Navigation – Plan du site
2014

Letia

2014 – Prospection diachronique n° 1352
Responsable(s) des opérations : Émilie Tomas
Notice rédigée par : Émilie Tomas et Martin Arrighi

Entrées d’index

Mots-clés :

céramique, lithique
Haut de page

Texte intégral

1La prospection-inventaire réalisée en 2014 s’inscrit dans la continuité de l’opération menée en 2013. Aussi, afin de compléter les données acquises, il apparaissait nécessaire d’examiner la partie nord de la commune jusqu’alors inexplorée. Cette zone géographique se caractérise par son relief montagneux où culmine la Cimatella à 2 098 m. Bien que la topographie soit accidentée, différentes bergeries sont installées, témoignant ainsi de la fréquentation de ce secteur. Nous pouvons citer pour le secteur prospecté celles de Mente, di U Surbellu, d’Amiscia, de Forcioli, de Custigha, Ciuttare et Fughicchie. L’examen de ces sites, situés dans la vallée du Liamone, et de leur réseau d’accès a permis de repérer des vestiges archéologiques. Parfois ténues, ces découvertes permettent toutefois de supposer la fréquentation de ce secteur géographique de la commune durant la Préhistoire et la Protohistoire. Nous retenons, pour les sites les plus significatifs, à proximité du toponyme Ciuttare, la présence d’un éclat d’obsidienne accompagné de fragments de quartz. À proximité de ce secteur, au nord-ouest de la bergerie de Ciuttare, suivant le ruisseau de Montici, dans le bas de la châtaigneraie, un épandage de céramique modelée (environ une trentaine de tessons) a également été découvert.

2Plus au sud, le secteur du Sorbellu, qui domine de ses 895 m le Liamone à 659 m, est quant à lui marqué par différents chaos rocheux formant pour certains des abris. Aucun mobilier archéologique n’a été observé dans ces cavités ; en revanche, au moins trois cupules ont été enregistrées.

3Plus au sud sur la rive droite du Liamone, des tessons de céramiques modelées et des résidus issus d’une activité métallurgique du fer ont été découverts au lieu-dit Custigha, près d’une bergerie, qui se situe entre les ruisseaux de Forcioli et de Melone. Il faut également noter sur la rive gauche du Liamone, à la confluence du Botaru et du fleuve, la découverte d’un gisement de céramiques modelées, sur le flanc sud de la petite colline nommée localement a culetta a a chiesa.

4Alors qu’aucun vestige ne permet de supposer une fréquentation de cette zone durant l’Antiquité, la période médiévale n’est illustrée que par les arases de l’église Santa-Maria du Surbellu. La structure septentrionale de la construction est la mieux conservée, visible sur une dizaine d’assises. Des blocs taillés sont associés à des moellons assez grossiers, témoignant d’un remaniement de la construction. Le plan général de l’édifice n’a pu être identifié en raison de la végétation, et surtout à cause du démantèlement des élévations pour la construction de structures récentes. Dominant la haute vallée du Liamone, la fondation de ce lieu de culte est attribuée aux premiers siècles du second Moyen Âge, sans qu’il soit possible d’en préciser la datation.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Émilie Tomas et Martin Arrighi, « Letia », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19075

Haut de page

Responsables d'opération

Émilie Tomas

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Martin Arrighi

Bénévole

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org