Navigation – Plan du site
2014

Bonifacio – Église Sainte-Marie-Madeleine

2014 – Opération préventive de diagnostic n° 1316
Responsable(s) des opérations : Isabelle Commandré
Notice rédigée par : Isabelle Commandré

Texte intégral

1Si les explorations menées dans le reste de la caserne de Montlaur ont permis d’établir avec certitude la présence d’occupations du Néolithique ancien ainsi que du Néolithique récent (Ferreira et al. 2014), aucun niveau en place préhistorique n’a pu être mis en évidence dans les sondages réalisés aux abords de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Bonifacio. Le « bruit de fond » demeure pourtant non négligeable, comme en atteste la présence de mobilier céramique et lithique dans les niveaux de colluvionnement les plus anciens qui affleurent entre 0,50 et 0,80 m de profondeur par rapport au sol actuel.

2C’est sans conteste la fin du Moyen Âge et les Temps Modernes qui laissent le plus de témoins matériels ici. La période tardo-médiévale se perçoit en filigrane au travers du mobilier résiduel largement présent dans certains remblais d’occupation ou dans des fosses. Bien que dépourvu de tout artefact, un réseau de traces agraires détecté dans la partie septentrionale de la parcelle à 0,80 m de profondeur pourrait se rattacher à la phase 6 (xive-xvie s.). Globalement orientés est/ouest, ces creusements témoignent de la mise en culture, peut-être arbustive, du « bois de Cavu » qui occupe la partie occidentale de la ville haute de Bonifacio. C’est dans cet environnement essentiellement forestier que s’installent progressivement plusieurs communautés religieuses.

3La mise en place des édifices de Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Barthélemy et Sainte-Croix semble participer d’un même élan qui fait écho au développement des confréries en Corse durant la seconde moitié du xvie s. L’enclos qui délimite la propriété de Sainte-Marie-Madeleine et jouxte une petite voie de communication terrestre semble formaliser une emprise relativement pérenne dans le temps, ainsi qu’en atteste le cadastre actuel qui en suit peu ou prou le tracé. Aucun indice n’a permis d’attester de la présence d’un espace funéraire au sein de cet enclos. Les lieux d’inhumation de ce secteur de la ville sont-ils uniquement centrés autour du proche établissement de Saint-Barthélemy ?

4L’église de Sainte-Marie-Madeleine présente un plan au sol très simple avec sa nef allongée et son chevet plat, mais qui ne laisse toutefois aucune place au doute quant à sa vocation cultuelle. L’hypothèse d’un édifice hospitalier érigé entre le xve et le xvie s. semble donc devoir être écartée.

5L’analyse architecturale a révélé la présence de plusieurs états dans l’organisation des élévations (fig. 1). Un bâtiment simplement quadrangulaire équipé d’une citerne en sous-œuvre paraît constituer l’édifice primitif. Il est ensuite, probablement très rapidement, gainé de contreforts sur ses murs gouttereaux septentrionaux et méridionaux. Associés à des arcs formerets et divers arcs de décharge, ils permettent la mise en place de voûtements mixtes sur les parties hautes, lesquelles supportent une toiture en lauze. L’adjonction d’une chapelle latérale édifiée contre l’ensemble de ces structures constitue quant à elle une troisième étape d’édification que l’on peut rattacher à un large xviie s.

Fig. 1 – Relevé photogrammétrique des façades sud et nord

Fig. 1 – Relevé photogrammétrique des façades sud et nord

M. Seguin (Inrap), I. Commandré (Inrap), P. Ferreira (Inrap), 2014

6Avant le premier tiers du xviiie s., un petit ensemble formé d’au moins deux pièces est adjoint dans le prolongement de l’angle sud-ouest de l’église, formant ainsi une construction globale en L. Il a été interprété comme un porche ou un appentis qui a pu fonctionner à l’époque où l’église a été transformée en lazaret pour femmes. Durant le dernier tiers du xviiie s., l’ensemble de ces terrains devient la propriété de l’armée et fait l’objet de très importants remaniement. Désormais déconsacrée, l’église devient un « magasin aux farines » et c’est probablement à cette phase 8 que l’on peut rattacher la mise en place de la petite bâtisse quadrangulaire adossée au mur septentrional du chevet. Les archives sédimentaires analysées dans l’espace intérieur de l’église attestent d’une bonne conservation des sols anciens. Le sondage réalisé dans la nef a par ailleurs permis de révéler la présence d’une fosse qui accueillait un four de moule à cloche dont la partie basse est encore très bien conservée. Sans doute installé entre la seconde moitié du xviie s. et le dernier tiers du xviiie s., ce four de moule à cloche constitue à ce jour un unicum sur le territoire corse. Le sondage réalisé dans le chœur de l’église a quant à lui révélé la base d’une maçonnerie quadrangulaire parallèle au mur pignon est qui a été dégagée ; elle semble pouvoir être associée aux vestiges de la fondation de l’autel.

Fig. 2 – Relevé en plan des divers sols en lien avec l’église et des structures en creux qui percent SL2021 (avant leur fouille)

Fig. 2 – Relevé en plan des divers sols en lien avec l’église et des structures en creux qui percent SL2021 (avant leur fouille)

M. Seguin (Inrap), I. Commandré (Inrap), P. Ferreira (Inrap), 2014

Haut de page

Bibliographie

Ferreira P., Tramoni P., Commandré I. 2014 : Bonifacio, La Caserne de Montlaur, rapport de diagnostic archéologique, Inrap Méditerranée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Relevé photogrammétrique des façades sud et nord
Crédits M. Seguin (Inrap), I. Commandré (Inrap), P. Ferreira (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Titre Fig. 2 – Relevé en plan des divers sols en lien avec l’église et des structures en creux qui percent SL2021 (avant leur fouille)
Crédits M. Seguin (Inrap), I. Commandré (Inrap), P. Ferreira (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Isabelle Commandré, « Bonifacio – Église Sainte-Marie-Madeleine », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19064

Haut de page

Responsable d'opération

Isabelle Commandré

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org