Navigation – Plan du site
2015

Bonifacio – Espace Saint-Jacques

2015 – Opération préventive de diagnostic n° 1384
Responsable(s) des opérations : Patrick Ferreira
Notice rédigée par : Patrick Ferreira

Texte intégral

1Les terrains d’emprise de l’opération sont situés en Corse-du-Sud, sur la commune et dans la ville haute de Bonifacio. Bunifaziu est implanté sur une presqu’île formée par un long plateau calcaire d’un kilomètre dont l’extrémité ouest pénètre dans la mer. Sa largeur est comprise entre 200 et 250 m. Ce plateau est limité au sud et au nord par d’abruptes falaises de 60 à 75 m de haut qui dominent la mer. À l’est, la péninsule n’est reliée au reste de l’île que par une étroite bande de terre large d’une centaine de mètres. L’intervention a fait l’objet d’un arrêté de prescription par le Service régional de l’archéologie de Corse sur les parcelles AB60 et AB83 du cadastre de la commune de Bonifacio. La surface à expertiser représente 2 369 m2.

2La décision d’intervenir répond au projet d’aménagement dans le secteur suburbain de la ville médiévale et moderne.

3Les travaux étaient susceptibles d’impacter le sous-sol, et de détruire des vestiges encore en place.

4La ville de Bonifacio bénéficie d’une documentation historique comme archéologique relativement abondante, mais qui reste encore disparate. Si l’occupation de la péninsule est attestée depuis le VIIe millénaire avant notre ère, les apports sont pour l’heure centrés sur les périodes néolithique, médiévale et moderne.

5Depuis la fin du xixe s., le plateau de Bonifacio focalise de manière presque continue l’attention des archéologues et en particulier des préhistoriens. L’existence des grands auvents de pied de falaise et les conditions de conservation associées jouent à n’en pas douter un rôle majeur dans cette dynamique. La situation géographique particulière du plateau, aux confins de l’île mais face à la Sardaigne, possède sa part d’attrait dans cet intérêt régulièrement renouvelé. Pour conclure, on constate une répartition des vestiges sur l’intégralité de la presqu’île qui supporte la haute ville de Bonifacio ; c’est donc bien la totalité de la presqu’île qui est concernée par plusieurs occupations néolithiques.

6Les origines ainsi que le contexte de l’émergence de la cité médiévale restent encore mal connus mais sont probablement à replacer dans le courant de la première moitié du ixe s.

7De par sa position privilégiée entre Corse et Sardaigne, la ville sera très rapidement convoitée par les grandes puissances maritimes de la Méditerranée tout au long des périodes tardo-médiévale et moderne, notamment Pise, Gênes, l’Aragon ou encore l’alliance franco-turque. Dès sa formation, l’agglomération semble avoir été scindée en deux espaces bien distincts avec un port en bord de mer, surplombé par une citadelle dressée sur un éperon.

8Les sondages réalisés sont au nombre de quatre auxquels il faut ajouter la fenêtre réduite numérotée 1bis et qui a été réalisée dans l’axe du sondage 1 (fig. 1). Ils ont été implantés afin de couvrir le plus largement le secteur investi en prenant en compte les contraintes techniques et les informations dont nous disposions sur l’occupation du secteur.

Fig. 1 – Vue générale du chantier depuis le Torione

Fig. 1 – Vue générale du chantier depuis le Torione

P. Ferreira (Inrap), 2015

9L’opération de diagnostic menée sur l’espace Saint-Jacques à Bonifacio a livré un ensemble de vestiges allant de la Préhistoire à la période contemporaine.

10Les séquences stratigraphiques peu dilatées n’ont pas montré de transition lente entre l’occupation néolithique, la mise en place des inhumations modernes/contemporaines et la phase de militarisation du xixe s. Ceci est dû aux aménagements massifs qui ont supprimé une partie de la séquence stratigraphique en place.

11Pour le Néolithique, les informations recueillies à l’occasion de ce diagnostic confirment l’intérêt majeur de cet établissement de la fin du Néolithique de la Corse. Seule une fouille permettrait de pouvoir produire des données conséquentes à même d’appréhender véritablement la signification chrono-culturelle de ces vestiges.

12Les inhumations apparaissent à des altitudes très disparates entre les sondages, qui peuvent plaider soit pour une occupation multiphasée, soit pour une limite des espaces funéraires très marquée.

13Le prélèvement 14C réalisé sur l’une des sépultures de la structure funéraire (ESP1065) a fourni une datation radiocarbone en plein Moyen Âge (1190-1275), montrant ainsi pour la première fois sur le plateau la présence de sépultures médiévales hors des édifices de culte (fig. 2).

Fig. 2 – Vue de la structure funéraire médiévale (ESP1065)

Fig. 2 – Vue de la structure funéraire médiévale (ESP1065)

P. Ferreira (Inrap), 2015

14Les aménagements militaires contemporains ont détruit une partie de la stratigraphie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du chantier depuis le Torione
Crédits P. Ferreira (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 2 – Vue de la structure funéraire médiévale (ESP1065)
Crédits P. Ferreira (Inrap), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrick Ferreira, « Bonifacio – Espace Saint-Jacques », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18729

Haut de page

Responsable d'opération

Patrick Ferreira

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org