Navigation – Plan du site
2014

Bonifacio – Caserne de Montlaur

2014 – Opération préventive de diagnostic n° 1292
Responsable(s) des opérations : Patrick Ferreira
Notice rédigée par : Patrick Ferreira

Texte intégral

1Les terrains d’emprise de l’opération sont situés en Corse-du-Sud, sur la commune et dans la ville haute de Bonifacio. Cette dernière est implantée sur une presqu’île formée par un long plateau calcaire naturellement fortifié (fig. 1). Il protège au nord le port de la ville, par lequel on accède en contournant la pointe ouest du plateau calcaire. Au sud, les falaises de la cité font face à la Sardaigne, dont elle est séparée par les bouches de Bonifacio. L’ensemble à diagnostiquer correspond à une partie de l’ancienne caserne Montlaur, située dans l’emprise de la « ville haute ». Les terrains concernés sont plus précisément à l’ouest de la presqu’île de Bonifacio, entre l’actuelle place d’armes matérialisée par la caserne génoise (au sud) et la caserne française (au nord). À l’ouest du casernement, se trouvent le cimetière marin et les bâtiments de l’ancien couvent Saint-François qui occupent une grande partie de l’extrémité du plateau. La prescription du diagnostic archéologique sur le site de la caserne militaire de Montlaur répond au projet de démolition, de réaménagement et de revalorisation par la Collectivité territoriale de Corse, propriétaire des lieux depuis 2001.

Fig. 1 – Opérations archéologiques réalisées dans la ville haute de Bonifacio

Fig. 1 – Opérations archéologiques réalisées dans la ville haute de Bonifacio

IGN, P. Ferreira (Inrap), 2014

2La surface à expertiser représente 14 439 m2, et comprend donc des zones bâties et non bâties. L’intervention a mis en évidence des occupations du secteur allant du Néolithique à l’époque contemporaine, principalement localisées sur et autour des oratoires dédiés à saint Barthélémy et à sainte Croix.

3Pour la période du Néolithique, les vestiges mis au jour dans le secteur de Saint-Barthélemy se trouvent là où on pouvait les attendre compte tenu des observations anciennes réalisées à la fin du xixe s. par C. Ferton. Le fait qu’une stratigraphie soit conservée à cet endroit est un apport majeur de cette opération. Les occupations stratifiées s’inscrivent dans le Néolithique ancien, probablement dans une phase récente, et dans le Néolithique récent (seconde moitié du ive millénaire). Il se peut que le secteur de Saint-Barthélemy, pour des raisons de topographie ancienne, soit un des derniers locii conservés d’un grand établissement du Néolithique récent (et, dans une moindre mesure, pour le Néolithique ancien aussi). Les niveaux du Néolithique ancien sont peu développés ; à l’inverse, l’horizon du Néolithique récent présente une succession de sols et des structures associées dans une séquence relativement dilatée. Pour ces deux périodes, et même si les états de conservation semblent différentiels, les établissements de plein air en milieu calcaire néolithiques sont rares. La fouille de ce petit secteur rendra donc possible l’acquisition de données tout à fait originales sur l’exploitation des ressources naturelles et la structure de l’économie de production (faune mammalienne, microfaune, malacofaune marine, ichtyofaune), mais aussi sur l’outillage osseux, les productions lithiques et céramiques (fig. 2), les formes d’habitat (architectures en terre). Il s’agit d’un potentiel de connaissance important à l’échelle du Néolithique de la Corse.

