Navigation – Plan du site
2013

Manéhouville – Hameau de Calnon

Responsable(s) des opérations : Anaïs Billaux
Notice rédigée par : Anaïs Billaux

Texte intégral

N° OA : 76405 004 et 005

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.054;49.817;1.084;49.846

1Le passage à 2 × 2 voies de la RN 27 reliant Rouen à Dieppe a nécessité la mise en place en 2011 d’un diagnostic archéologique sur un peu plus de 50 ha (D. Breton, Inrap). Seule une surface de 2 ha à hauteur de Manéhouville, hameau de Calnon, a été concernée par la fouille.

2Les parcelles fouillées se situent à une vingtaine de kilomètres au sud de Dieppe, sur un plateau légèrement déversant. En contre-haut de la vallée de la Scie, dans un contexte plus ou moins érodé et acide, la conservation des matériaux organiques et des structures en creux est compromise. La faible couverture sédimentaire et les labours répétés de ces parcelles n’ont contribué qu’à une sauvegarde partielle des vestiges.

3Bien que la surface fouillée et les structures mises au jour soient relativement conséquentes, proportionnellement parlant la quantité d'artéfacts découverts et datants n'est pas aussi importante que ce que l’on aurait pu espérer. Le mobilier se retrouve principalement au sein des fossés, qui forment vraisemblablement un enclos double à triple, mais est peu abondant dans les autres structures.

4Les enclos fossoyés, quadrangulaires, couvrent une surface maximale d’environ 3000 m2. Ils semblent avoir fonctionné autour de La Tène finale et abritent une multitude de structures en creux ; pour le moment aucun bâtiment n’a pu être clairement identifié (étude en cours). Notons toutefois que ces structures sont essentiellement concentrées dans l’enclos interne, au sud et aux abords immédiats des fossés. Même s’il est probable que l’enclos ait enfermé des structures domestiques, la très faible présence de matériaux architecturaux et autres marqueurs d'une activité humaine nous incite à penser que nous ne nous situons pas au cœur du site.

5À l’ouest de l’enclos, ou le recoupant en partie, des structures quadrangulaires (2,05 × 1,25 m en moyenne) aux parois indurées et rubéfiées (fig. 1) dont la fonction nous échappe encore (structure de séchage de grain ? ou de fumage ?), ainsi qu’un four domestique ayant fonctionné aux ier-iie s., ont été mis au jour. Bien que ces structures aient fonctionné plus tardivement que le système d’enclos, il est probable que l’activité majeure du site ne se situe pas sur l’emprise fouillée, mais plutôt au nord-ouest, sous l’actuelle RN 27.

Fig 01 - Manéhouville, Hameau de Calnon

Structure aux parois rubéfiées

A. Billaux

6De cette même époque, en marge de l’enclos, à environ 120 m au sud, deux incinérations ont été découvertes (fig. 2). À quelques mètres, trois autres avaient pu être observées lors du diagnostic. Il pourrait s’agir ici d’une petite zone funéraire à crémation, ce que D. Breton avait annoncé lors du diagnostic.

7Entre l’enclos et les incinérations, un four de briquetier (?) très probablement moderne (étude en cours), d’une surface de chauffe d’environ 28 m2 et divisée en cinq canaux, a pu être dégagé (fig. 3). Juste à l’est, un chemin d’accès pourrait être mis en relation avec ce four. Quelques fers à chevaux datant au moins de la seconde moitié du xive s. ont été retrouvés à sa surface.

8Enfin, un bruit de fond que l’on peut dater du Néolithique final est présent sur l'ensemble du site sans que l’on puisse y rattacher de structures, exceptées deux ou trois. Quelques outils et déchets de taille ont pu être observés.

9Ce site a vraisemblablement connu une présence humaine dès le Néolithique final mais surtout à partir de La Tène ancienne. L’occupation des lieux est avérée dès La Tène finale et paraît être continue jusqu’au Haut-Empire. Puis une seconde occupation, certainement en marge de l’enclos fossoyé mais à proximité immédiate, s’est développée vers le milieu du ier-iie s. Le site est alors délaissé sans doute jusqu’à l’époque moderne où les lieux sont réinvestis en marge de l’enclos. La volonté de créer de nouveaux bâtiments dans un matériau durable et peu cher incite la réalisation d’un four de briquetier. Enfin par le développement des clos- masure cauchoix, on voit le réseau parcellaire fossoyé s’intensifier.

Fig 02 - Manéhouville, Hameau de Calnon

Incinération des ier-iie s.

A. Billaux

Fig 03 - Manéhouville, Hameau de Calnon

Four de briquetier

A. Billaux

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anaïs Billaux, « Manéhouville – Hameau de Calnon », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17731

Haut de page

Responsable d'opération

Anaïs Billaux

AFT Archéologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org