Navigation – Plan du site
2015

Santo-Pietro-di-Tenda – Suali

2015 – Opération préventive de diagnostic n° 1038
Responsable(s) des opérations : Laurent Vidal
Notice rédigée par : Laurent Vidal, Ghislain Vincent et Maxime Seguin

Texte intégral

  • 1 Travaux de F. Leandri (SRA).

1Un diagnostic a été prescrit par le service régional de l’archéologie de Corse sur l’assiette d’un projet de ferme solaire situé à proximité de sites archéologiques d’époques protohistorique et médiévale reconnus en prospection. Les aménagements s’intégreront dans un grand enclos de 13 ha de surface ceinturé en totalité par un mur de pierres sèches et couvert par le maquis. Le projet était susceptible d’affecter des éléments archéologiques enfouis ou en élévation dans une partie de l’Agriate qui livre des occupations préhistoriques (habitat et mégalithes) et d’autres protohistoriques (tumulus et cercle de pierre)1. Une prospection pédestre préalable a été suivie de l’ouverture de tranchées ou de sondages mécanisés ou manuels.

2Le diagnostic a permis de mettre au jour sur une petite zone des éléments d’une occupation préhistorique et protohistorique. Elle comprend notamment une construction mégalithique. Sur la majeure partie de l’emprise dominent les marques de l’occupation moderne ou contemporaine (dont trois bâtiments) ainsi que de nombreux aménagements de mise en valeur agricole.

  • 2 Travaux de K. Peche-Quilichini (Inrap).

3L’occupation ancienne est répartie en deux ensembles séparés d’une cinquantaine de mètres. Le premier occupe une position dominante sur un affleurement rocheux constituant un petit relief. Il comprend à la fois une occupation néolithique et une occupation protohistorique marquées par des structures bâties à l’aide de gros blocs de granodiorite. L’ensemble s’étend au moins sur 670 m2 et pourrait n’être qu’une partie d’un site se développant à l’ouest dans les parcelles voisines en dehors de l’emprise du projet. La construction la plus remarquable, malgré un dérasement prononcé, est un mégalithe comprenant un petit couloir de 2 m de long (fig. 1) s’ouvrant à travers un épais mur de blocs qui délimite un espace circulaire de 5 m de diamètre. Ce mur se poursuit en dehors de l’emprise du projet : l’autre partie du monument y est peut-être mieux conservée, compte tenu de la pente du terrain. L’espace délimité par le mur circulaire comprend des aménagements internes enfouis (dalle de chant d’un coffrage ?, probable calage) mis au jour dans un sondage manuel d’ampleur restreinte. Autour de la « chambre » centrale, une partie d’un grand tumulus de cailloux de dolérite est conservée. Dans cet amoncellement, des alignements de blocs de granodiorite semblent rayonner à partir du mur circulaire et compartimenter les cailloux plus petits. Les sondages réalisés à l’intérieur de l’édifice et devant l’entrée du couloir montrent la conservation à l’intérieur d’au moins 40 cm de stratigraphie archéologique. Celle-ci livre un mobilier céramique et lithique abondant. La hauteur de conservation du mégalithe est d’environ 1,10 m. Le monument devait avoir à l’origine 15 m de diamètre (fig. 2). Aujourd’hui, il s’étend sur 100 m2 dans l’emprise du diagnostic. La datation par le radiocarbone d’une unité stratigraphique du couloir correspondant au fonctionnement du monument s’inscrit à 95,4 % de probabilité dans un intervalle allant de 2465 cal. BC à 2209 cal. BC. Une deuxième construction se trouve à 4 m au nord de ce premier mégalithe. Elle est constituée de deux alignements parallèles de blocs de granodiorite. Une distance de 2,3 m sépare ces alignements, d’orientation est/ouest, qui s’étendent au minimum sur 4 m de long et sur une surface de 50 m2. Vers l’ouest, des amas de blocs et une crête de granodiorite de direction nord-sud brouillent la lecture du terrain. Un sondage manuel entre les deux alignements montre qu’il existe une accumulation de couches archéologiques d’environ 50 cm d’épaisseur. La construction est conservée sur environ 70 à 80 cm de hauteur. Les unités stratigraphiques livrent des tessons de céramique modelée et un peu de matériel lithique. La forme de la construction rappelle les unités domestiques du site protohistorique de Cuciurpula en Alta-Rocca2. Une troisième structure se trouve encore un peu plus au nord, sous les arbres, sur un affleurement rocheux quasi sans recouvrement sédimentaire. Il s’agit d’un alignement discontinu de gros blocs de granodiorite qui s’étend au minimum sur 7 m de long et environ 30 m2. Il s’agit du reste probable d’une autre construction mégalithique quant à elle assez dégradée.

