Moyen Âge

Nature des opérations :

Projet collectif de recherches (PCR)
Haut de page

Texte intégral

1Lors de cette deuxième année de projet collectif de recherches (PCR) sur le site de Mariana, la stratégie consistant à réexaminer les vestiges fouillés anciennement à partir de la mise en œuvre d’études très ciblées, destinées à apporter des réponses à un questionnement précis formulé en amont des travaux de terrain, a montré encore une fois toute son efficacité. Elle présente un triple intérêt : elle permet à la connaissance de progresser de manière très significative, elle n’entame pas le potentiel archéologique et elle est peu coûteuse.

2La relecture de la basilique paléochrétienne a ainsi permis de proposer un nouveau phasage, une nouvelle chronologie reposant sur l’étude du mobilier et des datations radiocarbone, ainsi qu’une nouvelle interprétation des aménagements liturgiques. Ces données sont en parfaite adéquation avec les informations obtenues en 2013 lors du réexamen des vestiges du baptistère. Un premier édifice de culte, probablement déjà cathédrale, est érigé dès le début du ve s. Il s’insère dans la trame urbaine héritée des siècles précédents et les techniques de construction mises en œuvre s’inscrivent dans la tradition locale. Certains éléments sculptés, comme les colonnes avec leurs bases et chapiteaux de marbre, sont probablement fabriqués à l’extérieur de l’île et importés spécifiquement pour ce chantier. Les aménagements liturgiques, plutôt originaux, présentent quant à eux des similitudes importantes avec des situations bien documentées dans le nord de l’Adriatique et la Lombardie.

3Au ixe ou xe s., au moins la partie occidentale de l’église est reconstruite. Les techniques utilisées sont bien différentes et mettent en œuvre de manière systématique des matériaux de réemploi. Si le plan d’ensemble ne varie pas, les colonnes sont remplacées par des piliers de briques et le chœur est complètement transformé. Une crypte est aménagée à l’est du presbyterium qui est encore surélevé par la construction d’un nouveau sol probablement étagé de manière à créer une hiérarchisation des espaces. L’autel est alors peut-être déplacé au-dessus de la crypte, sur la partie la plus élevée du sanctuaire. En avant se développe un possible chœur canonial, très long, fermé par des murets construits entre les piliers. Ces transformations découlent sans doute de la translation de reliques, peut- être celles de San Parteo qui pouvaient être conservées initialement dans la basilique suburbaine. La présence de ces reliques expliquerait le déplacement dans le courant du xe s. de la fonction funéraire depuis San Parteo jusqu’à la cathédrale.

4Au tout début du xiie s., une seconde cathédrale est construite à 17 m au nord de la première. Ce chantier permet l’introduction puis la diffusion dans l’île de techniques et d’un style architectural nouveaux grâce à l’intervention d’artisans spécialisés. L’adoption d’un type de couvrement mixte pourrait répondre à des besoins liturgiques spécifiques imposés par le maître d’ouvrage et inspirés par les dispositions diffusées principalement en Lombardie. Ce chantier, dont les proportions dépassent tous ceux entrepris jusqu’ici dans l’île, s’inscrit dans un vaste programme comprenant également la restauration du baptistère paléochrétien, la reconstruction de l’église San Parteo et sans doute l’édification de la tour. Il répond ainsi à un besoin local, mais est surtout le reflet des pouvoirs métropolitains nouvellement conférés à l’archevêque de Pise et des droits transférés à la cité par les papes entre 1091 et 1118.

5La cathédrale de Mariana (fig. 1) est une source d’inspiration de première importance pour les bâtisseurs de nombreuses églises insulaires. Par son intermédiaire se diffusent ainsi, dans le courant du xiie s. et sur l’ensemble des diocèses de l’île, la pierre de taille et l’appareil alterné, des typologies d’ouvertures ainsi que le système de couvrement mixte. L’étude géoarchéologique du Golo et du littoral s’est déroulée cette année dans le cadre d’un master 2 financé par le PCR coordonné par M. Ghilardi et encadré par Cl. Vella et Ph. Dussouillez. Ce travail vise à étudier l’environnement proche du site antique et médiéval de Mariana au travers de deux approches complémentaires. La première, cartographique, avec l’élaboration d’un SIG incorporant des plans anciens, des photographies aériennes et un relevé Lidar. La seconde approche consiste, grâce à une série de carottages, à étudier les dépôts sédimentaires à proximité du site archéologique et au niveau du littoral dans le secteur de l’embouchure actuelle du Golo. Cette étude a permis de documenter l’évolution du cours du Golo et de mettre en évidence la place du littoral à la période antique. Ces nouvelles données conduisent à formuler une hypothèse quant à la position d’une possible zone de mouillage, voire d’un port, lié à la cité.

Fig. 1 – Cathédrale de Mariana

Fig. 1 – Cathédrale de Mariana

D. Istria (CNRS), 2014

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cathédrale de Mariana
Crédits D. Istria (CNRS), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Daniel Istria, « Mariana : paysage, architecture et urbanisme de l’Antiquité au Moyen Âge », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19116

Haut de page

Responsable d'opération

Daniel Istria

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org