Navigation – Plan du site
2013

Harcanville – Bassin versant d'Oherville

Responsable(s) des opérations : Nicolas Roudié
Notice rédigée par : Nicolas Roudié

Entrées d’index

Mots-clés :

fossé, parcellaire, silo, four, habitat

Chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

N° OA : 76340 002 et 003

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.740;49.688;0.794;49.725

1Le projet de réalisation d’un bassin de rétention des eaux pluviales à Harcanville, dans le nord du Pays de Caux, a vu la mise en place d'une fouille. Le diagnostic réalisé en 2012 par B. Houdusse (Inrap) avait porté sur plusieurs emplacements dispersés dans et autour du village, révélant des indices d’occupations médiévales en particulier. L’emprise du projet porte sur 6 000 m2. Elle se situe à la jonction de deux talwegs s’orientant vers le nord et le centre du village, où à moins de 150 m, l’église (xiie-xiiie s.) surplombe un soutirage karstique. L’environnement archéologique du site et de la commune est peu documenté. La proche commune de Doudeville présente différents indices d’occupations gallo-romaines au nord. Le substrat est composé ici de limons des plateaux peu épais (< 1.50 m) surmontant des biefs à silex issus des argiles de décalcification de la craie. Le terrain est fortement marqué par l’hydromorphie issue de la position topographique dans le talweg, ce qui a entraîné un fort lessivage des sédiments et des comblements, ainsi que la disparition des ossements.

2Les occupations se matérialisent par un nombre important de fossés imbriqués et mal datés, de nombreux trous de poteaux concentrés en bas de pente à l’est et de quelques fosses distribuées plutôt à l’ouest. Le mobilier, très indigent, comporte quelques petits objets métalliques, quelques scories, des fragments épars de tuiles et des tessons de céramiques. Quelques individus protohistoriques et antiques témoignent de la proximité d’établissements gaulois puis romains sur le plateau en amont.

3Le mobilier date majoritairement du Moyen Âge, réparti en deux phases principales d’occupations : la première correspond aux viie s.- xie s.et la seconde aux xiie- xive s. Des indices mobiliers très restreints témoignent de la fréquentation aux époques moderne et contemporaine en marge du village actuel.

Fig 01 - Harcanville

Ouvrage hydraulique 3 : plan masse des vestiges

N. Roudié, D. Guimard

4Les différents réseaux de fossés dévoilent plusieurs phases de parcellisation très contraintes par la topographie et l’écoulement des eaux pluviales. Les fossés principaux reprennent l’axe des petits talwegs provenant du sud et du talweg principal traversant le village vers le nord. Depuis que l’homme modèle cette partie du village, ces fossés assurent et accélèrent l’écoulement des eaux de pluie de cette zone centrale du pays de Caux, plutôt humide. Les aménagements projetés s’inscrivent donc ici dans une longue tradition. Les comblements sont particulièrement lessivés et homogénéisés par la présence très forte des eaux de ruissellement, en surface comme en profondeur, dans ces limons très proches du toit des argiles. L’étude étant encore en cours, un phasage de ces réseaux parcellaires ne sera pas proposé ici, mais il semble que les premiers fossés datent au moins du haut Moyen Âge et soient, selon toute vraisemblance, d’origine antique. L’occupation à proprement parler commence véritablement au viie s. et perdure a priori selon les mêmes modalités jusqu’au xive s. au plus tard. Elle se matérialise par un secteur dense en trous de poteaux (donc en constructions) sur l’étroite marge de 12 à 13 m de large à l’est du décapage. Les édifices ne pourront être restitués puisqu’ils se développent pour l’essentiel hors emprise. À l’ouest, à l’opposé du talweg et des fossés principaux, un grenier, quelques silos et deux fours domestiques très dégradés occupent la frange de parcelles plutôt dominée par des activités domestiques et agricoles, a priori liées à l’habitat.

5Ces quelques vestiges d’occupation médiévale continue permettent de faire remonter l’origine du village au viie s. et laissent entrevoir un développement de l’habitat jusqu’au xive s. dans les parcelles en prairies situées à l’est, sur la pente de l’éminence du plateau, et probablement à l’ouest sous les maisons voisines. La documentation issue de cette fouille intègre un corpus régional permettant de comparer, pour ces sites de même nature, les origines des villages actuels, leur organisation et leur évolution. Du point de vue géographique, le pays de Caux fait artificiellement figure de désert en ce qui concerne les habitats ruraux du haut Moyen Âge.

6À partir de la période moderne, l’emprise semble n’être plus occupée que par une prairie et des fossés de drainage plus ou moins importants.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17711/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nicolas Roudié, « Harcanville – Bassin versant d'Oherville », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17711

Haut de page

Responsable d'opération

Nicolas Roudié

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org