Navigation – Plan du site
2014

Sartène – Stantari (parcelles F830 et F1497)

2014 – Opération préventive de diagnostic n° 1420
Responsable(s) des opérations : Pascal Tramoni
Notice rédigée par : Pascal Tramoni et Christophe Ranché

Texte intégral

1Motivé par la réalisation d’un lotissement comprenant 24 parcelles constructibles, le diagnostic archéologique prescrit sur les parcelles F830 et F1497 au lieu-dit Stantari se trouve à l’extrémité nord-ouest de la commune de Sartène.

2Le projet est implanté dans la basse vallée du Rizzanesi, non loin de son débouché dans la petite plaine alluviale de Tavaria. Il recouvre une emprise de 61 880 m2 adossée à la route territoriale 40. Le site de pierres dressées dit U Frati e Sora se trouve à 70 m à l’est de la pointe nord-est de l’emprise, au-delà de la route, sur une terrasse alluviale perchée à 10 m au-dessus du lit principal du fleuve.

3Un autre monument mégalithique est signalé dans ce secteur sans être précisément localisé. Il s’agit d’un ensemble constitué d’au moins quatre grandes pierres dressées identifié au début du xixe s. par le capitaine Mathieu lors de son passage dans la région. Cet ensemble n’a pas été revu ni décrit depuis lors et la documentation archéologique concernant ces monuments est restée indigente.

4Le paysage dans l’emprise est varié et comprend plusieurs unités : un vallon dont seule la rive droite est concernée par le projet, un versant latéral marqué par une série d’interfluves relayé par un coteau en forte pente, un sommet arrondi constitué par un reliquat de terrasse alluviale ancienne, un versant frontal abrupt interrompu par des ensellements rocheux en direction du fleuve.

5Compte tenu de l’existence d’une zone de « coupure verte » et de l’importance du couvert végétal, la zone testée mécaniquement a été réduite à trois hectares après accord du service régional de l’archéologie de Corse. Une prospection pédestre fine a été engagée sur un peu plus de 2 ha.

6Dans cette emprise, 29 tranchées ont été ouvertes sur la parcelle. Le terrain naturel a été atteint partout où cela était possible, principalement sous forme de sondages localisés. En dehors du vallon où l’épaisseur des dépôts combinée au battement de nappe ne permet pas de l’atteindre, le terrain naturel est constitué soit par des altérites granodioritiques soit par une terrasse ancienne, à alluvions rubéfiées, formées par des galets hétérométriques emballés dans une matrice sablo-argileuse rouge. Cette ancienne terrasse n’est pas notée sur la carte géologique.

7Aucun vestige de monument mégalithique n’a été identifié. Cependant, en contrebas du sommet au raccord du versant sud-ouest, une occupation de l’âge du Bronze moyen et final très structurée a été observée ainsi que des structures en creux très érodées relevant d’une occupation du Néolithique moyen II. Plus anecdotique, une grande fosse circulaire à parois verticales et fond plat, entièrement rubéfiée, est datée des Temps Modernes. Les vestiges archéologiques sont contenus dans un petit périmètre représentant une surface de 1 700 m2 environ.

8Le Néolithique moyen est représenté par trois structures en creux. Deux autres structures démantelées pourraient être associées à cette occupation. Elle sont localisées en bordure du versant latéral et témoigneraient alors d’un site plus étendu en direction du sud-ouest et aujourd’hui détruit. À l’inverse, les périodes de l’âge du Bronze moyen et final livrent des éléments d’architecture originale qu’il est difficile d’interpréter correctement en l’état des données (fig. 1). L’occupation de l’âge du Bronze moyen est matérialisée par des calages en tranchée interrompue qui renvoient vrai- semblablement à des petites palissades segmentées. Les sols associés sont pratiquement toujours érodés. L’organisation est difficile à restituer mais semble être constituée de plusieurs cellules coalescentes de type enclos associées à un bâtiment à solin de pierres. Au début de l’âge du Bronze final, au moins deux autres bâtiments de forme quadrangulaire ou rectangulaire sont intégrés au premier ensemble alors même que certains segments de palissades sont démantelés. D’autres éléments bâtis ont été identifiés en surface mais il n’est pas possible, en l’état du diagnostic, de déterminer leur fonction (mur-terrasse, bâtiment, etc.) ni leur datation.

Fig. 1 – Plan synthétique des vestiges de l’âge du Bronze

Fig. 1 – Plan synthétique des vestiges de l’âge du Bronze

P. Tramoni (Inrap), 2014

9Les systèmes palissadés en particulier, qu’ils soient d’ordre domestique, défensif ou cérémoniel, ne sont pas attestés dans les architectures connues aux périodes concernées. Ils mériteraient donc d’être confirmés par des décapages extensifs. D’une manière générale, ce type d’occupation de plein air, de l’âge du Bronze moyen et final, est très mal documenté et les sites de comparaison, même s’ils existent, sont peu nombreux.

10Bien que non documentés, les menhirs-stèles d’U Frati e Sora relèvent plus sûrement d’une mise en place au cours de l’âge du Bronze qu’au Néolithique. Les occupations de Stantari renverraient, pour le Néolithique moyen et plus sûrement encore pour l’âge du Bronze, à un système associant établissements de plein air et site de pierres dressées. Cette configuration a été reconnue à Apazzu mais également à Cauria, avec les alignements de Stantari et Renaghju où elle a été analysée en profondeur. Les découvertes de Stantari présentent donc des intérêts multiples, notamment pour la fin de l’âge du Bronze, et nécessiteraient une approche approfondie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan synthétique des vestiges de l’âge du Bronze
Crédits P. Tramoni (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascal Tramoni et Christophe Ranché, « Sartène – Stantari (parcelles F830 et F1497) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19093

Haut de page

Responsables d'opération

Pascal Tramoni

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Christophe Ranché

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org