Navigation – Plan du site
2013

Flamanville – A150 : site 2

Responsable(s) des opérations : Bruno Lepeuple
Notice rédigée par : Bruno Lepeuple

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.817;49.615;0.846;49.645

1Le tracé de l’A 150, sur la commune de Flamanville, en bordure de la D 6015, a occasionné une fouille sur une surface d’un peu plus d’un hectare. Le projet initial d’aménagement recoupait, au sud de l’emprise, une occupation des viie et viiie s. qui s’est vue écartée de la prescription après modification du tracé. Les données du diagnostic s’avèrent donc capitales pour la compréhension du site. Plusieurs horizons chronologiques ont été mis en évidence, de La Tène à l’époque mérovingienne, auxquels ont succédé des fréquentations anecdotiques du terrain jusqu’à des périodes récentes (fig. 2). Les preuves chronologiques sont cependant relativement faibles : 382 tessons de céramique, dont moins de la moitié sont attribuables au haut Moyen Âge (fig. 1). Peu de structures ont donc pu être phasées, hormis la majorité des fossés dont quelques-uns ne peuvent être abordés que par chronologie relative. Une légère pente, vers le nord, devait être plus prononcée : la lecture des différents horizons pédologiques a montré un déficit de la couverture des limons argileux allant jusqu’à 40 cm, indiquant une forte érosion de la partie haute du site.

2Deux enclos quadrangulaires de l’âge du Fer ont été identifiés. Semblables en forme et en orientation, leur limite méridionale est implantée sur le même axe. Le premier, à l’ouest, de 750 m2, a révélé quelques témoins céramiques attribuables à La Tène C2/D1. Le second, à l’est, de 1200 m2, n’a révélé qu’un rare mobilier, qui pourrait appartenir à la même chronologie. Aucune structure interne n’a pu être attribuée à la même phase. Une voie antique traverse le site, alors que celui-ci ne porte vraisemblablement plus trace d’occupation. Un seul segment de 70 m de long a été mis en évidence, la suite n’apparaissant pas pour cause d’érosion prononcée. Deux ornières avec un entre-axe de 1,2 m, et un unique fossé bordier au nord, dessinent la partie orientale. Au contact d’une mare de 125 m2, un aménagement particulier a été mis en œuvre. Il s’agit d’un radier de silex long de 25 m avec deux alignements où les pierres sont posées de champs dans l’axe des ornières en creux (fig. 3). Le mobilier céramique issu de ces niveaux oriente vers une fréquentation du site au cours du iie et au début du iiie s. apr. J.-C. La mare, alimentée depuis le nord, présente un exutoire récoltant les eaux filtrant au travers du radier de la voie, ce fossé est fortement marqué par l’oxydation. Au sud-est de l’emprise, plusieurs fosses et trous de poteau dessinent deux ensembles cohérents, en lien avec les fossés, et dans lesquels on peut voir des systèmes de franchissement. Un objet exceptionnel en regard de la richesse du site a été mis au jour dans la partie ouest du décapage. Il s'agit d'un couteau en fer dont la lame, d’après la radiographie, porte un décor damasquiné de trois cercles probablement en argent et en étain (fig. 4). La garde bénéficie également d’un traitement particulier. Ce type d’objet est traditionnellement représenté au nord de la Somme, dans des contextes funéraires des ive et ve s. apr. J.-C. pour des groupes de fédérés auprès de l’armée défensive romaine tardive. Il n’est pas possible de traduire cette découverte par une occupation contemporaine de la période d’utilisation théorique de l’objet. On peut néanmoins supposer que la circulation, au travers de la voie, soit effective à la fin de l’Antiquité ou au début du haut Moyen Âge. Cet axe reconnu en fouille s’accorde avec d’autres données issues du diagnostic, des études du parcellaire et de la bibliographie : on peut reconnaître une voie, qualifiée de secondaire, assurant la liaison entre Rouen et Cany, et passant par Barentin.

Fig 01 - Flamanville, A150, site 2

Mobilier céramique mérovingien

B. Lepeuple

Fig 02 - Flamanville, A150, site 2

Plan général du site

B. Lepeuple

Fig 03 - Flamanville, A150, site 2

La voie antique au niveau du radier de silex

B. Lepeuple

3L’occupation mérovingienne est caractérisée par une reprise partielle des fossés laténiens et gallo-romains. Ils sont en partie recreusés pour former un vaste espace tripartite couvrant environ 4700 m2 au nord de la voie et de son système de drainage. Quatre fonds de cabane, dont trois occupent l’espace interne des enclos, de même que deux silos et un four très arasé, apparaissent comme des structures particulières, mais l’absence de concentration ne permet pas d'identifier de zone d’activité spécialisée. Les rares témoins mobiliers ne dessinent qu’une faiblesse relative de l’occupation humaine de ces terrains, probablement voués au pacage du bétail. Néanmoins, la céramique ainsi que quelques fragments de TCA gallo- romaine, souvent associés au mobilier mérovingien dans les fossés, orienteraient vers une attribution au haut Moyen Âge de la plupart des structures internes aux enclos. Les formes rencontrées, ainsi qu’une majorité de pâtes claires, rendent compte d’une occupation plutôt centrée sur le viiie s., ce qui, toute prudence gardée et en s’appuyant sur les données du diagnostic, indiquerait une seconde séquence dans l’occupation mérovingienne. Le four, recoupé par le creusement d’un fossé, pourrait être le témoin de ces réaménagements. Au sud, quelques trous de poteau forment un alignement assez cohérent pour y voir une partie d’un bâtiment. Dans le même secteur, quelques fosses dont le comblement est riche en rejets charbonneux valident la présence d’une occupation plus dense : un probable habitat. L’aménagement des enclos tient compte de la présence de la voie au niveau du radier de silex, ainsi que de la mare, toujours en activité, indiquant une pérennité de la circulation sur cet axe. Les fossés assurent une fonction de drainage, en dirigeant les eaux vers l’ouest et le sud, ce qui devait assainir le terrain occupé par l’habitat. Cependant, aucun aménagement n’a pu être mis en évidence pour les franchissements de fossés sur le reste de l’emprise.

4Les niveaux les plus récents de la mare ont révélé un matériel céramique attribuable au xvie s. Celle-ci s’est comblée de manière lente. Une seconde retenue d’eau a révélé un comblement volontaire, avec de nombreux déchets de maçonnerie attribuables à la fin de l’époque moderne et à l’époque contemporaine. Il s’agit probablement d’un aménagement ayant succédé à la mare antique, après son effacement.

Fig 04 - Flamanville, A150, site 2

Couteau à lame damasquinée des IVe-Ve siècles

B. Lepeuple

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bruno Lepeuple, « Flamanville – A150 : site 2 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17700

Haut de page

Responsable d'opération

Bruno Lepeuple

AFT – Archéologie

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org