Navigation – Plan du site
1991

Lumio – Monte Ortu

1991 – Fouille programmée n° 151
Responsable(s) des opérations : Michel-Claude Weiss
Notice rédigée par : Michel-Claude Weiss

Texte intégral

1Le Monte Ortu est une élévation de terrain culminant à 213 m, qui entre dans la catégorie des éperons, hauteurs notables, bien détachées, laissant voir des versants abrupts. Il s’agit là du type de site préférentiel du nord-ouest de la Corse à l’âge du Bronze. La partie sommitale de cet éperon côtier est couverte d’un système de replats échelonnés et imbriqués, replats de petites dimensions pouvant accueillir chacun un groupe humain assez réduit. Deux de ces terrasses ont été fouillées entre 1985 et 1991 : la terrasse 4 et surtout la terrasse 8.

2Cette dernière a été presque totalement exploitée. Ainsi, au niveau IIa, la surface étudiée était de 50 m2 environ, ce qui a donné la possibilité de dégager la base d’une habitation de 28 m² (8 x 3,50 m) datée du Bronze final (900 et 880 ± 60 BC). Cependant, à partir de IIa, et en raison de la morphologie de la roche en place, la surface à fouiller se rétrécit au fur et à mesure que progresse le décapage. Les couches IIa, Ilb, Illa, et lllb sont attribuables à la séquence du Bronze final du gisement. Plusieurs sols d’occupation bien en place ont livré des vestiges significatifs. Ainsi, en Ilb1b se tient une structure d’habitat quadrangulaire limitée par des alignements de blocs ou pierres. Quant aux horizons Illb1 et IIIb2, ils sont marqués essentiellement par des structures de chauffe élaborées.

3Le matériel surtout céramique des niveaux du Bronze final (fig. 1) de la terrasse 8 est particulièrement abondant.

Fig. 1 – Céramique décorée du Bronze final (niveau IIa)

Fig. 1 – Céramique décorée du Bronze final (niveau IIa)

Michel-Claude Weiss, 1991

4Les récipients de stockage ne manquent pas. La décoration fait intervenir le cordon en relief digité, ornementation typique de cette séquence qui montre aussi de nettes influences apenniniques. Le métal est faiblement attesté (quelques fragments réduits).

5Les couches IVa et IVb sont des strates intermédiaires entre la séquence du Bronze final et celle du Néolithique récent-terminal. Elles laissent voir un matériel hétérogène et indiqueraient une phase d’abandon du replat. De IVc à VI se superposent les horizons en place du Néolithique. Trois phases semblent apparaître. La phase 1 (couche IVc) est caractérisée par la présence de bords avec des perforations réduites et du décor de microsillons rectilignes et parallèles. Ces éléments rappellent, entre autres, ceux du niveau préhistorique supérieur (Néolithique terminal/Chalcolithique) du Monte Lazzu. La phase 2 (couche IVd) serait identifiée en particulier par le décor d’incisions courtes et surtout par l’ornementation de traits cannelés curvilignes et concentriques évoquant les motifs typiques du niveau préhistorique inférieur du Monte Lazzu. Enfin , la phase 3 (couches V et VI) révèle divers décors incisés et sans doute la languette biforée parmi plusieurs éléments reconnus dans d’autres sites corses de la première moitié du iiie millénaire av. J.-C., comme celui de Carcu, en Balagne. En quelque sorte, cette séquence néolithique nous permettrait de replacer plusieurs cultures insulaires les unes par rapport aux autres.

6Les vestiges de la couche VI correspondent à l’occupation initiale de la terrasse. À ce niveau, la surface utilisée devait être plutôt réduite (une dizaine de m2 environ).

7Au niveau V, nous avons un espace vraiment structuré avec un mur de protection rectiligne qui borne la surface habitable dont la superficie se situerait entre 12 et 15 m2.

8Pour en terminer avec les documents néolithiques du site, notons que des ramassages de surface effectués de 1988 à 1990 sont à l’origine de la découverte d’un lot d’armatures à tranchant transversal groupées au pied de l’éperon et suggérant une fréquentation de cet endroit au Néolithique ancien.

9La nouvelle étude de la terrasse 4, commencée en 1991 et concernant une superficie de 32 m2, a donné l’occasion, avant d’atteindre les strates du Bronze récent et surtout du Bronze ancien de ce petit replat de la partie supérieure de l’éperon, de mettre au jour les structures d’habitat du niveau historique I pour lequel une datation 14C (1420 ± 80 cal. AD en Ib du sondage 2) avait déjà été obtenue. Les horizons la1, Ia2 et Ib1 révélèrent des habitats tout à fait intéressants, en particulier la strate Ia2 dont les structures ont été bien conservées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Céramique décorée du Bronze final (niveau IIa)
Crédits Michel-Claude Weiss, 1991
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18881/img-1.png
Fichier image/png, 142k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Michel-Claude Weiss, « Lumio – Monte Ortu », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18881

Haut de page

Responsable d'opération

Michel-Claude Weiss

Université

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org