Navigation – Plan du site
2012

Levie – Nuciaresa

2012 – Prospection thématique et sondage n°1241
Responsable(s) des opérations : François de Lanfranchi
Notice rédigée par : François de Lanfranchi et Kewin Peche-Quilichini

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer

Nature des opérations :

Prospection thématique (PRT), Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

1Le site protohistorique de Nuciaresa, commune de Levie, éponyme du faciès culturel de l’âge du Fer dans le sud de l’île, se trouve au cœur de la province de l’Alta Rocca, dans les montagnes du centre-sud de la Corse, à une altitude d’environ 739 m. Sa situation topographique est particulière puisque l’implantation est installée sur un plateau (u Pianu di Livia), à quelques mètres de la légère arête sommitale de celui-ci. Cette dernière est de grande importance hydrologique puisqu’elle détermine la ligne de partage des eaux entre le bassin versant du Rizzanese au nord et celui du Fiumicicoli au sud. Un col franchissant cette formation se trouve immédiatement à l’est/sud-est du site. L’habitat appartient, comme Saparaccia ou Riccu, aux implantations de plateau, souvent installées près de chaos rocheux légèrement éminents, à la différence de Cuciurpula (position de versant), Bucchinera (position sommitale), Puzzonu ou Cumpulaghja (position dominante détachée du plateau principal). Sa position lui permet une ouverture septentrionale vers une pénéplaine largement encombrée de massifs granitiques chaotiques. Ces derniers, très sujets à la taffonisation, appartiennent aux formations hercyniennes de monzogranites leucocrates.

2Le village protohistorique est implanté autour d’un pointement granitique formant un amoncellement de boules et qui culmine à 745 m. Il se compose d’au moins sept maisons, de plusieurs micro-terrassements, de chemins aménagés, d’une très belle construction circulaire ou « rotonde » et de quelques abris dont l’un, diaclasique, a été plafonné par des dalles horizontales pour servir de « cave » à une habitation.

3Comme le site voisin de Saparaccia, Nuciaresa appartient à un type regroupé de village, avec des habitations proches les unes des autres, à l’inverse de Cuciurpula, où les maisons sont distantes de 40 m en moyenne. Ces constructions sont assez classiques à l’échelle du sud de la Corse. Elles sont de forme ovalaire à rectangulaire, présentent un petit côté ouvert et des dimensions moyennes proches de 10 m de long pour 3 m de large. Superficiellement, ne sont observables que les soubassements constitués de semi-boules ou de grosses dalles de granit. Celles-ci sont disposées de façon récurrente de manière à former un parement interne régulier, avec une face plate toujours tournée vers l’intérieur. Il faut également noter une volonté d’homogénéiser les hauteurs de ces blocs sur un même niveau horizontal, ce qui est à corréler avec une norme architecturale. La structure 1 appartient à cette catégorie de construction. Elle présentait à l’origine un plan ovalaire allongé, ouvert au nord-est et fermé au sud-ouest. Cette partie de la structure a été détruite au xxe s. par l’aménagement d’une piste. On suppose qu’elle prenait la forme d’un demi-cercle de hauts blocs de granit. En corollaire, l’entrée se trouve au nord-est. Les files latérales de blocs sont disposées en miroir avec une légère concavité vue de l’intérieur. Elles sont conservées sur une longueur de 8 m et incluent des blocs dont les dimensions dépassent fréquemment le mètre. Beaucoup d’entre eux, notamment ceux identifiables en tant que dalles, sont dressés. La face interne est plate et disposée en fil régulier avec celle des blocs mitoyens. Ceci est mieux observable sur la file méridionale, mieuxconservée. On peut estimer la longueur originelle de la structure 1 à environ 10 m, pour une largeur de 3 m (2,5 m d’un parement interne à l’autre). L’orientation (ouverture au nord-est) ne paraît pas avoir de signification particulière.

4La construction de cet édifice a été entreprise sur une terrasse naturelle que l’on imagine préalablement nettoyée de ses encombrants détritiques (érosion du chaos granitique placé à 10 m en amont). Cet espace a néanmoins été artificiellement agrandi vers le nord-est par la construction d’un terrassement (avec les blocs encombrants ?), observable dans les carrés J9, J10, J11, K10, K11, J12, K12, L12, etc. Le pendage naturel vers l’ouest et le nord est la résultante combinée de l’érosion lente du chaos granitique placé à l’est et du colluvionnement sur les crêtes situées au sud des constructions protohistoriques. Ces phénomènes sont lents, sauf dans le cas de détachement de blocs (taffonisation, écaillement et éclatement).

5L’opération menée en 2012 à Nuciaresa a consisté en la fouille de la structure 1. L’excavation, d’une emprise de 35 m2, a confirmé ce postulat de par la mise en évidence de plusieurs éléments mobiliers (complexe culturel éponyme de Nuciaresa) et immobiliers (répartition des trous de poteau, banquettes) déjà reconnus sur des contextes voisins. La structure est occupée de la fin du viie s. à la fin du vie s. av. J.-C., voire légèrement après. La présence de céramique d’importation (amphore corinthienne B) représente une nouveauté en Alta Rocca, pour une chronologie à fixer autour du tout début du vie s. Autre originalité notable, l’habitation dispose d’un silo à grain placé à proximité de l’entrée et peut-être associé à un poste de meunerie. Le métal est totalement absent. Les industries lithiques sont globalement liées à la meunerie et au broyage, à l’exception de nodules de labradorite (disponible sur le plateau de Ciniccia à quelques centaines de mètres au sud), un matériau qui pourrait avoir été recherché pour son caractère esthétique.

Fig. 1 – Planimétrie des niveaux d’occupation

Fig. 1 – Planimétrie des niveaux d’occupation

K. Peche-Quilichini, 2012

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Planimétrie des niveaux d’occupation
Crédits K. Peche-Quilichini, 2012
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François de Lanfranchi et Kewin Peche-Quilichini, « Levie – Nuciaresa », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18922

Haut de page

Responsables d'opération

François de Lanfranchi

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Kewin Peche-Quilichini

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org