Navigation – Plan du site
2013

Bouville/Villers-Écalles - A150 : site 6

Responsable(s) des opérations : Myriam Michel et Alan Pézennec
Notice rédigée par : Myriam Michel et Alan Pézennec

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.905;49.516;0.946;49.552

1Sur les communes de Bouville et Villers-Écalles, les opérations de diagnostic réalisées en 2012 par l’équipe de F. Kliesch (Inrap) ont permis de mettre au jour des vestiges d’occupations laténiennes et gallo-romaines, qui se développent de part et d’autre d’un vallon sec traversant les deux communes.

2Celles-ci ayant été jusque-là très peu explorées archéologiquement parlant, trois zones ont fait l’objet d’une prescription. Les fouilles, menées par le bureau d’études Éveha, se sont déroulées au cours du premier semestre 2013, sur une surface d’environ 8 ha.

3Les études de mobilier étant encore en cours, seule une analyse globale du site, sans phasage précis, sera abordée dans cette notice.

Bouville/Villers-Écalles - A150, site 6

Plan général

M. Michel, X. Perrin, A. Pézennec

4Vraisemblablement à partir du courant du iiie s. av. J.-C., des occupations rurales laténiennes se mettent en place de part et d’autre du talweg. L’organisation du paysage se caractérise par l’implantation de fossés et de réseaux parcellaires plus ou moins denses et relativement réguliers. Au sud, en zone 6F, ce réseau forme a priori une parcelle quadrangulaire bordée par un chemin. De l’autre côté du talweg, en zone 6E, ce réseau est plus complexe, et semble témoigner d’une évolution dans le temps des parcelles existantes. On constate la concentration des fossés au nord de la zone, avec peut-être la succession de trois états différents du parcellaire. Cette localisation particulière suggère la présence de vestiges liés à cette occupation rurale hors de l’emprise de la fouille, vers le nord-est. Enfin, la zone 6ABC (la plus au nord et la plus vaste) a livré les vestiges de réseaux fossoyés denses, organisés régulièrement pour former une série de parcelles quadrangulaires de taille relativement uniforme. Certains de ces fossés, parallèles deux par deux, semblent former des zones de circulation au sein de l’ensemble. Malgré la faible quantité de mobilier céramique mis au jour lors de la fouille et du curage intégral des fossés, un phasage semble réalisable avec plus ou moins de précision chronologique, sinon stratigraphique.

5Ce réseau parcellaire s’accompagne, sur chacune des zones de fouille, d’une petite nécropole laténienne à crémations (La Tène C2-D1 ?). Les vestiges funéraires sont peu nombreux en zone 6F, avec la présence d’une demi-douzaine de tombes mal conservées et renfermant des fragments de vases en céramique, des objets en métal et dans un cas des restes ligneux. Dans les zones 6E et 6ABC, les nécropoles mises au jour sont plus conséquentes : elles renferment pour l’une 38 tombes et pour l’autre près d’une soixantaine. Elles sont généralement mieux conservées, et ont livré un ou plusieurs vases en céramique, des restes d’ossements brûlés et pour certaines un important mobilier métallique. Au total, près de 130 objets métalliques ont été découverts sur ce site, la majorité d’entre eux provenant des structures funéraires. Nous pouvons notamment souligner la présence de tombes à armes, phénomène typique de la fin de la période gauloise en Haute-Normandie. Certaines tombes peuvent donc se caractériser par la mise au jour d’armes dont quatre épées associées à leur fourreau, cinq fers de lance (dont deux associés à un talon de lance), et de l’armement défensif (des parties de boucliers, quatre umbos et deux manipules). Près de 73 fibules (dont 13 complètes ou faiblement tronquées), 6 rasoirs, et 4 couteaux viennent également compléter le catalogue très riche de l’instrumentum. L’étude du mobilier métallique mis au jour sur le site 6 devrait permettre d’affiner la chronologie des sépultures, mais également d’enrichir les connaissances régionales. La datation précise de ces nécropoles reste encore à définir, même si une fourchette chronologique entre La Tène C2 et La Tène D1 semble se profiler.

