Navigation – Plan du site
2014

Bonifacio – Sant’Amanza

2014 - Opération préventive de diagnostic n° 1320
Responsable(s) des opérations : Agnès Bergeret
Notice rédigée par : Agnès Bergeret et Véronique Fabre

Texte intégral

1L’occupation principale mise au jour sur le site de Sant’Amanza, lors du diagnostic réalisé sur la commune de Bonifacio, s’étale des iie-iiie s. apr. J.-C. jusqu’au xvie s. Elle est associée à deux grands types d’occupation : la mise en culture de l’espace et l’édification d’une église paléochrétienne (Sant’Amanza) jouxtée par des inhumations.

2Grâce à l’étude fine du mobilier céramique par Susanne Lang-Desvignes, la compréhension de l’organisation générale du vignoble a été restituée dans ses grandes lignes. Ce sont des données inédites qui documentent la viticulture à l’échelle de la Corse. Durant l’Antiquité, la mise en culture des terrains est identifiée au travers de fossés et de traces de plantation. En tout, trois parcelles sont restituées, deux à l’ouest des terrains, une ou deux au nord. Dans la partie occidentale, les parcelles proposées sont séparées par deux fossés dont la fonction de marqueur de parcelle devait se doubler d’une fonction de drainage, comme semble l’illustrer leur pendage marqué vers le fond de vallon. Dans la partie nord, la conservation différenciée de fosses et de tranchées de plantations septentrionales induit la mise en culture de cette zone sans qu’il soit possible de déterminer si la distinction des modes de cultures induit une parcellisation de la zone ou si elle est imputable à une variété de végétaux mis en terre.

3Durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, du ve s. au viie s. apr. J.-C., les terres sont peu à peu mises en culture. L’occupation progressive de l’espace semble liée à la présence de l’église Sant’Amanza, localisée au nord-ouest des terrains. Ainsi, dans un premier temps, de la première moitié du ve s. à la première moitié du vie s. apr. J.-C., les cultures sont aménagées sur les comblements du fond de vallon, avant de couvrir, peu à peu, le pied de versant et l’espace situé au sud-ouest de l’édifice. Les terres véritablement les plus proches du sanctuaire étant les dernières mises en culture. L’orientation des tranchées de défonçage se cale sur celle des fossés primitifs et le maintien de ces structures de drainage occidentales sur un temps long n’est pas à exclure, avant qu’elles ne soient intégrées à la parcelle sud-ouest.

4Au cours de la première moitié du viie s. apr. J.-C., une nouvelle pièce de vigne est découpée, au détriment de deux champs antérieurs ; sa mise en place s’accompagne d’un changement d’orientation générale des rangées matérialisant une restructuration d’une partie du territoire. Le maintien de la mise en culture des parcelles situées les plus à l’est n’est pas renseigné et il reste sujet à discussion. La présence de tranchées de défonçage (sulci des agronomes antiques), de traces de marcottage, associée à du provignage permet d’identifier une mise en culture de la vigne. L’absence de ces tranchées de marcottage dans certains champs peut s’expliquer par un provignage réalisé dans l’axe de la tranchée de défonçage ; elle peut également permettre d’identifier une très probable plantation de vignes hautes palissées.

5L’étude architecturale de l’église n’a pas pu être menée ; les sondages ouverts au chevet ont livré un ensemble de tombes réparties entre des tombes en pleine terre et une sépulture d’adulte en amphore. La présence de nombreux ossements dans les terres de cimetière induit une forte remobilisation de celles-ci lors des phases d’inhumation qui s’étalent de l’Antiquité tardive au bas Moyen Âge. À noter la fouille d’une tombe d’adulte en amphore enfouie durant le haut Moyen Âge.

Fig. 1 – Vue en plan des tranchées de défonçage de la parcelle PCL2043 dans la tranchée de diagnostic TR18, depuis le sud-est

Fig. 1 – Vue en plan des tranchées de défonçage de la parcelle PCL2043 dans la tranchée de diagnostic TR18, depuis le sud-est

A. Bergeret (Inrap), 2014

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue en plan des tranchées de défonçage de la parcelle PCL2043 dans la tranchée de diagnostic TR18, depuis le sud-est
Crédits A. Bergeret (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Agnès Bergeret et Véronique Fabre, « Bonifacio – Sant’Amanza », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19067

Haut de page

Responsables d'opération

Agnès Bergeret

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Véronique Fabre

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org