Fig. 2 – Secteur de Saint-Barthélemy, formes et décors de la céramique du Néolithique récent (phase 3)

Fig. 2 – Secteur de Saint-Barthélemy, formes et décors de la céramique du Néolithique récent (phase 3)

1-2-3, formes simples ouvertes de grand format ; 4-5, formes fermées à encolure de format moyen ; 6-7-8, formes ouvertes en calotte de type jatte ; 9, forme ouverte décorée de type écuelle ; 10-11, forme ouverte à parois dégagées de type assiette ; 12, forme ouverte à parois dégagées de type assiette crantée ; 13-14-15, décors imprimés/incisés (carène probable, parois galbées, fond plat) ; 16-17-18-19, vases polypodes (fragment mésial de pied, départs de pied, pied entier)

P. Tramoni (Inrap), 2014

4En ce qui concerne l’oratoire dédié à saint Barthélemy, les multiples sondages réalisés dans et autour de l’église ont permis de remettre en avant les éléments architecturaux et le plan de l’église de confrérie. En effet, même si le mur occidental n’a pas montré de portail d’entrée, la baie haute que l’on devine peut s’inscrire dans le plan d’un édifice religieux. Mais ce sont surtout les ouvertures retrouvées sur les murs gouttereaux et le système de double arcature du mur oriental qui lui confèrent son identité architecturale. Nous aurions donc un oratoire à une nef, couvert en plein cintre et éclairé par trois grandes fenêtres. hasard ou réalité, la gravure réalisée par le capitaine Marcello Mascardi en 1668 montre un bâtiment doté de trois baies (ASG Corsica no404). Les fondations retrouvées dans le sondage oriental correspondent certainement au deuxième état du chœur de l’édifice, aujourd’hui détruit. De même, bien qu’il faille rester prudent, le chœur représenté sur ce même plan montre un oculus sur le mur pignon. Les traces retrouvées des murs périphériques concordent assez bien avec les représentations planimétriques des enclos des différents oratoires, que ce soit sur le plan de 1673-1674 de Tensini Berbardino, de 1668 de Mascardi, ou le cadastre de 1853 (qui doit reprendre le tracé de l’enclos et le réutiliser comme base pour de nouvelles constructions aujourd’hui disparues). De plus, les sondages réalisés autour de l’église de Saint-Barthélémy et plus particulièrement au nord ont également révélé les restes de plusieurs sépultures, dont l’une a été datée entre la fin du xxviie s. et le xviiie s.

5Enfin, au terme des investigations menées sur l’église de Sainte-Croix, nous percevons également mieux les éléments architecturaux de cet oratoire. Le plan qui se dégage est un grand espace à nef unique et charpenté, dont les murs enduits laissaient apparaître les baies hautes au nombre de huit (quatre sur chacun des murs gouttereaux). On accédait dans un premier temps par un portail central, surmonté d’un grand oculus, qui n’est pas sans rappeler ceux visibles dans le chœur de Sainte-Marie-Madeleine. Le chœur de l’édifice reste inconnu, et seules les gravures qu’il est nécessaire d’appréhender avec prudence nous renseignent quelque peu sur sa forme. Les matériaux employés sont locaux : du calcaire associé, pour certains éléments comme les cintres et le piédroit, à de la brique. Enfin, le seul sondage de sous-sol que nous ayons réalisé a livré les fondations d’un mur associé à un niveau de sol plus ancien que l’église, laissant présager une occupation au moins tardo-médiévale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Opérations archéologiques réalisées dans la ville haute de Bonifacio
Crédits IGN, P. Ferreira (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Fig. 2 – Secteur de Saint-Barthélemy, formes et décors de la céramique du Néolithique récent (phase 3)
Légende 1-2-3, formes simples ouvertes de grand format ; 4-5, formes fermées à encolure de format moyen ; 6-7-8, formes ouvertes en calotte de type jatte ; 9, forme ouverte décorée de type écuelle ; 10-11, forme ouverte à parois dégagées de type assiette ; 12, forme ouverte à parois dégagées de type assiette crantée ; 13-14-15, décors imprimés/incisés (carène probable, parois galbées, fond plat) ; 16-17-18-19, vases polypodes (fragment mésial de pied, départs de pied, pied entier)
Crédits P. Tramoni (Inrap), 2014
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/19063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrick Ferreira, « Bonifacio – Caserne de Montlaur », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19063

Haut de page

Responsable d'opération

Patrick Ferreira

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org