Navigation – Plan du site
2013

Motteville – A150 : site 10

Responsable(s) des opérations : Rémi Blondeau
Notice rédigée par : Rémi Blondeau, Mélanie Demarest, Océane Lierville, Nordine Ouraghi, Aurélien Piolot et Élodie Wermuth

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer, Antiquité

Nature des opérations :

Fouille préventive (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.836;49.605;0.870;49.654

1L'opération menée sur le site 10 de l' 150 à Motteville est consécutive à un diagnostic réalisé en 2012 qui avait permis de déceler la présence d’un gisement protohistorique dont une petite nécropole à incinérations. Une fouille sur une surface de 1,30 ha a été prescrite. Localisé à environ 8 km de Yerville et 20 km au nord-ouest de Rouen, le site s’implante dans la partie méridionale du pays de Caux. L’intervention s’est déroulée en zone rurale, au sud de la commune.

2Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour une partie d’un établissement rural datant du iie s. av. J.-C. au début du ier s. apr. J.-C. Trois états datant de La Tène finale au début de la période romaine ont été repérés dans la succession des aménagements fossoyés. Les limites de cet établissement rural sont matérialisées par des fossés d’enclos quadrangulaires imbriqués dans un vaste parcellaire. Les dimensions sont supérieures à 300 m de longueur pour 60 m de largeur, avec des subdivisions internes. Cinq fossés d’enclos et un espace funéraire délimité par des fossés participent au découpage principal du site. Des fossés de partition et de parcellaire complètent l’ensemble. Plusieurs ouvertures dans les fossés révèlent différents axes de circulation.

Motteville, A150, site 10

Plan général

R. Blondeau

3De nombreuses structures de combustion ont été mises au jour dans ces espaces ceinturés. Trois types se distinguent, le premier constitué de grandes fosses ayant subi une faible rubéfaction du fond et des parois, mais présentant des éléments de voûte effondrée, pourrait correspondre à des cuissons en meule ouverte et chapée, pour la production d’objets en terre cuite ; le second composé de petits fours quadrangulaires ou en cuvette aux parois indurées et rubéfiées constitue probablement des fours domestiques. Le troisième correspond à des structures creusées en sape à partir de fossés. La fonction artisanale de certaines structures autour de la production de terre cuite est envisagée par la découverte de « ratés de cuisson » dans une fosse de rejet. Il s’agit d’une vingtaine de pesons de forme triangulaire destinés à un métier à tisser. Ce même rejet de terre cuite, dans un des fossés d’enclos en limite d’emprise, a permis d’identifier un fragment de creuset avec des résidus de fonte d’or. Les analyses réalisées ont permis de déterminer qu'il a servi au moins deux fois pour du recyclage de l’or. Une activité du travail du métal est à envisager à proximité immédiate de cette fouille. Une datation par thermoluminescence permet de confirmer l’utilisation du creuset entre la fin du iiie s. av. J.-C et le début du ier s. apr. J.-C.

4Dans la partie septentrionale de l’emprise, une petite nécropole avec urnes cinéraires permet de replacer l’évolution de cet espace, grâce aux céramiques recueillies, entre le iie s. et le ier s. av. J.-C, peut-être jusqu’au début de la période augustéenne. Trois structures, ainsi qu'une quatrième vue au diagnostic, ont livré des vases dont les datations pourraient s’échelonner entre la fin de La Tène C2 et le début de La Tène D1, à savoir durant le iie s. av. J.-C. Les autres structures funéraires ayant livré du mobilier céramique permettent d’évoquer des datations légèrement postérieures, à la fin de La Tène finale, durant le ier s. av. J.-C. Cet espace a révélé plusieurs tombes à armes. Sept d'entre elles ont livré des résidus humains issus de la crémation des corps sur un bûcher. Le mobilier accompagnant les défunts se compose de plusieurs céramiques, de 2 bracelets en alliage cuivreux, de fibules en fer, de perles en verre, ambre et lignite, d’un umbo de bouclier, d’un fer de lance, de plusieurs paires de forces, d’une grande scie ployée, de pinces à épiler, de plusieurs rasoirs en fer, d’un brassard, des éléments d'un coffret et de divers accessoires en fer. Trois fosses ont également livré des dépôts de vases. Ces offrandes sont vraisemblablement en lien avec les pratiques funéraires du cimetière gaulois.

5Un ensemble de trous de poteau au sein de l’enclos 1 n’a pas permis de proposer une organisation ou un plan de bâtiments. Cet ensemble est complété par des trous de poteau isolés dispersés sur toute l’emprise, probablement associés aux structures auprès desquelles ils se trouvent.

6Les quelques structures découvertes sur le site n’ont livré que peu d’éléments. Il pourrait s’agir ici de fosse à usage court, de fosses d’extraction de limon et de « fosses-atelier ».

7Le site semble déserté au début de la période romaine, ou remis en culture, jusqu’à la période médiévale. Un fossé de parcellaire semble appartenir au découpage actuel du territoire communal, et un « chemin creux » orienté nord-sud traverse le site, reliant les territoires de Croix-Mare et Motteville à travers champs. Une marnière creusée en bordure de chemin atteste des pratiques courantes d’exploitation du substrat en Seine-Maritime. Le chemin semble être abandonné après la Seconde guerre mondiale.

8Les perspectives de recherche de ce site se concentrent sur la caractérisation de cette occupation rurale laténienne. Le modèle semble s’accorder avec les installations agricoles reconnues sur le plateau de Caux, greffées au cœur de vastes parcellaires avec des axes de circulation les reliant entre elles. L’emprise du site est contrainte par le tracé linéaire du projet qui nous prive de la zone d’habitat. Toutefois, elle permet de mettre en exergue la multiplicité des activités de ces installations rurales, notamment autour du travail de la terre cuite, du tissage et du travail des métaux. La hiérarchisation sociale constatée dans le monde des vivants n’a donc pu être observée en l’absence de données sur l’habitat. Elle s’observe dans l’espace funéraire par l’aspect plus ou moins « ostentatoire » des dépôts cinéraires. Neuf tombes ont livré du mobilier d’accompagnement autre que des céramiques et de la faune. Trois structures sont particulières puisqu’elles n’ont pas livré d’ossements. Elles pourraient former des fosses à dépôt d’offrandes différentes des sépultures. Les tombes ont livré plusieurs objets personnels, pouvant former un nécessaire de toilette, ainsi qu'une une scie égoïne ployée qui pourrait représenter un statut d’artisan. Les autres ensembles découverts dans les sépultures sont assez modestes. Cependant les perles issues d’une sépulture (verre, ambre et lignite) sont confectionnées dans des matériaux rares qui pourraient indiquer une certaine opulence. Enfin un statut particulier peut être proposé pour les deux tombes à armes, bien qu’elles soient faiblement dotées en mobilier par rapport à d’autres ensembles régionaux.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17745/img-1.png
Fichier image/png, 271k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Rémi Blondeau, Mélanie Demarest, Océane Lierville, Nordine Ouraghi, Aurélien Piolot et Élodie Wermuth, « Motteville – A150 : site 10 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17745

Haut de page

Responsables d'opération

Rémi Blondeau

Éveha

Mélanie Demarest

Articles du même responsable de fouilles

Océane Lierville

Nordine Ouraghi

Aurélien Piolot

Élodie Wermuth

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org