Navigation – Plan du site
2013

Rouen – Archevêché

Responsable(s) des opérations : Dominique Pitte
Notice rédigée par : Éric Follain et Dominique Pitte

Entrées d’index

Mots-clés :

mur, bloc, bas-relief, Christ, bâtiment

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

N° OA : 76540 122

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.031;49.417;1.152;49.465

1L’installation d’un Historial dédié à Jeanne d’Arc dans la partie occidentale de l’Archevêché de Rouen prévoit la construction d’un bâtiment d’accueil ouvert sur la rue Saint-Romain et occupant l’extrémité nord de la cour de la Maîtrise. Le bâtiment projeté ne comporte pas de sous-sol et les terrassements nécessaires pour sa construction sont peu profonds (0,80 m). Son emprise a cependant fait l’objet, au cours du printemps 2013, d’une intervention archéologique.

2La cour de la Maîtrise est une création récente. Elle est délimitée au nord par un mur très haut percé d’une grande baie gothique qui a conservé une partie de son remplage. Cette fenêtre éclairait la grande salle du palais édifié à partir de la fin du xiiie s. par l’archevêque Guillaume de Flavacourt. La salle faisait partie d’un ensemble comportant également un logis, une chapelle et des communs.

3Ces constructions sont progressivement désertées dans la première moitié du xve s., au profit d’édifices plus modernes, érigés immédiatement à l’est ; au xve s. elles accueillent, pour certaines d’entre-elles, l’Officialité. En 1590, l’archevêché est, par manque d’entretien, en piteux état. La couverture de la grande salle, ne pouvant être réparée, est abattue. Sur le plan de Gomboust, en 1655, ne subsiste plus de l’édifice que le mur-pignon nord. Son emprise, augmentée, à l’ouest et au sud, par les deux cours qui séparaient la salle du logis de l’archevêque et de la cathédrale, constitue une vaste étendue non bâtie. Cette dernière est vite colonisée par de nouvelles constructions, comme le montrent les plans de l’archevêché des xviiie et xixe s.

Fig 01 - Rouen, archevêché

La cour de la Maîtrise à l’issue de la fouille

D. Pitte

4Dans les années 1820, l’architecte Alavoine s'installe dans le tiers sud de la cour et dans une partie des bâtiments environnants pour les besoins du chantier de reconstruction de la flèche de la cathédrale. À la fin du xixe s., le secteur est dans un semi-abandon ; l’archevêque propose de mettre les bâtiments à disposition de la Maîtrise de chant de la cathédrale qui occupe des locaux inadaptés situés dans la Cour d’Albane. Elle n’investira les lieux qu’au prix de grandes campagnes de démolition et de coûteuses restaurations : l’emprise de la grande salle de Guillaume de Flavacourt redevient une cour où se distraient les élèves de la Maîtrise.

Fig 02 - Rouen, archevêché

Plan général de la zone fouillée

É. Follain

5Les événements des derniers siècles ont entraîné d’importantes perturbations dans le sol de la cour et l’on ne s’étonnera pas que la fouille ait rencontré de nombreuses fosses contemporaines. Un décapage mécanique des niveaux superficiels a révélé les fondations des murs et bâtiments figurant sur les plans des xviiie et xixe s. La base de l’un de ces murs, orienté nord/sud, était constituée de blocs sculptés provenant peut-être du remplage des baies qui éclairaient la grande salle.

6Le décapage a fait apparaître un mur massif (1,70 m de large), parallèle à la rue Saint-Romain. Ce mur parcourt la fouille dans toute sa longueur, bute à l’est sur un contrefort de la construction romane identifiée en 2012 et se poursuit à l’opposé sous les locaux de la Maîtrise. Il offre la particularité d’être fondé sur des assises en gradins, placées en alternance soit au nord, soit au sud ; la largeur des fondations atteint par endroits 2,40 m.

7Aucun sol contemporain de ce mur n’a été retrouvé, mais son niveau de construction a été reconnu à trois emplacements différents : il était recouvert ou recouvrait des remblais qui ont livré des fragments de céramique du xie s. On pourrait voir ici la limite septentrionale du palais édifié vers 1100 par l’archevêque Guillaume Bonne-Âme. Un mur perpendiculaire, vers le sud, appartenait peut-être à une construction édifiée en arrière de cette enceinte.

