Navigation – Plan du site
2012

Coggia – Castellu

2012 – Prospection thématique et sondage n°1254
Responsable(s) des opérations : Émilie Tomas
Notice rédigée par : Émilie Tomas

Entrées d’index

Nature des opérations :

Prospection thématique (PRT), Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

1La fortification de Castellu a fait l’objet d’une prospection thématique avec évaluation archéologique.

2La réalisation de sondages avait pour objectif de préciser la chronologie d’occupation et les caractéristiques structurales de la zone archéologique.

3Vaste d’environ 1 ha, l’occupation médiévale, surplombant la mer, est positionnée sur un plateau littoral à 15 m d’altitude. Les sources textuelles et le mobilier céramique visible en surface attestent d’une périodisation d’occupation comprise entre le xiiie et le xvie s.

4Cette fortification, en position de retrait par rapport aux habitats médiévaux et au pôle religieux du secteur, devait servir de poste de contrôle des zones de mouillage du golfe de Sagone. Elle est érigée sur une occupation antérieure datée, à l’aide du mobilier céramique de surface, d’entre le iie et le vie s. À l’exception de la céramique, aucun vestige de cette occupation n’a été identifié.

5Cette implantation primitive est vaste d’environ 3 ha. Les vestiges se composent de murs arasés appartenant au système défensif de la fortification médiévale.

6Le rempart est édifié avec des moellons, certains équarris, liés à un mortier de chaux. Le tracé du rempart est visible dans les secteurs est et sud. Concernant la partie nord, il est possible de suggérer qu’elle était protégée par un fossé dont le profil est encore visible aujourd’hui.

7Les séquences stratigraphiques mises au jour dans les sondages sont composées de niveaux subhorizontaux élémentaires : humus, effondrement, niveau d’occupation et fondations des élévations.

8Les sondages opérés ont permis de collecter une cinquantaine de tessons rattachés à l’Antiquité tardive (céramique commune et amphore), au second Moyen Âge (acroma depurata et majolique archaïque décorée de vert et brun) et à l’époque moderne (atelier de Saint-Zacharie de la vallée de l’Huveaune).

9Toutefois, cet ensemble de quelques tessons ne permet pas de pousser l’interprétation sur la nature de ce site ou d’en préciser les champs chronologiques d’occupation.

Fig. 1 – Portion de rempart

Fig. 1 – Portion de rempart

É. Tomas, 2012

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Portion de rempart
Crédits É. Tomas, 2012
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Émilie Tomas, « Coggia – Castellu », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18919

Haut de page

Responsable d'opération

Émilie Tomas

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org