Navigation – Plan du site
2015

Sorbollano – Cuciurpula

2015 – Fouille programmée pluriannuelle n° 1287
Responsable(s) des opérations : Kewin Peche-Quilichini
Notice rédigée par : Kewin Peche-Quilichini et Thibault Lachenal

Texte intégral

1L’opération menée à Cuciurpula en 2015 a consisté en la poursuite des fouilles sur les secteurs étudiés en 2014 : l’habitation 26 et le secteur G1.

2La structure 26 (fig. 1) est localisée dans la partie centre-occidentale du site, à 1 030 m d’altitude, sur une zone au fort pendage. Les constructeurs ont néanmoins profité de la présence d’un chaos de bloc qui crée un replat d’un peu plus de 30 m2, sur lequel l’habitation a été implantée. La fouille, initiée en 2014, avait principalement permis de documenter les phases d’abandon et de destruction de cette habitation. Cette dernière se matérialise par un niveau de blocs, sans organisation apparente, qui emplit tout l’espace interne de la structure. Cet épisode doit correspondre à un éboulement dû à un affaissement de terrain. Il a scellé les niveaux d’occupation de la structure, qui peuvent être datés du vie s. av. J.-C. et se matérialisent par d’importants épandages de mobiliers céramiques. Ils sont également associés à un foyer, constitué d’une sole de terre cuite présentant plusieurs niveaux de rechapage, localisé contre la paroi sud de l’habitation. Une file irrégulière de calages de poteaux matérialisent l’axe faîtier. Leur décentrement est dû à l’effondrement des blocs de la file nord de la structure. Le mobilier métallique est représenté par un ressort en bronze, possiblement de fibule, et une pendeloque olivaire en alliage cuivreux. Un objet du même type avait d’ailleurs été découvert en 2014. La poursuite de la fouille sous ces niveaux a également permis de mettre en évidence une occupation antérieure à la construction de l’habitation, que l’on peut dater de l’âge du Bronze final. Elle se matérialise par un foyer ou four circulaire entouré d’une couronne de blocs de petit module appareillés. Celui-ci était empli d’un sédiment rubéfié associé à plusieurs niveaux de radiers de tessons et de pierres, reposant sur une sole d’argile cuite. Le niveau d’occupation associé à ce foyer a en outre livré un fragment de bord de lingot, probablement en cuivre, dont la morphologie évoque les exemplaires dits « à peau de bœuf » faisant l’objet d’un commerce en Méditerranée centrale et orientale entre les xive et xie s. av. J.-C.

Fig. 1 – Habitation 26

Fig. 1 – Habitation 26

1-3 : étapes du décapage de la structure de chauffe de l’âge du Bronze final ; 4-5 : fragment de lingot

T. Lachenal (CNRS), 2015

3L’étude du secteur G1 (fig. 2) visait à mieux comprendre les relations entre une rampe d’accès aux parties septentrionales du site, un dépotoir situé à ses pieds (individualisé en 2014), un terrassement monumental affleurant et l’habitation 4, située au sud du dépotoir. L’ensemble constituait a priori une unité polyfonctionnelle. La fouille a montré que le terrassement est la construction la plus ancienne, bâtie et utilisée durant la seconde moitié de l’âge du Bronze final (vers 1050-850 av. J.-C.). Son fonctionnement se fait vraisemblablement dans un cadre périphérique à la zone d’habitat de cette phase et concerne probablement des activités agricoles et artisanales. Au cours du ixe s., la construction de l’habitation 4 (sur un terrassement artificiel venant clore cet espace dans sa partie sud) modifie les dynamiques sédimentaires en bloquant les ruissellements, particulièrement importants sur ce versant. L’utilisation parallèle du secteur comme un dépotoir (en rapport aux activités dans et autour de l’habitation 4) est à l’origine d’une importante sédimentation (environ 180 cm de puissance) dans l’aire contiguë au mur nord de la maison. Comme observé en 2014, la zone de rejet est active du ixe au vie s. av. J.-C., ce qui est cohérent avec le schéma chronologique d’évolution observé pour l’ensemble des structures fouillées. Le mobilier illustre des activités domestiques (cuisine, stockage, meunerie) et plus spécialisées (travail de l’os, de la corne, métallurgie du bronze, production de parures lithiques).

Fig. 2 – Secteur G1, planimétrie d’ensemble des structures bâties

Fig. 2 – Secteur G1, planimétrie d’ensemble des structures bâties

K. Peche-Quilichini (CNRS), 2015

4Enfin, on signale la découverte superficielle d’une fibule de forme particulièrement originale, en « archet de violon », qui pourrait dater du second âge du Fer (fig. 3).

Fig. 3 – Fibule découverte en surface près de la structure 21

Fig. 3 – Fibule découverte en surface près de la structure 21

K. Peche-Quilichini (CNRS), 2015

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Habitation 26
Légende 1-3 : étapes du décapage de la structure de chauffe de l’âge du Bronze final ; 4-5 : fragment de lingot
Crédits T. Lachenal (CNRS), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 2 – Secteur G1, planimétrie d’ensemble des structures bâties
Crédits K. Peche-Quilichini (CNRS), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 – Fibule découverte en surface près de la structure 21
Crédits K. Peche-Quilichini (CNRS), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini et Thibault Lachenal, « Sorbollano – Cuciurpula », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18754

Haut de page

Responsables d'opération

Kewin Peche-Quilichini

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Thibault Lachenal

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org