Navigation – Plan du site
2013

Saint-Pierre-de-Varengeville – Route de Duclair et chemin de la Briqueterie

Responsable(s) des opérations : Bruno Aubry
Notice rédigée par : Bruno Aubry

Texte intégral

N° OA : 76565 024 à 029

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.883;49.483;0.958;49.522

Fig 01 : Saint-Pierre-de-Varengeville, route de Duclair, chemin de la Briqueterie

Vue de détail de l'occupation du Paléolithique moyen, locus 1

B. Aubry

1Le projet de lotissement de Saint-Pierre-de-Varengeville porte sur une surface de 45 400 m2, dont 10 % ont été sondés. Un ensemble de vestiges inédits ont été révélés : ils couvrent les périodes du Paléolithique moyen, du Néolithique moyen (?), de La Tène D et de l'Antiquité. Ces vestiges s’inscrivent dans des contextes sédimentaires bien isolés stratigraphiquement et spatialement.

2Le diagnostic a montré qu'une partie des occupations archéologiques sont imbriquées, que ce soient les structures elles-mêmes ou les vestiges mobiliers au sein des unités stratigraphiques. Les sites sont spatialement bien délimités. Un peu plus de 2,5 ha renferment des vestiges archéologiques. Le reste de l’emprise a livré peu d’éléments, hormis quelques structures en creux (2 trous de poteau et une fosse), deux structures de combustion et un amas de débitage (locus 1). Des éléments mobiliers (industrie lithique, rares tessons de céramiques) créent un bruit de fond néolithique.

3Le cœur des occupations s’organise suivant un axe nord-sud sur une largeur d’un peu plus de 200 m. Deux séries du Paléolithique moyen sont présentes : la première sous la forme d’une industrie lithique éparse à patine blanche provenant des affleurements superficiels des pavages à silex et aussi du creusement de certaines structures archéologiques. La seconde série est issue du locus 1, apparu à 1,80 m de profondeur. Elle correspond à une aire de débitage dont l’épicentre a manifestement été effleuré.

4Le cœur du site est occupé par des vestiges de l’âge du Fer et de l’Antiquité. Ils s’organisent suivant un axe nord-sud et se développent au sud, hors de l’emprise du projet. Une prospection pédestre rapide dans l'espace agricole le long de la route de Duclair, directement au sud de notre emprise, a permis de découvrir des tessons et de la terre cuite architecturale.

5Le site antique s’inscrit dans un espace clos, en partie marqué par des fossés au cœur desquels des fours de tuiliers semblent définir un pôle artisanal complet. Au nord de cette occupation, des structures en creux, trous de poteau et fossés, témoignent d’une installation de la fin de l’âge du Fer. Au moins trois bâtiments sur poteaux plantés sont individualisés. Un quatrième édifice, sur tranchées de fondation, est à signaler.

6Il est important de souligner et surtout d’insister sur le fait que les vestiges du Paléolithique moyen sont en partie imbriqués au sein des occupations gallo-romaines. Ils s’étendent sous l’ensemble de la zone ouest et centrale de l’emprise.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bruno Aubry, « Saint-Pierre-de-Varengeville – Route de Duclair et chemin de la Briqueterie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17788

Haut de page

Responsable d'opération

Bruno Aubry

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org