Navigation – Plan du site
1995

Venzolasca et Loreto-di-Casinca

1995 – Prospection inventaire n° 273
Responsable(s) des opérations : Daniel Istria
Notice rédigée par : Daniel Istria

Texte intégral

1La Casinca est une microrégion très peu explorée. Pourtant, la richesse des sols et les caractéristiques du relief, aussi bien adaptées à l'implantation d'habitats de plaine que d'habitats perchés, laissent supposer un potentiel archéologique important. Une prospection s'imposait pour compléter une carte archéologique très lacunaire et dans la mesure où une partie des sites de plaine pourrait être menacée par les travaux agricoles et d'urbanisation.

2Les prospections réalisées n'ont porté que sur les communes de Venzolasca et Loreto dont le paysage est caractérisé par la présence d'un massif montagneux aux versants abrupts s'élevant jusqu'à 1 218 m d'altitude et rythmé par des vallons profondément encaissés et séparés par des crêtes rocheuses ou de longs éperons. Pourtant, la plaine, considérée comme l'une des plus riches de l'île, représente ici près de 50 % du terroir. On y cultivait surtout de la vigne et des céréales qui, d'après quelques documents de la seconde moitié du xive s., étaient en partie exportées vers Pise.

3L'occupation pré- et protohistorique de ce secteur semble assez limitée puisque, à l'heure actuelle, seulement trois sites ont pu être identifiés. Il s'agit dans tous les cas de sites perchés dont deux conservent encore quelques fragments de rempart de type cyclopéen. Le troisième site n'a pu être identifié que par la présence de tessons de céramiques sur les pentes du village actuel de Venzolasca. L'occupation de ce dernier établissement semble perdurer jusqu'au ier s. apr. J.-C. si l'on en juge par la présence de fragments de céramiques campaniennes. Mais, à ce moment, l'essentiel de la population est probablement concentré autour de l'éperon de Palazzi où des vestiges antiques sont visibles en surface sur plusieurs hectares. Tout autour, surtout dans la plaine mais également sur les premiers coteaux ont été repérés pas moins de six sites qui paraissent occupés entre le iie et le ve s. apr. J.-C. Leurs superficies varient suivant les cas entre 100 m2 et 5 000 m2 environ.

4Durant le Moyen Âge, la Casinca est l'une des pieve les plus peuplées de l'île. Un livre de taille daté de 1454, conservé à Gênes, recense environ 670 feux répartis entre 12 lieux habités.

5La plus grande partie d'entre eux apparaît dans les documents d'archives dès le début du xiiie s. et l'origine de certains villages, comme Loreto, doit très probablement être recherchée dans les derniers siècles du haut Moyen Âge. Venzolasca, par contre, est certainement une fondation bien plus récente qui ne semble guère remonter au-delà du xive s. Les premiers documents écrits comme les fragments de céramiques trouvés en abondance sur la pente nord du village ne sont, en effet, jamais antérieurs au milieu de ce siècle. Au total, cinq sites d'habitat et quatre chapelles ou églises datables entre le xie s. et le xve s. ont été répertoriés sur les deux communes. Mais, il faut aussi noter la découverte du château de Prunetule qui est mentionné pour la première fois dans un document en 1221.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Daniel Istria, « Venzolasca et Loreto-di-Casinca », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 27 avril 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/19042

Haut de page

Responsable d'opération

Daniel Istria

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org