Fig. 1 – Orthophotographie du monument mégalithique néolithique

Fig. 1 – Orthophotographie du monument mégalithique néolithique

M. Seguin (Inrap), 2015

Fig. 2 – Le couloir du monument mégalithique néolithique vu depuis l’extérieur

Fig. 2 – Le couloir du monument mégalithique néolithique vu depuis l’extérieur

L. Vidal (Inrap), G. Vincent (Inrap), 2015

4Le second ensemble, plus modeste, mis au jour dans une tranchée de diagnostic, comprend trois fosses regroupées et très dérasées. Leur remplissage livre des tessons de céramique modelée et notamment pour l’un d’eux, les fragments jointifs d’une partie d’un grand récipient à fond plat. Les fosses sont implantées dans un petit repli de terrain bénéficiant d’un épaississement de la couverture sédimentaire meuble, laquelle est ailleurs bien plus maigre. Il peut s’agir du reliquat d’un ensemble plus important, tronqué par l’érosion de la couverture colluvionnaire détritique. La datation par le radiocarbone du remplissage de la fosse la mieux conservée (un silo) s’inscrit à 95,4 % de probabilité dans un intervalle allant de 1054 cal. BC à 847 cal. BC.

5Dans ce vaste enclos concerné par l’aménagement photovoltaïque, c’est l’occupation moderne voire contemporaine qui a laissé les marques les plus nombreuses. Des trois bâtiments présents, le principal est un édifice ruiné aux murs à double parement liés à la terre. Il possède deux pièces, dont une avec une cheminée, et probablement un étage. Il est indiqué sur le Plan Terrier de 1793, mais il est déjà en ruine pour l’état de section du cadastre de 1874. Un puits mis au jour à proximité lors du diagnostic pourrait le desservir. Les deux autres bâtiments sont des constructions vernaculaires en pierres sèches voûtées en encorbellement et à toit plat chargé de terre. Nommés paillers (pagliaghju), ils sont de plan quadrangulaire, et servent de logements temporaires pendant les semailles et les moissons. Le reste de l’année, ils peuvent faire office de lieu de stockage de la paille. L’un d’eux est déjà sur le Plan Terrier de 1793. Deux aires à dépiquer les céréales (aghja) complètent les équipements liés à la céréaliculture. L’une, notée sur le plan cadastral de 1874, est complètement démantelée, l’autre conserve encore en grande partie sa couronne de pierre de bordure (i rimiti).

6Les autres aménagements concernent la mise en valeur du terrain pierreux : tas d’épierrement soigneusement agencés, murs de terrasse et murs d’enclos. De nombreux bosquets d’oléastres sont pour la plupart entourés de murs de pierres sèches de plan circulaire ou quadrangulaire. Il s’agit certainement des avatars des olivettes portées sur l’état de section du cadastre de 1874. L’effort de mise en valeur particulière du terrain paraît être lié, d’après les historiens, à la présence génoise puis française qui a multiplié jusqu’à la Restauration les incitations à la plantation d’oliviers mais aussi au greffage des oléastres.

7Enfin, la prospection a permis de recueillir quelques galets de quartz portant des traces d’usage comme percuteurs et d’observer un bloc portant une cupule. L’ensemble peut être lié à des pratiques agropastorales impossibles à dater. Il faut mettre à part un galet aménagé typique (expertise de V. Mourre, Inrap) qui peut appartenir au Mésolithique, au Néolithique ou encore à la Protohistoire.

Haut de page

Notes

1 Travaux de F. Leandri (SRA).

2 Travaux de K. Peche-Quilichini (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Orthophotographie du monument mégalithique néolithique
Crédits M. Seguin (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 2 – Le couloir du monument mégalithique néolithique vu depuis l’extérieur
Crédits L. Vidal (Inrap), G. Vincent (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Vidal, Ghislain Vincent et Maxime Seguin, « Santo-Pietro-di-Tenda – Suali », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18804

Haut de page

Responsables d'opération

Laurent Vidal

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Ghislain Vincent

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

  • Ghisonaccia – Chjusavia [Texte intégral]
    2015 – Opération préventive de diagnostic n° 1422
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse

Maxime Seguin

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org