Navigation – Plan du site
2015

Monticello – Muratellu (parcelle B1936)

2015 – Opération préventive de diagnostic n° 1383
Responsable(s) des opérations : Pascal Tramoni
Notice rédigée par : Pascal Tramoni

Texte intégral

1Le diagnostic effectué à Monticello au lieu-dit Muratello concerne la parcelle B1936, d’une superficie de 3 481 m2. Celle-ci se trouve dans la partie nord-ouest de la commune de Monticello. Il s’agit du détachement d’une ancienne parcelle plus grande sous forme d’une bande de terrain allongée en croissant et orientée est/ouest. L’ancienne parcelle était occupée par des espaces dédiés à l’arboriculture et l’horticulture. La topographie est donc très transformée. On note, hors emprise, un grand bassin pour l’irrigation, un pagliaghju et un petit bâtiment à cellules voûtées accolées, disposées en vis-à-vis et délimitant une courette intérieure. Des murs de soutènement compartimentent la partie basse de la parcelle initiale en petits espaces de jardin ou de plantation d’agrumes.

2La parcelle B1936 est bordée sur sa limite sud par l’ancien chemin dit de Calvi à Monticello. C’est une voie de circulation importante, déjà portée sur le plan terrier de 1792, qui coupe les courbes de niveau au plus court sur le versant puis forme un angle sur la limite cadastrale de la parcelle pour suivre la topographie en pente douce en direction de l’ouest. Cette configuration particulière a produit des atterrissements ponctuels et conséquents à l’intérieur de la parcelle B1936, à l’extrémité nord-est. C’est précisément dans cette zone que des vestiges archéologiques ont été identifiés.

3D’un point de vue géomorphologique, l’emprise est située au raccord d’un pied de versant et d’une tête de vallon. Le versant est important puisqu’il s’élève jusqu’à une crête à près de 350 m d’altitude, à l’extrémité ouest de laquelle se trouvent le site archéologique de la Punta Culumbaghja (culminant à 409 m d’altitude) et les ruines de l’important château de Vortica.

4Sept tranchées ont été ouvertes. Les cinq premières sont orientées dans le sens de la pente sur la longueur, c’est-à-dire nord/sud ; la cinquième ayant suivi un tracé en arc destiné à recouper un muret de soutènement. Deux tranchées complémentaires orientées est/ouest ont été implantées contre la limite sud de la parcelle (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de localisation des faits suivant leur chronologie

Fig. 1 – Plan de localisation des faits suivant leur chronologie

P. Tramoni (Inrap), M. Seguin (Inrap), 2015

5Les observations stratigraphiques montrent l’absence de recouvrements dans les zones occidentale et centrale de la parcelle. Aucun niveau susceptible de receler des vestiges archéologiques n’a été observé, ni aucune trace de structure en creux.

6Cependant, à l’extrémité est de la parcelle, quatre faits archéologiques ont été identifiés : un mur moderne, un drain moderne, deux fosses néolithiques. Ces deux dernières structures en creux sont distantes de 3,5 m, sur un axe nord-nord-est/sud-sud-ouest. Elles ont livré trop peu de vestiges pour assurer une proposition de datation relative. Néanmoins, les caractères techno-typologiques discrets de la céramique, la nature des matériaux de l’industrie lithique et le type de débitage permettent d’envisager une attribution au Néolithique moyen 2, voire au Néolithique récent, sans plus de précision.

7La plus grande fosse paraît correspondre à une fosse d’extraction de petits blocs parallélépipèdes calibrés tirés à moindre frais d’un matériau résistant, l’aplite. L’autre structure en creux s’apparente à un fond de fosse-silo.

8En guise de conclusion, on retiendra que les aménagements modernes ont un impact important sur les terrains situés en tête de vallon. Le long de l’important chemin dit de Monticello à Calvi, les terres sont progressivement mises en valeur : restructuration du talweg par des murs de soutènement, enclosure des espaces destinés à l’horticulture maraîchère, bassin pour l’irrigation, arboriculture (agrumes) puis oliveraie récente qui a conduit certainement à l’ablation des niveaux supérieurs de la séquence sédimentaire. L’absence de vestiges antiques et médiévaux pourrait être reliée à cet épisode récent, introduisant terrassements et défonçages mécaniques.

9Plus surprenante est également l’absence de vestiges d’occupation protohistorique, y compris en position secondaire, tant la proximité avec le site d’Ornicciu est grande. On doit cependant signaler, hors emprise (à cheval sur les parcelles B1935 et B201), une structure aérienne, localisée à 25 m au nord de la limite parcellaire, dans l’axe de l’extrémité de la tranchée no 6. Cette structure est implantée sur un ressaut naturel, au pied des à-pics rocheux. Elle se présente comme une file de gros blocs jointifs disposés en arc de cercle.

10Les deux fosses néolithiques, attribuables en l’état à une chronologie comprise entre la fin du Néolithique moyen et le début du Néolithique final, apparaissent comme isolées à l’extrémité est de la parcelle, en limite d’emprise. Ces deux structures pourraient être rapprochées de la très grande fosse isolée reconnue dans les parcelles 1671-1681 en 2005 et d’autres vestiges mobiliers décontextualisés. Les vestiges diffus de Muratello pourraient donc apparaître comme relevant d’un même ensemble, marquant la périphérie d’un habitat. Ils signaleraient ainsi l’existence d’un vaste établissement de plein air, côtier, en abord de zones humides, du Néolithique moyen 2, à l’instar des grands sites de même chronologie de la région du golfe de Portivechju, Foce Fontanaccia à Zonza, Cirindinu à Lecci, Foce di Termini à Porto-Vecchio, sans oublier Vasculacciu-Biaculonu à Figari et Sotta. Dans le cas présent, à Muratello, les loci à fortes densités de structures, s’ils sont conservés, restent à localiser.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de localisation des faits suivant leur chronologie
Crédits P. Tramoni (Inrap), M. Seguin (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascal Tramoni, « Monticello – Muratellu (parcelle B1936) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18797

Haut de page

Responsable d'opération

Pascal Tramoni

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org