Navigation – Plan du site
2015

Lama – San Lorenzo

2015 – Opération préventive de diagnostic n° 1386
Responsable(s) des opérations : Patrick Ferreira
Notice rédigée par : Patrick Ferreira

Entrées d’index

Mots-clés :

église, sépulture

Chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Les parcelles OA217 et OA218 (église) occupent un replat dans le profil altimétrique général allant du village de Lama à la plaine. Cet édifice avait été construit initialement, et peut-être dès les très hautes époques, dans la zone alluviale cultivable, en contrebas du village et assez proche de la rivière Ostriconi.

2Le site de San Lorenzo est dominé à l’est par le monte Astu qui culmine à 1 535 m. Situé dans le diocèse de Mariana, le village de Lama faisait partie, au plan ecclésiastique, de la pieve d’Ostriconi. San Lorenzo était donc l’église paroissiale de la communauté de Lama.

3Trois sondages ont été réalisés à l’extérieur (SD10, SD12 et SD13), un sondage à l’intérieur de l’église (SD11) et neuf sondages muraux pour l’analyse du bâti (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de l’église avec localisation des sondages

Fig. 1 – Plan de l’église avec localisation des sondages

P. Ferreira (Inrap), 2015

4Au final, les investigations menées sur et autour de l’église San Lorenzo de Lama ont permis de documenter encore un peu plus le site en complément de la belle étude documentaire réalisée par A. Franzini qui nous a largement aidé pour l’étude de l’ensemble.

5La chapelle San Lorenzo de Lama a des caractéristiques relevant de chapelles préromanes et du premier âge roman aux particularités pouvant soit relever du savoir-faire local, soit accréditer un état bien plus récent. La nef est aveugle à l’exception de la troisième travée pourvue d’une baie au sud et au nord. En y ajoutant une baie centrale dans le chœur, les deux ensembles contrastaient entre une nef dans la pénombre d’un côté et de l’autre un chœur qui n’est pas vraiment « baigné de lumière » mais éclairé et paré de fresques. L’étude du bâti existant laisse à penser que nous avons un édifice homogène dans sa construction dès l’origine pourvu d’un chevet plat. Or, en Corse mais également au-delà des limites insulaires, ce type d’architecture est à rapprocher d’édifices anciens (paléochrétiens/haut Moyen Âge).

6Les investigations du sous-sol par le biais des différents sondages ont permis d’étudier les fondations du bâtiment et un ensemble de sépultures qui nous renseigne sur la chronologie de l’édifice. Toutefois, elles ne permettent pas d’argumenter de manière formelle en faveur d’une église datée du haut Moyen Âge.

7Les nombreuses sépultures retrouvées autour de l’église confirment donc archéologiquement la présence du cimetière déjà attesté au début du xviie s.

8La tombe (SP1103) datée par radiocarbone entre 1415 et 1450 est bien médiévale et elle est mise en place après la construction du chœur de l’église.

9Le bâtiment en lui-même laisse en suspens quelques questions notamment sur l’organisation interne des espaces liturgiques. L’exiguïté du chœur est accentuée par la mise en place de sa surélévation récente par rapport à la nef. Il n’a pas été investi archéologiquement car piégé dans une imposante maçonnerie de brique et ciment qu’il n’était pas possible de traiter dans le cadre de ce diagnostic.

10Une fouille des espaces funéraires et du chœur nous permettrait d’enrichir et de préciser l’histoire du site. Quelle est la population inhumée autour de l’église et quelle est son amplitude chronologique, ou encore quelles sont les pratiques funéraires : ces questions n’ont pas de réponses complètes.

11La présence d’un édifice plus ancien n’est pas complètement exclue. Pour preuve, la monnaie retrouvée et la structure bâtie sur laquelle repose le mur sud de l’église actuelle sont autant d’éléments pouvant aller dans le sens d’une construction ou d’une présence antérieures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de l’église avec localisation des sondages
Crédits P. Ferreira (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrick Ferreira, « Lama – San Lorenzo », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18787

Haut de page

Responsable d'opération

Patrick Ferreira

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org