Navigation – Plan du site
2013

Elbeuf – 57 rue Guynemer

n°76-231-035
Responsable(s) des opérations : Bénédicte Guillot
Notice rédigée par : Bénédicte Guillot

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.949;49.251;1.045;49.304

1L’opération immobilière des HLM de la région d’Elbeuf, au 57 de la rue Guynemer à Elbeuf, a amené la réalisation d’un diagnostic en 2012, sous la direction de P. Calderoni, suivie d’une opération d’archéologie préventive menée par l’Inrap en 2013. Le projet comprend la réhabilitation de l’habitat le long du passage Tabouelle et la construction de nouveaux logements en front de la rue Guynemer. La fouille s’est concentrée au cœur de la parcelle (fig. 1) avec la présence de maisons encore en élévation le long de la rue et de grandes caves en briques démolies avant notre arrivée. Le terrain naturel, constitué de limon parfois sablonneux brun à jaunâtre, est situé à un peu plus d’1,50 m de profondeur.

2Les premières structures (fosses) remontent au xiiie s. Il n’y a aucun signe d’une occupation plus ancienne, et en particulier antique. Pourtant, à une soixantaine de mètres au sud de la parcelle, des bains romains ont été observés en 1835 (à l’angle de la rue Guynemer et de la rue des Martyrs). À la même distance au nord, un trésor de 300 monnaies antiques a été découvert en 1872 lors de travaux dans l’église Saint-Jean. Il semble donc que l’on soit en bordure de la ville antique proprement dite, qui se développerait surtout à l’est, sur le territoire actuel de Caudebec-lès-Elbeuf. Les fosses peuvent se diviser en deux grandes catégories : les fosses d’extraction et les creusements directement liés à un habitat proche. Les premières se trouvent surtout à l’est. Pour certaines, nous n'avons pu observer que leur partie supérieure car leur fond se situe au-delà de la cote de fond de fouille. Elles sont comblées essentiellement avec des gravats et témoignent de l’extraction du limon qui a probablement servi à réaliser du torchis pour les constructions environnantes, peut-être même pour le grand édifice découvert juste à côté, dont il ne restait malheureusement plus que les fondations. Il est délicat d’essayer de restituer le plan de cet édifice mais il devait être imposant avec des maçonneries de près d’un mètre de large.

3Un grand silo (2,30 m de diamètre pour plus de 2 m de profondeur, fig. 2) et des fosses dépotoirs ont été dégagés à l’ouest. Ils ont livré un riche mobilier comprenant des céramiques du xiiie s., ainsi que des ossements animaux dont l’étude vient juste de commencer. Ces structures devaient fonctionner avec un habitat proche, situé probablement le long de la rue Saint-Jean, actuelle rue Guynemer. La présence de silos que l’on retrouve surtout, à cette époque, à la campagne, montre que ce quartier d’Elbeuf commence tout juste à être loti. On garde encore des habitudes de villages alors qu’habituellement, en ville, au xiiie s., les réserves de nourriture sont placées dans les greniers, au-dessus des habitations. Il faut signaler également que c’est au xiiie s. que l’on mentionne la paroisse Saint-Jean pour la première fois. Entre le xiiie et le xve s., le bâti se développe. Le terrain fouillé semble alors divisé en deux lots. À l’ouest, aux abords de la rue, un nouveau bâtiment est installé. Il se compose d’une première pièce de près de 32 m2. Les murs, qui devaient supporter une élévation en torchis-colombage, sont réalisés en petits moellons calcaires et mortier de chaux. Le sol, en terre battue, a subi une cuisson qui l’a durci dans l’épaisseur, formant une plaque foyère. Une deuxième pièce vient s’accoler à l’est, un peu plus petite (20 m2), avec un sol également en terre battue. Au sud, un sondage a permis de mettre en évidence un autre mur orienté est/ouest, créant un passage de 1,80 m de large, avec un sol en calcaire comprenant deux ornières. Il semble que ce soit à cette période que se mette en place le parcellaire qui va perdurer jusqu’au xxe, voire jusqu’au xxie s. En effet, cet étroit espace semble être occupé par une petite ruelle, dont le tracé va rester ancré dans le paysage. Comme cela a été mis en évidence à de nombreuses reprises, les occupants successifs vont se contenter de construire de nouveaux murs sur les anciens, afin de surélever les niveaux de circulations, sans en changer les tracés. Nous avons peu d’indications sur la destination de ce bâtiment. La plaque foyère pourrait laisser penser à une pièce d’habitation mais il pourrait également s’agir d’une annexe à une maison située en front de rue, comme une cuisine par exemple.

