Navigation – Plan du site
2013

Rouen – Place Saint-Vivien

Responsable(s) des opérations : Laurence Eloy-Epailly
Notice rédigée par : Laurence Eloy-Epailly

Entrées d’index

Mots-clés :

bloc, mur, maçonnerie, marais
Haut de page

Texte intégral

N° OA : 76540 424

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.031;49.417;1.152;49.465

  • 1 Ces découvertes de nature fortuite relèveraient alors de la loi L. 531-14, L. 531-15 et L. 531-16 d (...)

1Le 27 novembre 2013, Y.-M. Adrian, responsable d’opération à l’Inrap, a alerté le SRA de l’évacuation de blocs de pierres taillées de grandes dimensions, lors de terrassements à la pelle mécanique, à l’entrée du parking Saint-Vivien à Rouen. Ces travaux, conduits par la Communauté d’agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe (CREA), concernent un programme d’enfouissement de conteneurs pour la récupération et le tri des déchets ménagers sur l’ensemble du centre ville. Vingt-quatre emplacements dispersés sur l’ensemble de la cité antique et de la ville médiévale et moderne intra-muros sont ainsi projetés. S’agissant d’aménagements non soumis à permis, la DRAC Haute-Normandie n’a pas été consultée préalablement à la réalisation des travaux. Leur mise en œuvre pouvant déboucher sur la mise au jour de niveaux archéologiques encore conservés 1, et étant donnée leur faible emprise, un simple accompagnement des terrassements a été demandé à la CREA. L’objectif assigné à cette surveillance était d’observer et d’enregistrer les niveaux d’apparition des vestiges toujours en place, dans le but d’affiner la connaissance du sous-sol rouennais et optimiser sa gestion lors des demandes d’urbanisme. Le projet est localisé dans le quartier Martainville, en haut de la rue Armand Carrel. La petite zone terrassée est plus précisément située à une vingtaine de mètres au droit de l’église Saint-Vivien (classée monument historique le 21 mars 1932), au sud de celle-ci, et à l’entrée du parking, côté rue Eau de Robec. Son emprise dessine un carré d’environ 3,5 m x 3,5 m et descend à une profondeur de 3,2 m par rapport au niveau de sol actuel.

2Nous sommes ici à l’est de la ville antique, à l’extérieur du castrum du Bas-Empire. Le site est alors un secteur de marais que les canalisations de l’Aubette et du Robec viendront assainir dans le courant du xie s. La ville médiévale se développera sur ce nouvel espace pour constituer un faubourg intra-muros à caractère artisanal qui perdurera jusqu’au début du xxe s.

3La première chapelle Saint-Vivien, qui remonte à 1050 (Delsalle, 2007), est installée le long d’une ancienne voie romaine (actuelle rue des Faulx). L’édifice est modifié et agrandi à plusieurs reprises, et c’est la densification urbaine ainsi que sa promiscuité avec les îlots d’habitats environnants qui imposent l’exhaussement de sa nef en 1636, lui donnant son aspect actuel. Il est bordé sur sa partie sud par un parvis figuré sur les vues anciennes de Rouen, telle celle de Jacques Le Lieur en 1526 dans Le Livre des Fontaines ou de Jacques Gomboust en 1655 dans le Pourtraict de la ville de Rouen. Après cette date, le quartier gagne en densité et le parvis de Saint-Vivien est transformé en îlot d’habitat bordé par la Petite rue Saint-Vivien au nord, celle de la Harpe à l’est, le Robec et la rue Eau de Robec au sud et de la Gerbe d’Or à l’ouest. En 1760, deux rouennais sur cinq fréquentent en effet l’une des trois paroisses de ce quartier (Saint Vivien, Saint-Maclou et Saint-Marc) à l’aspect dédaléen et sans espace public (Dr. Lepecq de la Clôture, 1778). Pour pallier à l’étouffement de la ville, des travaux de rénovation et d’assainissement sont entrepris à partir de 1879, sous l’impulsion des lois contre l’insalubrité votées en 1850. L’îlot est rasé pour la création d’une place publique, puis d’un parking.

Fig 01 - Rouen, place Saint-Vivien

Localisation des conteneurs enterrés, emprises historiques et secteur sauvegardé

L. Eloy-Epailly

4Les trois quarts de l’emprise des travaux reprennent l’emplacement des conteneurs précédents comme l’indique la nature des comblements et la présence d’un niveau de béton à -3 m environ. Seule une bande orientée est/ouest, le long de la paroi sud a été épargnée lors de ces premiers terrassements et présente une stratigraphie en place. Les strates reposent sur un niveau gras et brun/gris duquel sourdent des remontées d’eau à -3,2 m. Il supporte, entre -1,5 et -2 m environ, deux murs maçonnés constitués de blocs calcaire taillés formant un angle dont l’élévation atteint les niveaux de bitume actuels. Quatre assises étaient encore en place, liées avec un mortier jaune clair pulvérulent. Les blocs présentent plusieurs aspects, soit grossièrement travaillés ou au contraire avec des arêtes finement taillées, et diverses formes, conique ou circulaire mais plus majoritairement parallélépipède, et plus ou moins bien conservés. La hauteur de chaque assise oscille entre 0,30 et 0,40 m. La largeur des murs mesure entre 0,40 et 0,50 m, offrant un aspect assez massif. Un des murs d’angle est orienté sud-est - nord-ouest. Le second, perpendiculaire à la coupe, axé sud-ouest - nord-est, se prolonge dans la paroi est, légèrement de biais. L’effondrement des maçonneries au passage du godet a permis d’observer qu’elles étaient installées dans un niveau homogène et terreux brun/gris similaire à la strate décrite précédemment.

