Navigation – Plan du site
2013

Les caractéristiques techno-typologiques et fonctionnelles du débitage d'éclats au VSG : le cas et la place des sites hauts-normands dans le nord de la France

Responsable(s) des opérations : Pierre Allard, Miguel Biard et Caroline Riche
Notice rédigée par : Pierre Allard, Miguel Biard et Caroline Riche

Entrées d’index

Mots-clés :

débitage, éclat, silex, percuteur

Chronologique :

Néolithique

Géographique :

Haute-Normandie
Haut de page

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, nombre de sites du Villeneuve-Saint-Germain ont été découverts en Haute-Normandie. Résultant notamment du développement de l’archéologie préventive, cette dynamique de recherche a permis de préciser la nature des implantations au cours du Néolithique ancien mais reste toutefois à approfondir. Si le cadre chrono-culturel et son évolution sont mieux définis depuis plusieurs années, nombre de données et notamment de corpus mobilier nécessiteraient une étude plus détaillée. Le mobilier lithique découvert sur divers sites VSG de Haute-Normandie en fait partie. Dans le cadre de ce PCR, nous proposions d’examiner et/ou de réexaminer des séries lithiques de Haute-Normandie, souvent inédites, en reconsidérant le débitage d’éclats habituellement considéré comme expédient et opportuniste, en opposition à la production de grandes lames présente à la même période. L’étude a concerné la définition des modalités et des objectifs de production ou encore l’utilisation des produits issus de ce débitage d’éclat. À terme, il s’agit de replacer les résultats dans une perspective extra-régionale via une comparaison avec des sites du Bassin parisien. L’ensemble est enfin discuté sous l’angle plus global des industries lithiques du Néolithique ancien et leurs systèmes techniques.

2Les résultats obtenus au cours de cette année-test sur deux sites de L’Eure (Saint-Pierre-d’Autils et la Chartreuse à Aubevoye) nous permettent de proposer un premier bilan très prometteur. Ces derniers sont plus que significatifs, à la fois sur le plan technologique (caractérisation plus précise du débitage d’éclats), typologique (nouvelle liste typologique) et expérimental (mise en évidence de stigmates typiques du débitage au silex). Nous avons ainsi élaboré une base de données techno-typologique commune supposant la discussion, puis l’élaboration d’une terminologie nous servant de base essentielle à l’étude des séries lithiques. L’analyse techno-typologique proprement dite a permis la définition des objectifs de la production d’éclats, l’identification des méthodes et techniques de taille utilisées. Les pièces ont ainsi été examinées et décrites par le biais d’une saisie informatique regroupant à la fois le type de support, son état, ses spécificités, sa transformation et leurs morphométries nécessaires à une approche statistique. S’y est ajouté la distinction systématique des produits entre des variétés de matières premières (locales et exogènes). Elle s’est doublée d’une différenciation entre les deux productions (éclat et laminaire). Au cours de l’analyse une attention toute particulière a été portée sur la description des stigmates de percussion (techniques), notamment pour le débitage d’éclats, déjà identifié sur d’autres sites hauts-normands ; cette collecte d’information étant de plus indispensable à la comparaison avec les tests expérimentaux. Simultanément à la définition classique et nécessaire des catégories techno-typologiques des produits, l’identification et la hiérarchisation des procédés techniques de retouche sur les outils (coches, denticulés, pièces facettées, polyèdres etc.) a débouché sur un nouveau lexique typologique, élaboré au cours de cette première année de PCR.

3Si l’expérimentation nous a livré depuis ces trois dernières décennies un flot important d’informations sur le débitage laminaire (percussion directe, indirecte et pression), celle se référant au débitage d’éclat au percuteur dur est méconnue pour le Néolithique. Cette technique a rarement fait l’objet d’expériences, de description ou encore de publication pour cette période. Dans le cadre du PCR, l’expérimentation justement axée autour du débitage d’éclat permet d’aborder les questions relatives au percuteur dur et d’en préciser sa nature. Elle trouve par ailleurs son origine dans l’examen des produits archéologiques issus du débitage d’éclats, mettant en avant des caractéristiques souvent ingrates, et parfois interprétés comme résultant d’un manque de savoir-faire et de négligences techniques. La mise en place d’un référentiel expérimental destiné à une comparaison archéologique correspond à la première étape de cette phase expérimentale. L’objectif premier consistait à identifier les stigmates des traces de percussions (coups d’ongle, cône incipient, fissuration, étendue, abrasion, écrasement, éclatement et points d’impact) sur les produits (percuteur, éclats, débris et nucléus), la morphologie générale des supports et des nucléus (profils, régularité, proéminence du bulbe, négatifs d’enlèvement, accidents, etc.). Il s’agissait de vérifier l’efficacité d’une telle technique et enfin de tenter une première expérimentation dans la transformation des supports avec un percuteur en silex. Cette première phase expérimentale s’est avérée très concluante avec des résultats qu’il reste à préciser. Compte tenu des premiers résultats positifs lors de cette première année-test, un projet de PCR triennal a été proposé et validé pour l’année 2014.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pierre Allard, Miguel Biard et Caroline Riche, « Les caractéristiques techno-typologiques et fonctionnelles du débitage d'éclats au VSG : le cas et la place des sites hauts-normands dans le nord de la France », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17766

Haut de page

Responsables d'opération

Pierre Allard

CNRS

Miguel Biard

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Caroline Riche

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org