Fig 01 - Elbeuf

Phasage de l’occupation entre le XIIIe et le XIXe siècle

B. Guillot

Fig 02 - Elbeuf

Silo, comblé au xiiie siècle, en cours de fouille

A. Chéry

Fig 03 - Elbeuf

Vue générale de la cave prise depuis le nord-est

B. Guillot

4À l’est, à la fin du xive s., sur les fosses d’extraction comblées, on construit une cave semi-enterrée avec une belle voûte en pierre de taille. Elle s’adosse en partie sur l’ancien grand édifice, avec une entrée ouvrant sur l’ouest (fig. 3), et mesure un peu moins de 30 m2. Les murs sont soigneusement construits en petits moellons calcaires. L’accès se fait par un escalier. Une partie de la voûte s'est effondrée sur le sol, ce qui nous a permis de l’étudier. Il s’agit d’une belle voûte d’arêtes avec une clef simple sans ornement.

5Pour compléter cet ensemble, il faut signaler, à 12 m à l’ouest, de grandes latrines maçonnées de 2 m de côté et de plus de 3 m de profondeur (nous n’avons pu atteindre le fond situé au-delà de la cote de fond de fouille). La qualité de la construction et leur grande profondeur laisse penser qu’elles appartenaient au propriétaire de la belle cave voûtée, qui les aurait fait construire au fond de son jardin, en limite de parcelle. L’effondrement, probablement involontaire, de la voûte, signe l’abandon de la cave, qui est remblayée avec de la terre de jardin à la fin du Moyen Âge. Le début du xvie s. marque le début d’un grand remaniement du secteur. À l’est, la cave est donc abandonnée et comblée, de même que le grand édifice et les latrines. Dans cette portion du terrain nous n’avons retrouvé, pour cette période, que des fosses, dont une très grande. Le fond n’a pas été atteint et les limites en restent inconnues. Il pourrait s’agir à nouveau d’une fosse d’extraction. Elle est comblée avec des gravats, des fragments de fer et quelques éléments de la vie quotidienne, comme des épingles, des ferrets ou des agrafes en bronze.

6À l’ouest, au contraire, le bâti se développe, mais en gardant en partie les anciennes limites. De nouveaux murs sont construits, mais il existe toujours un grand bâtiment rectangulaire composé de deux pièces. On peut signaler, d’une part, que le foyer dans la première pièce est abandonné, l’espace est remblayé et divisé au moyen d’une cloison. D’autre part, les murs de la deuxième pièce sont beaucoup moins bien construits. Ils réutilisent d’anciennes grandes pierres qui sont par endroits juste mises côte à côte. Au sud, la ruelle semble toujours exister. Elle est juste surélevée avec la mise en place d’un nouveau mur au-dessus du premier. Puis un nouveau bâtiment est construit au nord. De forme carrée, il mesure environ 15 m2, possède un sol en calcaire et surtout une grande cheminée en tuileaux, ce qui nous permet d’y voir une habitation.

7Puis le secteur nord-ouest est bâti avec la construction d’un mur au nord. Cette maçonnerie a été en partie récupérée et, dans la tranchée ainsi créée, ont été retrouvés neuf doubles tournois de Charles VIII (1483-1498). Ce nouvel espace, de 20 m2 (10 m × 2 m), est divisé en deux par une cloison sur laquelle s’appuie, des deux côtés, une cheminée. Les sols sont également en terre battue, dont les trous sont comblés, au fur et à mesure, avec des petits cailloux calcaires ou des poches d’argile rubéfiée.

8Tous ces espaces ne sont pas indépendants et la plupart des murs sont mitoyens. L’absence de foyer et la mauvaise qualité d’une partie des bâtiments au sud indiquent que nous sommes probablement en présence d’espaces à usage domestique (réserves, étable ou écurie), alors que la moitié nord sert de résidence, avec des pièces à vivre, toutes munies de cheminées.

9Parmi le mobilier recueilli dans les niveaux d’occupation ou de démolition de ces espaces, il faut signaler de nombreux fragments de céramique, datant de la première moitié du xvie s., dont des pots à cuire, des coupelles et godets en grès fin du Beauvaisis et des plats et assiettes avec décor incisé ou à la corne (dont un plat avec des trous de suspension). Le petit mobilier est également très riche et comprend, outre des clous, des épingles en alliage cuivreux et des fragments de verre à boire, deux perles en os (chapelet ?), une pierre à aiguiser, une ampoule de pèlerinage en plomb (fig. 4), un dé à coudre en bronze et un autre en ivoire.

10Au cours de la période moderne, les sols des maisons commencent à être pavés avec des carreaux en terre cuite régulièrement disposés. On en retrouve dans l’ancienne pièce carrée à grande cheminée, ainsi que dans de nouveaux ensembles au nord-ouest. La salle avec cheminée double est abandonnée après l'effondrement de son sol, causé par un mauvais compactage d’un petit silo antérieur. Le bâtiment est donc abandonné, remblayé et il doit être laissé vide. Une nouvelle fosse est en effet creusée à peu de distance afin d’y jeter les restes de plusieurs chevaux provenant probablement d’un atelier d’équarrissage proche. Puis le tout est nivelé et on construit un nouvel ensemble avec une petite cour centrale séparant deux pièces, dont une rectangulaire de 10 m2, comprenant une cheminée s’appuyant sur le mur est (fig. 5). La seconde pièce était beaucoup moins bien conservée et sa limite à l'ouest n'est pas connue.