5Trois niveaux assimilables à des remblais s’appuient sur les maçonneries, comme l’indique leur pendage général est-ouest et de haut en bas, avec un litage parfois très lisible. Ils se composent d’éléments calcaire dans une matrice plus ou moins sableuse et grise, ainsi que de quelques cailloux de petite dimension. Aucun élément mobilier ne permet de dater ces remblais.

6Cette stratigraphie évoque dans ses grandes lignes celle observée par B. Guillot, à l’angle de la rue du Ruissel et d’Amiens lors du diagnostic de septembre 2013, opération géographiquement la plus proche de notre intervention :

  • présence de niveaux vaseux, sans mobilier pour la place Saint-Vivien, contrairement à la rue du Ruissel où plusieurs strates de même nature ont fourni des éléments céramiques depuis les xiiie-xive s. pour les couches les plus anciennes, jusqu’au xvie s. pour les plus récentes. Dans les deux cas, l’altitude d’apparition oscille entre 8 et 8,5 m NGF ;

  • présence de maçonneries en appareil calcaire, datées du xviie s. par le mobilier céramique pour la rue du Ruissel, et, pour la place Saint-Vivien, uniquement attestée par l’iconographie à une date postérieure à 1655 (plan de Gomboust) et antérieure à 1827 (cadastre napoléonien), voire 1778 si on prend en compte l’article du Dr. Lepecq de la Clôture.

7Les observations de terrain confortent les documents cartographiques anciens avec une transformation tardive de la place ecclésiale en îlot d’habitat. En terme de gestion patrimoniale, on retiendra la conservation de cette altitude de construction et leur niveau d’apparition, immédiatement sous le bitume actuel, ainsi que l’absence de niveaux de circulation en place, sans doute détruits et arasés lors du percement de la rue Armand Carrel et l’aménagement de la place Saint-Vivien au xixe s. Seules les structures enterrées telles les caves semblent avoir été épargnées et constituent les seuls témoignages tangibles de cet îlot d’habitat disparu. Pour les périodes plus anciennes, l’état du site comme marais est validé par l’absence d’occupations et la nature tourbeuse du sous-sol.

Fig 02 - Rouen, place Saint-Vivien

Superposition du cadastre napoléonien (1827) et des rues nouvelles percées lors de la rénovation du quartier Martainville en 1879. L’ancien îlot d’habitats limité par le Robec au sud, l’ancienne Petite rue Saint-Vivien au nord, la rue de la Harpe à l’est et la rue de la Gerbe d’Orge à l’ouest, a été rasé pour l’aménagement d’une place publique aujourd’hui transformée en parking

L. Eloy-Epailly

Haut de page

Bibliographie

DECOUX J., GAILLARD G., 2011, « Le quartier Martainville de Rouen, Haute-Normandie », Inventaire général du patrimoine culturel, gion Haute-Normandie, Bonsecours : Point de Vues, (coll. Patrimoine et territoire).

DELSALLE L.-R., 2007, Rouen à la Renaissance sur les pas de Jacques Le Lieur, Librairie l’Armitière, Rouen, p. 340-344.

ÉLIOT B., RIOLLAND S., 2005, Jacques le Lieur, le Livre des Fontaines de la Ville de Rouen, Fontaine de Carville, fac-similé. Bonsecours : Point de Vues.

GOMBOUST, J., 2003, Rotomagus, Rouen, 1655, fac-similé de l’édition originale, textes et plans ; Bonsecours, Point de vues.

GUILLOT B., 2013, « Les prairies humides à l’est de Rouen, Haute-Normandie, Rouen, 30 rue d’Amiens, 20 rue du Ruissel », Rapport de diagnostic archéologique, novembre 2013, Inrap.

LEPECQ DE LA CLÔTURE L., 1778, Collections dobservations sur les malades et constitutions épidémiques, Rouen, Impr. Privilégiée, p. 227.

Cadastre Napoléonien, 1827, Rouen, section C ou 3, 2e feuille (ADSM, 3P3_3640).

Haut de page

Notes

1 Ces découvertes de nature fortuite relèveraient alors de la loi L. 531-14, L. 531-15 et L. 531-16 du Code du Patrimoine, Livre V.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17780/img-1.png
Fichier image/png, 175k
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17780/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurence Eloy-Epailly, « Rouen – Place Saint-Vivien », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17780

Haut de page

Responsable d'opération

Laurence Eloy-Epailly

SRA Haute-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org