Navigation – Plan du site
2015

Venzolasca – Palazzi (parcelles 2026 et 2027)

2015 – Fouilles préventives n° 1322 et n° 1323
Responsable(s) des opérations : Philippe Chapon
Notice rédigée par : Philippe Chapon

Texte intégral

1Cette dernière opération archéologique sur près de 1 700 m2 a profondément renouvelé notre vision du site d’I Palazzi. Elle remet totalement en question les conclusions que nous avions pu élaborer lors des opérations précédentes.

2Le début de l’existence du site a pu être situé dans la première moitié du iie s. av. J.-C. Un urbanisme se met en place avec des îlots d’habitation séparés par des espaces de circulation grossièrement aménagés (fig. 1). Durant cette première phase d’occupation, on observe un bâti qui évolue et se développe pendant presque un siècle (fig. 2). D’importantes structures de combustion très variées sont aménagées. Cela va des foyers domestiques de l’espace IV et de la rue I à une vaste zone rubéfiée identifiée comme les vestiges d’un four de tuiliers dont les éléments et surcuits ont été réutilisés dans la rue II. Entre ces deux extrêmes se trouvent les restes d’un alandier dans l’espace IX, qui doit correspondre à un four de potier, et la succession de fours domestiques circulaires de l’espace VIII, plus probablement à vocation culinaire. On voit se développer également les voies de circulation avec l’aménagement de caniveaux, l’empierrement de certaines zones et l’installation de chasse-roues destinés à la protection des angles de maison, ce qui semble traduire l’utilisation de charrettes (fig. 3). L’économie domestique est marquée par une forte romanisation et l’utilisation de nombreuses céramiques importées. Les amphores en particulier sont très présentes avec les dernières formes de gréco-italiques mais surtout les Dressel 1 et, dans une moindre mesure, les productions de Brindes et d’Afrique du Nord. La vaisselle à vernis noir des productions campanienne A et B est fortement représentée avec en particulier des formes que l’on ne retrouve pas sur les sites protohistoriques de Gaule Narbonnaise. La céramique culinaire comporte un panel important d’importations italiques mais est principalement composée de productions indigènes modelées amiantées avec tout un éventail de formes diverses allant des gobelets aux jarres et dolia en passant par les vases et marmites. Cette production atteste de la persistance des coutumes locales en parallèles aux importations diverses.

Fig. 1 – Plan d’ensemble des vestiges

Fig. 1 – Plan d’ensemble des vestiges

S. A. Benaïa (Inrap), 2015

Fig. 2 – La rue II vue de l’est

Fig. 2 – La rue II vue de l’est

P. Chapon (Inrap), 2015

Fig. 3 – Aménagements à l’entrée de l’espace VIII

Fig. 3 – Aménagements à l’entrée de l’espace VIII

P. Chapon (Inrap), 2015

3À la fin du ier s. av. J.-C., un épisode de destruction brutale intervient. Il est matérialisé sur un tiers du site par la présence d’une épaisse couche d’incendie et d’effondrement de toiture de tuiles scellant un important matériel domestique écrasé sur place. Des restes osseux humains ponctuels et la présence de balles de fronde témoignent d’une destruction volontaire. Il est difficile de trouver le coupable de cette destruction, mais le développement de la colonie de Mariana et les conflits de voisinage avec les tribus locales peuvent l’expliquer. La datation 14C de ces ossements nous donne une fourchette entre 40 av. J.-C. et 85 apr. J.-C., ce qui logiquement, en fonction du matériel des éléments postérieurs, nous situe la destruction à la fin du ier s. apr. J.-C.

4Après un abandon ne devant pas dépasser quelques années, une partie du site est de nouveau habitée. Certains bâtiments sont agrandis, d’autres entièrement reconstruits à partir de nouvelles fondations en excluant totalement la récupération des matériaux enterrés des anciennes habitations. Cette nouvelle phase de construction est postérieure à 15 av. J.-C., terminus établi grâce à des monnaies d’Auguste. Il est impossible de déterminer qui étaient les nouveaux habitants de Palazzi : des membres de l’ancienne tribu chassés lors de la destruction du site ou bien des colons romains de la cité proche de Mariana. De toute façon, cette renaissance sera de courte durée car aucun témoignage postérieur au début du Ier siècle de notre ère n’a été mis en évidence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble des vestiges
Crédits S. A. Benaïa (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M
Titre Fig. 2 – La rue II vue de l’est
Crédits P. Chapon (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Aménagements à l’entrée de l’espace VIII
Crédits P. Chapon (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Chapon, « Venzolasca – Palazzi (parcelles 2026 et 2027) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18810

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Chapon

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org