Navigation – Plan du site
2014

Porto-Vecchio – Arutoli, Cozza Torta

2014 – Fouille programmée n° 1342
Responsable(s) des opérations : Jean-Louis Milanini
Notice rédigée par : Jean-Louis Milanini

Texte intégral

1Le site de Cozza Torta est un grand habitat de plein air indigène occupé au cours de l’âge du Fer, implanté sur un éperon rocheux établi sur l’une des premières crêtes rencontrées depuis le fond du golfe de Porto-Vecchio. Sa superficie atteint près de huit hectares à l’issue des dernières prospections, le classant ainsi comme le plus grand établissement de la région pour cette période.

2Connu depuis les années 1980, il fait l’objet de fouilles programmées annuelles depuis 2008. Le fait archéologique majeur rattaché à son étude reste la présence, en milieu indigène, de mobilier importé sous la forme d’amphores et de vases fins de provenance grecque, étrusque et massaliète. Ces catégories de vestiges, remarquablement bien datées (seconde moitié du ive s. av. J.-C.), révèlent tout leur intérêt dans le débat mal documenté sur les relations entre populations insulaires et trafiquants tyrrhéniens : en effet, un seul autre site terrestre indigène peut actuellement faire état de cette catégorie de mobilier à date aussi haute (Nuciaresa, Levie).

3À la question des trafics préromains sont venues s’associer d’autres problématiques telles que la possibilité de documenter la forme et l’organisation de l’habitat indigène, la reconnaissance d’un faciès céramique encore mal connu lors de la reprise des travaux, et la mise au point de typologies de référence concernant les différents systèmes techniques, avec une grande fiabilité en raison de la forte homogénéité chronologique de la séquence.

4Dès 2009, les fouilles ont été entreprises sur deux secteurs distincts au contact du massif granitique nord, les secteurs 7 et 8. La campagne 2014 s’est concentrée sur le secteur 8 à l’intérieur et aux abords de la maison 1 ; celle-ci correspond à un type récurrent consistant en un aménagement quadrilatère formé par un parement continu en gros blocs, courant sur trois côtés (fig. 1). Il s’agit d’un solin massif servant de soubassement à des murs élevés en matériaux périssables (terre crue architecturale retrouvée sous forme de bourrelets effondrés le long des murs).

Fig. 1 – Plan de la maison

Fig. 1 – Plan de la maison

J.-L. Milanini, 2014

5Dans l’espace intérieur, les recherches ont confirmé et/ou précisé la superposition d’au moins deux niveaux de sols subcontemporains, antérieurs à la mise en place du soubassement de blocs de la maison. Le plus ancien, le sol 511, n’avait été que partiellement décapé lors de la précédente campagne ; ce sol relativement mal conservé est essentiellement marqué par l’ouverture d’une large fosse-foyer pourvue de possibles parois en argile éboulées, confondue avec un petit foyer en cuvette, en partie engagée sous les éléments du mur nord. De petits blocs épars pourraient témoigner de calages dispersés. Sous ces niveaux a été mis en évidence un lambeau de séquence préhistorique avec creusements et mobiliers en rapport, a priori conservés dans un remplissage en partie arénisé et probablement peu épais. Sa fouille est demeurée inachevée.

6À l’entrée de la maison, immédiatement à l’ouest et entre les premiers blocs du parement est apparue une large fosse-foyer avec un rebord appareillé, partiellement creusée dans l’arène et intensément brûlée. Tout comme les niveaux situés dans l’espace interne de la maison, cette structure est préexistante à sa construction. Le sol contemporain de cet épisode a été repéré et livre les restes d’une tranchée de fondation au niveau du parement sud, ainsi qu’un important trou de poteau placé dans l’axe médian immédiatement en avant de l’entrée.

7Dans le secteur situé au sud, les décapages ont permis d’apprécier un espace situé à l’air libre, en partie lessivé ; plusieurs niveaux de sols avec un abondant mobilier y ont été mis au jour dont au moins un est antérieur à la construction de la maison (sol 328) ; les structures demeurent rarissimes (sauf à envisager leur destruction). Une grande fosse ayant accueilli un foyer a été appréhendée hors de tout contexte domestique.

8Ces résultats indiquent clairement une forte structuration de cette zone avant le moment de construction de la maison ; cette dernière correspond donc bien à un épisode de remaniement de l’habitat sur un espace déjà largement occupé, mais dont les fonctions et la structuration ne sont pas bien éclaircies à l’heure actuelle.

Fig. 2 – Céramique indigène

Fig. 2 – Céramique indigène

J.-L. Milanini, 2014

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de la maison
Crédits J.-L. Milanini, 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Céramique indigène
Crédits J.-L. Milanini, 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Louis Milanini, « Porto-Vecchio – Arutoli, Cozza Torta », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19083

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Louis Milanini

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org