11Au centre, des maçonneries plus grossières délimitent une zone dont la particularité est d’avoir un dallage avec de grandes pierres calcaires plus ou moins régulièrement disposées. On pourrait être en présence de vestiges d’un espace pour des animaux, probablement une écurie pour les chevaux.

12À l’extrême est, un nouveau bâtiment est construit. Il évite soigneusement l’emplacement de la cave voûtée, ce qui implique que cette dernière devait être encore visible dans le paysage. Nous n’avons pu dégager qu’une petite partie de son angle sud-ouest. Les murs sont étroits et si son premier sol est constitué de dalles en plâtre et de quelques carreaux de terre cuite, il est rapidement remplacé par un pavage en terre cuite.

13À la fin du xviiie s., le parcellaire se densifie. Deux grands murs orientés est/ouest divisent le terrain en lanières. Il semble que l’on puisse restituer une première parcelle au nord, le long d’une ruelle. Seule la pièce carrée existe encore, mais de nouveaux murs sont construits sur les anciens afin de rehausser le tout. Un épais niveau de démolition est étalé sur l’ancien pavage et un nouveau est mis en place. Un des accès à ce bâtiment se fait par une étroite porte qui ouvre sur un jardin à l’est, qui sert aussi de dépotoir. À l’ouest, les autres bâtiments sont démolis, remblayés et remplacés par un sol de cour réalisé avec de gros blocs calcaires et des pavés en silex. Au sud-ouest, des murs reprennent également le tracé des solins existants. L’emprise du grand espace rectangulaire perdurant depuis le Moyen Âge est divisée en trois par de petites cloisons. Un nouveau mur ferme un quatrième espace. Au sud-est, une zone dégagée sert de jardin. Une série de fosses dépotoirs et de fosses d’aisances y sont aménagées, dont une de plus de 13 m3. Cette dernière a livré une grande clef en fer et de nombreux fragments de verre et de céramique, permettant de restituer le vaisselier classique d’un petit habitat du xviiie s.

Fig 04 - Elbeuf

Ampoule de pèlerinage en plomb du xvie s.

S. Le Maho

Fig 05 - Elbeuf

Pièce avec un pavage en terre cuite et une cheminée en arrière-plan

B. Guillot

14Au début du xixe s., on note une division de plus en plus importante au sud, découpant régulièrement l’espace en plusieurs unités. Lors de la construction d’un des murs, six anciennes monnaies de Louis XIV ont été placées dans la maçonnerie, probablement afin de porter chance et prospérité aux habitants. On retrouve deux petites fosses d’aisance, qui appartiennent peut-être au propriétaire d’un nouvel édifice, qui s’installe au sud-est, directement sur les murs du grand habitat médiéval. Seule une partie de cet habitat a été dégagée. Il possédait une grande cheminée dans son pignon nord.

15La maison carrée existe toujours. L'espace libre à l’est sert de plus en plus de dépotoir et un très grand nombre de céramiques, bouteilles en verre cassées, outils en fer (chaudron, serpette ou couteau) et de nombreux tuyaux de pipe (dont un fourneau portant les armes de la Grande-Bretagne, fig. 6) a été recueilli. Parmi les objets de la vie quotidienne se trouvaient une passoire en bronze, un fragment de manche de couteau en os décoré et un peigne en ivoire. Étaient également présentes trois monnaies antiques du iie s., ainsi qu’une pièce hollandaise (duit du xviiie s.)

Fig 06 - Elbeuf

Fourneau de pipe du xixe s. représentant les armes de la Grande-Bretagne ; on distingue les lions anglais et la harpe irlandaise.

S. Le Maho

16Les résultats de la fouille vont maintenant être complétés par des études d’archives et du bâti d’époque moderne préservé dans la rue Guynemer. Ceci va nous permettre de suivre la vie de ce quartier depuis son origine, autour du xiiie s. Il semble que la paroisse possède alors un caractère semi-urbain, avec probablement des maisons en front de rue et un grand édifice en arrière de la rue principale, édifice auquel est adjointe une cave voûtée au cours du Moyen Âge.

17C’est au début de la période moderne que ce bel ensemble est abandonné et remblayé alors que le bâti vers la rue se densifie peu à peu. Le mobilier archéologique semble indiquer qu’au xvie s., alors que l’industrie textile se développe dans la ville, les habitants du quartier sont encore assez aisés. Au cours de la période moderne et contemporaine, les habitations successives gardent les mêmes modules en se complexifiant. Les études permettront de connaître l’évolution de la catégorie sociale des habitants de ce quartier jusqu’à nos jours.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Elbeuf – 57 rue Guynemer », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17680

Haut de page

Responsable d'opération

Bénédicte Guillot

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org