Navigation – Plan du site
2013

Grèges – La Maison Blanche

Responsable(s) des opérations : Frédérique Jimenez
Notice rédigée par : Frédérique Jimenez

Texte intégral

N° OA : 76324 008

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.134;49.913;1.165;49.935

1Le village de Grèges se situe à 5 km au nord-est de la ville portuaire de Dieppe, sur le plateau nord qui domine les vallées de l’Eaulne et de l’Arques. Le site fouillé (10 800 m2) est localisé en périphérie sud du village actuel, à quelques centaines de mètres de l’église médiévale.

2La phase d’étude de cette fouille préventive n’a pas encore débuté. Quelques grandes lignes peuvent néanmoins déjà être évoquées, les données brutes de terrain révélant au moins trois grandes phases d’occupation de cet espace.

3La première, à ce jour non documentée, sur la commune de Grèges par des découvertes antérieures, évoque une fréquentation du site au cours du Néolithique. Plusieurs objets (pointes de flèches, grattoirs, fragment de hache polie…) ont été mis au jour dans les niveaux superficiels au cours de la phase de décapage.

4La période antique est représentée par trois fossés de parcellaire. Quelques fragments de céramique protohistorique semblent suggérer une origine plus ancienne. Du matériel résiduel antique (céramique, verre, terres cuites architecturales), présent dans de nombreuses structures postérieures, laisse à penser qu’une occupation plus structurée, tel un établissement rural, se trouve à proximité.

Fig 01 - Grèges, La Maison Blanche (fouille)

Plan général

F. Jimenez

5L’apport majeur de cette fouille réside dans la caractérisation de son occupation au cours du haut Moyen Âge. Celle-ci débute à la fin du ve-début du vie s. et s’achève dans la deuxième moitié du viie s. Au cours de cette période, cinq bâtiments sur poteaux sont installés, ainsi que trois cabanes excavées, treize silos, et plusieurs fosses. Un nouveau réseau de fossés est également mis en place.

6Si les activités domestiques et agro-pastorales sont bien représentées par les différents types de structures et les objets qui en sont issus (céramique, perle en verre, fibule, fermoir d’aumônière, paire de forces), une activité métallurgique semble également s’être exercée sur le site ou à proximité. En effet, plusieurs fosses ont livré des rejets associés à la pratique de la forge, évoquant une chaîne opératoire assez étendue (présence de probables gromps) pouvant aller de l’épuration de la masse brute de réduction à l’élaboration d’objets. Les études en cours et à venir devraient permettre de mieux cerner cette pratique.

7Enfin, cet ensemble de vestiges, en dépit de son caractère modeste, est le premier site d’habitat rural fouillé à proximité de la façade occidentale seino-marine. Si les sites funéraires sont bien représentés sur cette frange littorale, les habitats ne sont perçus jusqu’alors que par les prospections, limitant leur caractérisation et leur approche chronologique. Le site de Grèges offrira peut-être l’opportunité de voir se dégager un faciès côtier particulier.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17707/img-1.png
Fichier image/png, 85k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Frédérique Jimenez, « Grèges – La Maison Blanche », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17707

Haut de page

Responsable d'opération

Frédérique Jimenez

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org