Navigation – Plan du site
2013

Orival – Le Catelier

Responsable(s) des opérations : Célia Basset
Notice rédigée par : Célia Basset

Entrées d’index

Mots-clés :

fosse, silex

Chronologique :

âge du Fer, Antiquité

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

N° OA : 76486 003 et 010

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.968;49.292;1.037;49.338

1Cette seconde campagne de fouille programmée sur l’oppidum d’Orival a été menée mécaniquement sur une superficie totale de 437 m2. Le site étant localisé dans la forêt domaniale de La Londe-Rouvray (gérée par l’ONF), les ouvertures sont prioritairement effectuées dans des secteurs de clairières. Afin de poursuivre l’évaluation du potentiel archéologique du site (dont l’emprise est reconnue sur 53,7 ha), deux secteurs ont été privilégiés : la Mare aux Anglais (parcelle 165) et le plateau principal (parcelle 167).

2Le premier, testé manuellement en 2012 (Basset, Lepert, 2013 ; Basset, 2013), a fait l’objet en 2013 d’une ouverture de deux sondages (soit 60 m2) sous la forme d’une fenêtre et d’une tranchée perpendiculaire à l’un des remparts. Si l’importante stratigraphie perçue en 2012 depuis la surface actuelle (plus de 2,20 m) peut à présent être restreinte aux proximités des levées de terre (fossé ?), la présence d’au moins une paléo-surface anthropisée (anthroposol) sur l’ensemble de la zone est à souligner. Les aménagements soupçonnés en 2012 (construction du talus et du fossé, creusement et aménagement d’un point d’eau) ont été confirmés. En dehors de quelques éléments céramiques du début du ier s., l’occupation de ce secteur concerne majoritairement la fin de l’âge du Fer (La Tène D1 et D2). Les nombreuses études menées (anthracologique, carpologique, paléométallurgique et géoarchéologique) ont permis de souligner une forte anthropisation du secteur avec de probables indices d’activités métallurgiques (réduction de minerai ?). L’absence d’amphores vinaires italiques et d’importations dans cette zone suggère la présence de secteurs d’habitat différenciés au sein du site mais aussi un probable décalage chronologique des occupations à confirmer lors de prochaines ouvertures.

3La seconde zone, repérée à partir de prospections pédestres, est localisée à proximité du rempart le plus interne de l’oppidum. Le décapage a concerné 372 m2 répartis en trois fenêtres dont une principale de 342 m2. Vingt-cinq structures excavées ont été fouillées et une quarantaine a été repérée à la suite de fortes pluies en fin de campagne (infiltration différentielle liée au substrat). Il s’agit de fosses et de trous de poteau calés avec des blocs de silex présentant de nombreux recoupements et peu de matériel céramique et métallique discriminant. Aucun plan concret de bâtiment n’a pour le moment pu être mis en évidence. Une anomalie topographique composée d’une concentration de blocs de silex a été testée manuellement et a révélé une stratigraphie conservée jusqu’à 80 cm de profondeur. En l’absence d’organisation des blocs, cette anomalie doit davantage être envisagée comme une accumulation de silex (pierrier ?) plutôt qu’un état d’une construction empierrée.

4Une des découvertes majeures de la campagne a été de constater la conservation de niveaux stratifiés sur le secteur du plateau, confirmée par la présence discontinue d’une paléo-surface anthropisée sur l’ensemble des secteurs. Trois phases d’occupations ont pu être différenciées : la fin de La Tène D1-début de La Tène D2, la fin de La Tène D2-période augustéenne et le ier siècle apr. J.-C. Ces distinctions devront être confirmées à partir des données de la campagne 2014. La variété du mobilier renvoie à une aire domestique et peut-être artisanale densément occupée (céramique, amphores, meules en poudingue, scories, objets en métal et clous).

5Ces premiers résultats, en contexte, alimentent une poursuite des recherches au cœur de l’oppidum pour mieux caractériser la chronologie, la nature et la répartition des occupations sur le site. Rappelons qu’au terme de ces deux premières interventions programmées, auxquelles s’ajoute une intervention exécutée par l’État, seul 0,02 % de la superficie totale du site (soit 747 m2) a pour le moment été testée…

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Célia Basset, « Orival – Le Catelier », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17758

Haut de page

Responsable d'opération

Célia Basset

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8215-Trajectoires

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org