6Les vestiges liés à l’habitat ou à des activités de la vie quotidienne sont plus rares sur le site. Cependant, une zone de vestiges laténiens a pu être partiellement appréhendée : elle se développe au-delà des limites septentrionales de l’emprise de la zone 6 ABC. Ce secteur se caractérise par des bâtiments sur poteaux circonscrits dans un enclos. Quelques fosses de rejet renfermant des déchets liés aux occupations (tessons de céramique, torchis, etc.) ont également été découvertes à l’intérieur de cet enclos. Ce constat permet d’émettre une hypothèse sur la fonction de ces zones : il pourrait s’agir de la périphérie de fermes gauloises, les parcelles correspondraient alors à des zones agricoles ou de pâture au sein desquelles plusieurs petites nécropoles auraient été installées. Plus tardivement, une partie de ce parcellaire semble être réutilisée, durant les deux à trois premiers siècles après J.-C. On constate d’ailleurs que l’organisation des occupations garde globalement la même physionomie. Outre le réseau fossoyé, on retrouve quelques traces d’activités du Haut-Empire (localisées essentiellement au sein d’une même parcelle, au sud de la zone 6 ABC). Celles-ci se caractérisent par des structures de combustion ou de rejet. Dans ces dernières, pouvant dépasser le mètre de profondeur, en plus des différentes couches riches en charbon de bois et en terre cuite, de nombreux tessons ont été mis au jour. Ces structures en creux pourraient correspondre à la périphérie d’une ou plusieurs fermes antiques.

Villers-Écalles - A150, site 6E

Vue détaillée de la tombe à armes 2098

N. Rolland

Villers-Écalles - A150, site 6E

Vue détaillée de la sépulture à incinération 2074

N. Rolland

7Bien qu’aucune trace de nécropole du Haut-Empire n’ait été mise au jour sur l’emprise de fouilles, la découverte d’un vase ossuaire isolé vient s’ajouter aux structures domestiques pour témoigner de la présence humaine à cette période. L’étude (provisoire) de ce vase, ainsi que du gobelet qu'il contenait, semble dater ce mobilier de la seconde moitié du iie s. En plus du dépôt ossuaire, une serpette et une monnaie très usée (avec buste d’Hadrien sur l’avers ?) ont été mis au jour lors de la fouille en laboratoire.

8La particularité de ce site réside également dans le volet d’études géoarchéologiques engagé. Ainsi, une large tranchée au cœur du talweg a permis de mieux appréhender ce vallon sec, et notamment d’aborder les changements environnementaux liés à l’érosion des deux versants du fond de la Vallée d’Écalles. De nombreux prélèvements ont été réalisés sur les différents logs stratigraphiques, pour des analyses sédimentologiques, micromorphologiques, CHN et 14C. Ces études (collaboration Éveha – Laboratoires de Géologie et de Géographie de l’Université de Rouen) sont en cours, mais on peut d’ores et déjà constater que la tranchée géoarchéologique aura permis de comprendre comment ce vallon sec a été comblé, et estimer ainsi l’influence des occupations humaines mais aussi du climat sur le paysage de cette zone. Dans l’attente du retour des études des différents spécialistes et des laboratoires d’analyses, il nous faut prendre avec précaution les phasages constatés sur le terrain. Cependant, nous pouvons noter la mise en place d’un système de réseaux parcellaires dès le iie s. av. J.-C., dans un contexte géomorphologique particulier. La possibilité offerte ici, par l’ampleur du projet autoroutier, de cerner l’organisation parcellaire sur de grandes distances, nous donne l'occasion d’appréhender la façon dont ces populations ont organisé leurs lieux de vie au sein du plateau du pays de Caux. L’ensemble des données recueillies permet de compléter nos connaissances sur cette zone très peu étudiée et d’enrichir le corpus régional, que ce soit pour les crémations et tombes à armes laténiennes, ou pour le mobilier (céramique et métallique entre autres).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Myriam Michel et Alan Pézennec, « Bouville/Villers-Écalles - A150 : site 6 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17668

Haut de page

Responsables d'opération

Myriam Michel

Éveha

Alan Pézennec

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org