Navigation – Plan du site
2015

Altagène

2015 – Prospection diachronique n° 1400
Responsable(s) des opérations : Kewin Peche-Quilichini
Notice rédigée par : Kewin Peche-Quilichini

Texte intégral

1Le territoire d’Altagène n’avait jamais été l’objet de prospections systématiques en dehors des recherches ciblées menées par I. Marcangeli et P. Tramoni en 1992, en préalable au projet de barrage sur le Rizzanese. Le premier objectif de l’opération était donc de dresser un état des lieux sur un corpus d’entités archéologiques constitué de façon aléatoire.

2En 2015, le corpus des entités archéologiques de la commune est passé de 11 à 19 entités (augmentation de 73 %). L’analyse critique des fiches créées anciennement a permis de proposer une révision de la carte archéologique nationale à plusieurs niveaux : suppression d’entités, affinement chronologique, relocalisation.

3Concernant l’état sanitaire des monuments, deux sites en élévation mériteraient une attention particulière :

  • L’occupation de l’âge du Bronze de Presa-Tusiu qui est aujourd’hui entièrement recouverte de maquis, notamment de ronces sur la torra, ce qui constitue plutôt une protection. Subsiste un problème de conservation à moyen terme de cet édifice puisque, durant la fouille, les vides de parement ont été remplacés par des coins et des linteaux en bois qui supportent, depuis 20 ans pour certains, des charges importantes. Un remplacement par de la pierre devrait être envisagé pour prévenir un effondrement progressif ;

  • La fortification médiévale de Punta di Casteddu est soumise à une forte érosion naturelle, notamment au niveau des parements. On note aussi l’identification de traces de fouilles clandestines dans le donjon.

4Concernant la mise en perspective des résultats, les plus anciens témoignages de présence humaine remontent au début du ve millénaire, avec les premières occupations du site de Presa. La structuration principale de cet habitat intervient vers 4 500 av. J.-C. avec le développement du village du Néolithique moyen, constitué de maisons regroupées sur un espace étagé. Les fouilles ont permis la définition du faciès présien du Néolithique insulaire, style caractérisé par sa poterie fine. L’occupation de l’habitat dure plus d’un millénaire, jusque vers 3 500 av. J.-C., quand domine l’industrie de type basien. Cette époque semble également représentée à Chiapponu, bien que la fonction du site reste indéterminée. La fin du Néolithique est mal documentée, comme souvent en Alta Rocca. Le début de l’âge du Bronze reste lui aussi méconnu. La torra de Tusiu matérialise le réinvestissement du site de Presa-Tusiu par un groupe important de l’âge du Bronze moyen, intéressé par les caractères topographiques du lieu et peut-être aussi par la récupération des architectures du Néolithique. Ce monument est identique à ses contemporains du sud de la Corse et s’insère dans un réseau dont les exemples les plus voisins sont Furcina (Olmiccia), Turriceddi (Sainte-Luciede-Tallano) et Cucuruzzu (Levie). On ne connaît pas l’habitat associé. À l’âge du Bronze final, la torra est toujours utilisée mais il semble que son étage soit effondré ou, du moins, que l’on n’y accède plus, puisque des foyers sont établis sur la rampe hélicoïdale. Cette époque est également marquée par la construction de plusieurs bâtiments de plan elliptique autour de la torra. Ces aménagements constituent des soubassements de maisons. Des habitations assez semblables ont été observées à Chiapponu, où elles sont probablement un peu plus récentes (premier âge du Fer ?). Ces deux sites montrent l’insertion de ce territoire dans les réseaux de villages répartis sur les différentes niches géo-écologiques des vallées du Rizzanese et du Fiumicicoli, dans le prolongement des concentrations observées sur le plateau de Lévie. Dans ce cadre territorial, la présence d’une petite fortification sur la Punta di Serradu, en position dominante par rapport aux habitats, ne surprend pas. Il s’agit d’un modèle observé à Cuciurpula (Serra-di-Scopamena), Bambiolu/Cola, Puzzonu/Saracinu (Quenza) ou Cucuruzzu, Capula/Nuciaresa (Lévie). Le second âge du Fer et l’Antiquité ne sont à ce jour pas représentés. Quelques indices de site pourraient toutefois trahir une présence humaine au cours du premier Moyen Âge entre San Ghjuvani Battista et Parata (à Ricciu et Poghju di San Ghjuvani). Le second Moyen Âge est plus évident. Outre l’existence possible d’une tour à l’est de la Punta di Sarradu (Sarra di Castedducciu), la période est surtout matérialisée par l’apparition du village, par l’aménagement du casteddu di Ricciu et par la chapelle de San Pantaleone (fig. 1), trois ensembles définissant une communauté villageoise type à partir du xiis. sur l’île. L’époque moderne est celle qui a laissé le plus d’éléments dans le paysage actuel : village (San Pantaleone 1), aires de battage (Chjosu à Spadda 2, Aghja di Vituddu), lieux de passage (Spartipesci) ou de mémoire (Macinaghju). L’atypique caveau du Chjosu à Spadda vient clore ce modèle diachronique sur une note d’originalité.

Fig. 1 – Bloc de granite sculpté avec éléments anthropomorphes et frise de chevrons (San Pantaleone)

Fig. 1 – Bloc de granite sculpté avec éléments anthropomorphes et frise de chevrons (San Pantaleone)

K. Peche-Quilichini (LRA), 2015

5Au travers de ce schéma (fig. 2) émerge l’image évolutive d’une communauté rurale de Corse, avec une préhistoire et une histoire fidèles à ses principes micro-régionaux.

Fig. 2 – Carte archéologique de la commune d’Altagène

Fig. 2 – Carte archéologique de la commune d’Altagène

Décembre 2015.

K. Peche-Quilichini (LRA), 2015

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bloc de granite sculpté avec éléments anthropomorphes et frise de chevrons (San Pantaleone)
Crédits K. Peche-Quilichini (LRA), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 – Carte archéologique de la commune d’Altagène
Légende Décembre 2015.
Crédits K. Peche-Quilichini (LRA), 2015
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/18717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini, « Altagène », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/18717

Haut de page

Responsable d'opération

Kewin Peche-Quilichini

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org