Navigation – Plan du site
2015

Aléria – Mare Stagno

2015 – Sondage n° 1411
Responsable(s) des opérations : Gaël Brkojewitsch
Notice rédigée par : Gaël Brkojewitsch, Aline Lacombe, Anselme Cormier, Élise Maire et Simon Sedlbauer

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

1Ce site n’avait jamais l’objet de recherche jusqu’à présent. Les sondages réalisés au printemps 2015 ont permis de déterminer l’existence d’un établissement romain dont le centre semble situé à 290 m au sud de la tour génoise de Mare Stagno. Les ruines romaines sont implantées au centre du cordon de terre qui sépare l’étang de Diane de la mer.

2Bien que l’opération archéologique ait privilégié une approche par sondages, on peut d’ores et déjà établir que les structures bâties de cette exploitation occupent une surface minimale de 350 m2. Si l’on ajoute les structures excavées découvertes en périphérie orientale, cette surface pourrait être doublée (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de masse des vestiges romains découverts

Fig. 1 – Plan de masse des vestiges romains découverts

G. Brkojewitsch, 2015

3L’organisation générale n’est pas encore clairement définie. Le bâtiment est composé de trois voire quatre pièces. Au sud, les vestiges étaient très abîmés mais le démontage progressif des pierres devrait permettre de lire les alignements (fig. 2). Dans la partie centrale, on est tenté de voir une organisation selon un axe nord/sud. Une ou deux pièces devancées par une possible galerie seraient tournées en direction de l’étang à l’ouest. Au centre, un foyer circulaire « culinaire » apporte un argument en faveur d’une vocation domestique. Dans cet espace, on note clairement la présence de deux murs contigus. L’ajout d’un mur indique nécessairement un échelonnement dans la construction et l’agrandissement probable de l’établissement, à une période qui n’est pas encore déterminée dans l’état actuel de nos connaissances. À l’est, un espace se dessine clairement, alors qu’au nord, une structure rectangulaire dont le fond est couvert de tuiles pourrait être interprétée comme une cuve. Il est un peu tôt à ce stade pour en conclure qu’il s’agit d’un espace de production, mais l’hypothèse est ouverte.

Fig. 2 – Le sondage 9, vu depuis le sud

Fig. 2 – Le sondage 9, vu depuis le sud

G. Brkojewitsch, 2015

4La caractérisation fonctionnelle du site pose encore problème mais de nouveaux éléments sont à mettre au crédit d’une hypothèse. Si l’on pouvait s’attendre, dans ce contexte géographique très particulier, à de très fortes interactions avec l’étang, force est de constater que les indices sont assez maigres. L’établissement qui se trouve à 500 m environ de l’embouchure originelle du lac et à moins d’1 km de l’île constituée de coquilles d’huîtres n’a quasiment pas livré de restes ichtyofauniques. Au titre du matériel de pêche, on pointera la présence d’un lest de filet en terre cuite. En revanche, et l’étude de la céramique met bien cet élément en évidence, une très forte proportion du matériel se rapporte au stockage et au transport du vin. Parmi les amphores découvertes, on trouve toutes les grandes catégories d’amphores vinaires. Plusieurs gros fragments de dolia, auxquels s’ajoutent les vases complets mis au jour lors de travaux agricoles dans les années 1960 (mais dont nous n’avons pas retrouvé la trace), ont été retrouvés au sud de l’exploitation. Dès lors, on peut formuler l’hypothèse que l’établissement a une vocation agricole et qu’une de ses ressources pourrait être basée sur la production de vin. Les équipements se situeraient au nord (cuves ?) tandis que le chai serait localisé au sud.

5En termes de chronologie, la découverte de mobilier, principalement de la céramique, a permis de dater la période de fonctionnement. L’établissement semble fondé dans la première moitié du ier s. apr. J.-C. et l’activité perdure jusqu’à la fin du iiie s. apr. J.-C. Cependant, dans la mesure où le mobilier provient principalement de niveaux de remblai, dont la cohérence a été mise à mal par les travaux agricoles modernes, on ne peut scander plus finement l’évolution chronologique. Il faudrait nécessairement découvrir des contextes clos ou des structures excavées à grande profondeur pour clarifier ce point.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de masse des vestiges romains découverts
Crédits G. Brkojewitsch, 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 – Le sondage 9, vu depuis le sud
Crédits G. Brkojewitsch, 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18760/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gaël Brkojewitsch, Aline Lacombe, Anselme Cormier, Élise Maire et Simon Sedlbauer, « Aléria – Mare Stagno », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18760

Haut de page

Responsables d'opération

Gaël Brkojewitsch

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

  • Bonifacio – Piantarella [Texte intégral]
    2015 – Prospection thématique n° 1414
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse

Aline Lacombe

Articles du même responsable de fouilles

  • Bonifacio – Piantarella [Texte intégral]
    2015 – Prospection thématique n° 1414
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse

Anselme Cormier

Université

Élise Maire

Articles du même responsable de fouilles

  • Bonifacio – Piantarella [Texte intégral]
    2015 – Prospection thématique n° 1414
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse

Simon Sedlbauer

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org