8Dans le mur, un bloc a attiré l’attention, non seulement par ses dimensions (1,17 m x 0,50 m x 0,50 m), mais également parce qu’il était en pierre de Caen. Sa face supérieure montrait, du côté noyé dans la maçonnerie, une série de courbes. Le dégagement manuel du bloc a fait apparaître le bas-relief d’un personnage.

9Un examen de la sculpture indique, par le traitement des drapés et par ses proportions, la période romane. La pose du personnage est celle d’un Christ en majesté : assis de face, le bras gauche vers le sol et le bras droit levé. C’est ce que révèlent les deux épaules figurant dans le bas-relief ; les bras se poursuivaient de part et d’autre sur d’autres blocs. La qualité de la sculpture, ses grandes dimensions et le lieu même de la découverte suggèrent que ce Christ provient de la façade occidentale de la cathédrale romane. Le bas- relief est bien conservé, à l’exception de la tête, qui a été bûchée. À droite de la tête, apparaissent deux lettres (R,I), peut-être inscrites dans un cartouche, dont on devine le contour. On pense immédiatement à l’inscription INRI (Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum), pourtant cet acronyme est généralement associé à la Crucifixion. L’existence d’autres lettres, après le I, n’est d’ailleurs pas totalement à exclure.

Fig 03 - Rouen, archevêché

Le Christ en majesté, en cours de dégagement

É. Follain

10Cette sculpture a été incorporée au mur roman au plus tard à la fin du xiiie s., époque à laquelle Guillaume de Flavacourt édifie son nouveau palais. Il convient de noter que la nouvelle construction est bâtie en avancée sur la rue Saint-Romain ; cette particularité marque encore aujourd’hui le tracé de la rue.

11Les fondations du mur ouest de la grande salle du xiiie s. ont été retrouvées dans l’emprise de la fouille : elles enjambent le massif du mur roman. Le mur opposé a été reconnu sur toute sa hauteur, jusqu’à la base de la charpente qui reposait sur de grandes pierres plates en encorbellement sur le nu extérieur du mur. Le mur lui-même a connu de multiples percements, aux époques moderne et contemporaine. Une petite fenêtre médiévale, surmontée d’un arc brisé, subsiste cependant : elle indique l’existence, de ce côté, d’un espace libre entre la salle et la tour de guet occupant l’angle nord-est de l’hôtel archiépiscopal du xive s. Le sol de la salle n’a pas été retrouvé et les vestiges reconnus sur son emprise indiquent qu’elle ne comportait vraisemblablement pas de niveau enterré. Un sondage profond a été réalisé dans l’angle nord-est de la fouille, sur l’emprise d’un futur ascenseur. Il a permis d’observer, sur plus de trois mètres de hauteur, une stratigraphie entre les fondations du mur roman et celles du mur nord de la grande salle. Le niveau rencontré au fond du sondage est un remblai qui a livré un ensemble homogène de tessons datables de la seconde moitié du viie s. Entre ce remblai et le niveau correspondant à la construction du mur roman, est apparu un empierrement très compact. Il présente un bombement est/ouest et a été enjambé par les fondations de la salle. Il pourrait s’agir d’une rue nord/sud, qui aurait existé entre la fin de l’époque mérovingienne et le xie s.

12L’intérêt s’est enfin porté sur l’édifice bordant à l’ouest la cour et abritant les classes de la Maîtrise Saint-Évode. Les historiens et les archéologues plaçaient sa construction au tournant des xve et xvie s., époque du transfert de l’Officialité dans ce secteur de l’archevêché. Le mur-pignon sud de l’édifice dément cette proposition : il présente en effet, sur plusieurs niveaux, des baies surmontées par des arcs brisés, encadrant le massif saillant d’une cheminée. Interrogé sur la charpente, Frédéric Épaud a précisé qu’elle datait des années 1270 et qu’elle était en place. Une visite complète a permis de découvrir des dispositions anciennes et en particulier des fenêtres à coussièges, pouvant être datées de la fin du xiiie s. On peut donc avancer que l’édifice qui abrite aujourd’hui la maîtrise de la cathédrale correspond, malgré des modifications et des restaurations, au logis de Guillaume de Flavacourt. Cette découverte confère à l’ensemble archiépiscopal de Rouen un intérêt supplémentaire.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Follain et Dominique Pitte, « Rouen – Archevêché », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17776

Haut de page

Responsables d'opération

Éric Follain

SRA Haute-Normandie

Dominique Pitte

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org