Navigation – Plan du site
2013

Orival – Le Grésil

Responsable(s) des opérations : Jérôme Spiesser
Notice rédigée par : Jérôme Spiesser

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

N° OA : 76486 011

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.968;49.292;1.037;49.338

1La villa du Grésil est située au cœur de la forêt de La Londe/Rouvray, sur la commune d’Orival. L’intérêt du site est de posséder un réel potentiel archéologique puisque sa stratigraphie atteint 0,80 m par endroit. Il est donc envisageable d’appréhender les activités agro-pastorales qui y étaient présentes pendant l’Antiquité. L’habitat est installé sur un bief à silex. Le faible potentiel agronomique de ce type de sol pose de nombreuses questions concernant la volonté des exploitants de s’implanter dans cet environnement. De même, l’absence de point d’eau à proximité de l’établissement et la profondeur de la nappe phréatique (120 m) interrogent sur son mode d’approvisionnement. Les sondages réalisés en 2012 ont révélé la présence probable de deux états pour le bâtiment résidentiel. Le premier, qui semblait être créé dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C., est matérialisé par des soubassements en pierres sèches situés sous les maçonneries du deuxième état. Au milieu du iie s. apr. J.-C., l’habitat est réorganisé avec la construction d’une enceinte quadrangulaire d’environ 60 m de côté et de trois bâtiments maçonnés. Deux d'entre eux correspondent à des édifices parfaitement symétriques, localisés aux angles nord-est et sud-est de l’enceinte. Le troisième est le bâtiment résidentiel.

2À l'issue des opérations menées en 2012, l’ensemble du site semblait être occupé jusqu’à la fin du iie s. apr. J.-C. La problématique principale de la campagne de 2013 a été de caractériser davantage l’ampleur des bâtiments antiques afin d’estimer le temps et les moyens nécessaires à l’étude du site. Il s’agissait alors de mieux documenter le premier état, ainsi que les espaces périphériques pour mettre en évidence d’éventuels édifices agricoles.

  • 1 Doctorant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies Environnem (...)

3Dans cette perspective, une analyse géophysique a été réalisée sur une superficie d’un hectare et une étude archéo-pédologique a été menée par A. Giosa 1 dans la pars urbana et sa périphérie. Au total, 119 fosses pédologiques ont été réparties selon un maillage régulier, sur une superficie d’environ 4 ha. Les données pédologiques ont montré que l’établissement s’implante effectivement sur du bief à silex, mais en bordure d’un horizon limoneux correspondant au talweg d’un vallon sec. Contrairement au bief à silex, ces limons possèdent un bon potentiel agronomique. De possibles traces de labours y ont d’ailleurs été repérées. Cependant, leur contemporanéité avec l’occupation du site n’est actuellement pas attestée. Cette étude a aussi révélé la présence d’un remblai limoneux mis en place sur une grande partie de la pars urbana, lors du réaménagement du site. Ce remblai, présent sur environ 3000 m2, atteint par endroits 0,5 m d’épaisseur. Il offre ainsi un terminus ante quem du milieu du iie s. apr. J.-C. pour les structures archéologiques sous-jacentes. Au cours de cette campagne, deux zones ont fait l’objet de sondages. La première est située sur le bâtiment résidentiel et la seconde au niveau d’une anomalie géophysique quadrangulaire, localisée dans l’angle sud-ouest de la pars urbana. La fouille du bâtiment résidentiel a permis de confirmer la présence de deux états bien distincts. Le premier état est construit dans la première moitié du ier s. apr. J.-C. L’édifice est matérialisé par des solins en pierres sèches qui servaient probablement à supporter une élévation en matériaux périssables. Il se compose de deux pièces. La première mesure 5,5 m de long sur 5 m de large, soit 25 m2. La seconde, plus allongée, mesure 11,5 m sur 2,5 m. Une entrée, présente au centre du plus grand côté, donne accès à cette surface de 29 m2. Le secteur situé au sud-ouest de la pars urbana a aussi permis de repérer des structures du premier état, dont un hypothétique fossé. De plus, la présence de nombreuses battitures dans cette zone suggère la proximité d’une forge. Au milieu du iie s. apr. J.-C., le site est réaménagé. Son occupation semble perdurer jusqu’à la première moitié du iiie s. apr. J.-C. Le bâtiment résidentiel semble alors maçonné, au moins en partie. En effet, la découverte d’enduits peints en place sur le côté externe de certains murs laisse supposer une continuité de la résidence en matériaux périssables. Une fouille extensive est envisagée en 2014 afin de confirmer cette hypothèse. La découverte d’une faisselle et d’une passoire en céramique dans les niveaux du deuxième état amène à envisager la fabrication de produits laitiers sur le site. Cependant, en l’état actuel des connaissances il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’une production à usage familial ou destinée à la commercialisation.

4La campagne de 2013 a donc permis de caractériser le premier état de la villa, de préciser les bornes chronologiques de son occupation, et de confirmer son potentiel archéologique. Elle a aussi révélé les premiers témoins des productions et activités effectuées sur le site pendant l’Antiquité.

Haut de page

Notes

1 Doctorant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies Environnementales

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jérôme Spiesser, « Orival – Le Grésil », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17761

Haut de page

Responsable d'opération

Jérôme Spiesser

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies Environnementales

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org